Oona et Salinger de Frédéric Beigbeder

oona et salinger

New York 1940 : Alors que la guerre a éclaté en Europe, la jeunesse dorée américaine traîne dans les bars branchés de la ville. Un soir, Jérôme David Salinger, 20 ans, alors écrivain débutant, croise le regard de Oona O Neill, 15 ans, fille du plus célèbre dramaturge du moment. Pour Salinger c’est le coup de foudre immédiat. S’en suit une histoire d’amour adolescente, qui débute en 1941, passionnée et difficile. Alors qu’Oona commence à se lasser de Salinger, ce dernier est mobilisé et part en Europe au combat. Oona abandonne son amour d’écrivain et part à Hollywood où elle rencontre Charlie Chaplin alors âgé de 54 ans. A ses 18 ans, elle se marie avec le cinéaste et restera son épouse jusqu’à la mort de Charlie. A priori, Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…vraiment beaucoup (huit).

……………………………………………………………………………………………………………………………………..
Dans Oona et Salinger, Frédéric Beigbeder imagine leur rencontre, leur brève histoire d’amour, leur séparation pour faute de guerre  et les lettres que Salinger écrivit à Oona depuis la guerre, sans obtenir de réponses de sa belle…comme ici :

On ne décide pas de ressentir : on ressent ce qu’on peut, le cœur se sert de ce qu’il a en magasin, et le mien est encore gorgé de toi. Tu m’aides. Pas toi, l’idée de toi. Ton principe de bébé pur qui se plaint de tout et envoie des baisers salés sur les planches, de l’autre côté de l’Atlantique, sur fond d’orgue de Barbarie pourri. Tu n’étais pas une femme, tu étais un concept : l’amour impossible, perdu, l’amour gâché, une briseuse de cœur qui n’arrive pas à cesser d’attendrir. Tu m’as fait tellement de mal que je ne t’en veux pas, c’est insensé comme tu es forte, tout de même. Ton visage est devenu le masque de Dieu. Tu es sa doublure, une remplaçante pour une perfection supérieure, le reflet charnel d’une autre vérité. Ton front bombé, ton regard mouillé, ta voix sucrée, ton corps pur trompent ma soif de sainteté sous le ciel de métal en fusion.

Je le dis tout de suite, j’ai adoré ce roman, de A à Z, je l’ai dévoré. Beigbeder a osé inventer une histoire d’amour bien réelle entre un écrivain qu’il vénère (L’Attrape-cœurs, unique roman publié par Jerry Salinger et vendu à 35 millions d’exemplaires dans le monde est, selon Beigbeder, le livre qu’il a lu le plus grand nombre de fois) et une jeune fille que le tout New York des années 40 espérait séduire. D’ailleurs, je trouve que le livre rend bien plus hommage à Oona qu’à Salinger et cette histoire d’amour qu’on peut qualifier d’adolescente  m’a vraiment touchée.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Voici Oona en 1942, lors d’essais cinéma, carrière qu’elle abandonna très vite après sa rencontre avec Chaplin.

Voici une photo de Salinger.

salinger
Pour le lecteur qui comme moi n’est pas cultivé et peu au fait de la période 1940 à 1945 aux USA, Oona et Salinger est un enchantement. On y croise Truman Capote (qui resta ami avec Oona jusqu’à sa mort mais qui ne put rien faire malgré son nom, pour limiter la procréation du couple Chaplin…), Fitzgerald, Orson Welles, Hemingway. D’ailleurs, le chapitre relatant la rencontre entre Salinger et Hemingway est passionnant. Ils se livrent à un échange sur l’écriture foisonnant et drôle…

……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
Contrairement à ce que certaines critiques disent, Beigbeder est d’une sobriété jamais égalée dans Oona et Salinger : on sent qu’il aime ses deux héros et il parle beaucoup moins de lui dans ce roman que d’habitude. Croyez-moi sur parole, j’ai déjà lu six romans du lascar (et jeté deux autres très mauvais…) je sais de quoi je parle. Il fanfaronne juste un peu car il vient de se marier avec une belle nana qui pourrait être sa fille, mais c’est Beigbeder et puis il a l’air tellement amoureux qu’on lui pardonne ce transfert narcissique entre Salinger et lui…

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Il y a bien quelques passages où il s’éloigne un peu du sujet mais très peu…son écriture est humble et respectueuse.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

L’horreur de la guerre et le post traumatisme de Salinger qui en résulte est émouvant bien qu’un peu trop jeté en pâture par l’auteur. Salinger refusera toute sa vie de parler de la guerre et de témoigner sur le débarquement en Normandie, la libération de Paris et surtout la libération des camps d’extermination nazis). L’Attrape-cœurs célèbrera l’enfance ou l’adolescence et sa pureté face à la barbarie des adultes.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
On retrouve le coté sale gosse irrévérencieux et escroc de Frédéric Beigbeder mais ça me plait…les dialogues de ses personnages sont disons, parfois étonnamment modernes pour les années 40…ça va faire bondir les puristes et Galéa…

………………………………………………………………………………………………………………………………….
De même, quelques pensées et aphorismes Beigbedéens sont bien présents mais encore une fois, il est à mon sens resté très sage. J’aime beaucoup ceux-là…

Seuls les vieillards s’intéressent au nom des fleurs : ils veulent connaître les plantes qui bientôt vont leur pousser dessus.

………………………………………………………………………………………..
Si la lune est ronde et jaune comme une rondelle de citron, c’est que toute la vie est un cocktail.

…………………………………………………………………………………………
Les silences sont moins embarrassants en bord de mer.

……………………………………………………………………………………
L’amour est l’utopie de deux égoïstes solitaires qui veulent s’entraider pour rendre leur condamnation supportable. L’amour est une lutte contre l’absurde pat l’absurde. L’amour est une religion athée. Si c’est provisoire où est le problème ? La vie l’est aussi, après tout.

Voilà, je me suis régalé en lisant Oona et Salinger, je le conseille à tout le monde ou presque et je vais de ce pas me procurer L’Attrape-Cœurs, l’unique roman culte de Salinger et la biographie d’Oona sortie en 2010. Il est vraiment trop fort ce Beigbeder, je le déteste…

……………………………………………………………………………………………………………………………………….
Ce livre est sélectionné pour le prix Mind The Gap 2014.

Pric-MTG-2014-
Merci à la jolie dame de Ragounite, de m’avoir offert ce livre.

Publicités

33 réflexions sur “Oona et Salinger de Frédéric Beigbeder

  1. sous les galets

    coucou, c’est la vieille pénible…bon je me permets de commenter hein, même si je sais que c’est après tout le monde, même si on n’est pas du tout du même avis, mais contrairement à certains que je ne nommerai pas, nous on peut ne pas être d’accord sans s’insulter et en restant amis…(enfin j’espère)
    Alors.
    1: J’ai trouvé ça très mal écrit (Mon dieu les lettres de Salinger, comment c’est possible? Et les dialogues dignes d’acteurs de réal tv)
    2: Es tu sûr qu’il y a eu une histoire en Salinger et Oona ? non parce que ça me paraît pas évident évident.
    3: La guerre c’est mal (on est tous d’accord), le débarquement fut une boucherie (perso j’en avais vaguement entendu parler sans les leçons de moral de Beigbeider mais bon)
    4: La liste des vieux qui préfèrent les petites jeunes (parce qu’elles ont les seins fermes et le coeur pur) on en parle?
    5: La scène de sa rencontre avec sa jeunette était-elle vraiment nécessaire ?

    Mais tu sais quoi MTG, alors même que ta bannière porte une citation de Fredo, je suis heureuse qu’on ne soit pas d’accord et que tu m’aies suffisamment retourné le cerveau pour me faire comprendre que je trouve ce livre absolument raté mais j’ai de l’affection pour l’auteur, qui de sa vie, ne se remettra jamais, de n’être pas un grand écrivain; et en soi, en bonne looseuse que je suis, ça me plait.

    Des bises MTG
    (Mieux vaut tard que jamais)

    1. Hé hé…ton commentaire est parfait…j’en veux plein d’autres comme celui ci même si peut-être un jour on sera d’accord sur un livre ! En fait, tu fais fausse route pour le point 2 , il y a vraiment eu une histoire d’amour entre Salinger et Oona mais pas forcément conventionnelle…une histoire d’amour impossible. Pour le 4 et le 5, je serais presque d’accord avec toi mais sans ça, ce ne serait pas du Beigbeder…il n’y que là qui revient à lui et se regarde le nombril. Tu as raison sur le fait qu’il a pleinement conscience de ne pas être un  » GRAND  » écrivain et sous des aspects kéké, je le crois plutôt humble et clairvoyant sur beaucoup de choses et surtout lui même. Bises Galéa et je viendrais lire ta chronique lorsque tu la publieras !

      1. sous les galets

        Entièrement d’accord avec toi, et sa lucidité me le rend sympathique, j’ai limite, presque plus envie d’en dire du mal. Je crois qu’au fond il est humble.

        Et oui: nous aimons Josse tous les deux quand même 😉

        1. Humble et lucide sur lui-même je le crois vraiment. Il faut dépasser son coté rouleur de mécanique, people, fric et frime.
          Ceci dit j’espère quand même que tu vas le chroniquer ce livre là, il n’y a pas de raisons. Ceci dit, jusqu’ici je n’ai pas chroniqué les livres que je n’ai vraiment pas aimés…
          Pour le nouveau Gaëlle Josse, j’ai hâte de lire la chronique d’Aspho !

  2. Je n’aime pas le bonhomme, tu le sais, même si je lui reconnais de l’intelligence, et une certaine plume. J’ai d’ailleurs lu sans déplaisir certains de ses livres. Je note quand même celui-là, parce que les deux personnages sont fascinants et que j’aime tous ceux qu’ils croisent et que tu cites. Comme Aspho, je pense que tu n’aimeras pas vraiment L’attrape-cœur, mais ça vaut la peine d’essayer. Attila a raison, il faut que tu lises  » de sang froid » et « ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » que j’ai d’ailleurs très envie de relire. bises

    1. Peut-être qu’il faudra que je suive vos conseils de lecture. Je pense que ce livre te plairait, c’est vrai que c’est tout un pan de la culture américaine que Beigbeder fait revivre ici. Et puis l’histoire d’amour est belle aussi. Grosses bises !!

  3. Coucou Mind 🙂
    J’avais dit que je ne notai plus rien …mais bon là je suis obligée de noter 🙂
    Il a le sens de la formule et me fait souvent rire ce Beigbeder …
    Bises
    PS : J’ai adoré l’attrape-cœur 🙂

  4. P.S. : j’ai regardé la vidéo d’Oona et c’est fou ce que Géraldine (une des des filles de la portée de 8 qu’elle a eue avec Chaplin) lui ressemble ! Tout en ressemblant aussi à son père d’ailleurs…

    1. J’avoue ne rien connaître de Chaplin, de sa famille et très peu de ses films. Si tu as suivi hier l’émission, Salinger à la fin de sa vie a épousé une femme qui avait je crois 40 ans de moins que lui et dont le nom de famille était O Neill…c’est assez incroyable et flippant !!

        1. Bienvenue Reine. Je ne sais pas pour Dormesson mais j’aime beaucoup le personnage sans jamais l’avoir lu pour le moment ! Par contre Salinger a vraiment épousé vers la fin de sa vie une femme qui s’appelait O’ Neill…comme quoi, il n’y a pas de hasard !!

  5. Je suis contente qu’il t’ait plu, par contre te connaissant un peu, j’ai peur que tu sois déçue par l’Attrape-Coeur qui est un roman sur la pureté de l’adolescence, sur un enfant qui ne veut pas grandir mais dans un style considéré comme un peu désuet par beaucoup… Mais tu te feras, là aussi, ton propre avis ! J’ai vu l’escroc hier à LGL et il a été sobre là aussi, il s’assagit avec le temps on dirait mais… le passage cité par Busnuel m’a fait bondir (l’histoire des femmes et des mots de passe)… cela dit, je le lirais certainement (s’il ne me tombe pas des mains comme les autres) juste pour l’histoire de Salinger et d’Oona qui a quand même marqué Salinger à vie dirait-on… Salinger qui était aussi devenu un « sale type » caractériel (et un peu plus) en vieillissant, mais ça c’est une autre histoire ! Suis les conseils d’Attila en lisant (si tu le peux) le livre de Joyce Maynard qui a vécu avec lui un an il me semble (ou 3 ans) quand elle avait 18 ans (Le livre : « et devant nous le vaste monde »). Et Truman Capote, et Harper Lee bien sûr, surtout Harper Lee (je pourrais te prêter le livre)… J’ai hâte quand même de voir le billet de Galéa… hé hé !!! Ta mise en page est parfaite et pour FB, il doit y avoir un truc qui coince avec les identifiants, tu as vérifié ? Bises sale gosse !!!

    1. Coucou. Je vais essayer quand même l’Attrape-Coeurs, je vais le trouver facilement en occasion je pense. Si je vous écoute Attila et Toi, ça fait 4 livres en plus…mais bon je ne dis rien pour le moment car l’histoire d’Oona et Salinger m’a vraiment intéressée alors peut être bien que je vais poursuivre pour en savoir davantage. Je sais que Salinger est devenu très vieux et qu’il était un peu cinglé déjà après la guerre. Oui Beigbeder était plutôt sage hier…quand à la phrase de Busnel, il a choisi celle-ci par provocation car je crois qu’ils se connaissent tous les 2…il y en a des beaucoup mieux dans le livre et il n’y a pas de vulgarité. Peut être faut-il le voir comme un  » Sésame ouvre-toi ». Bises et merci encore pour ce livre qui me faisait envie, c’est un vrai bonheur !

  6. attila

    Bon je n’ai rien contre Beigbeder, j’ai même aimé 99 f et l’amour dure 3 ans ….et même certains passage de sa jeubesse française ….c’est un fumiste agaçant …..mais il est attachant. En revanche je n’ai pas du tout aimé l’attrape coeur …..j’ai une copine qui vient de me dire qu’elle a adoré elle aussi ce dernier Beigbeder …elle va me le passer …je vais donc finir par le lire ! Bon sinon il faut absolument que tu lises « de sang froid  » de Truman Capote …..et puis apres tu pzut lire « et devant moi le vaste monde » de joyce meynard quivest une des rares a avoir connu Sallinger (quand elle etait tres jeune 18 ans …) et puis si tu ne l’as pas lu, tu pzux aussi lire « ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de harper lee qui etait la secretaire de Truman Capote qui en a fait une jaunisse quand elle a eu le pulitzer piur ce livre et ….elle n’a plus jamais rien ecrit ….voilà ……je sais : je suis hors sujet ….tant pis 😉

    1. Bienvenue ici Atilla ! Finalement nous avons éveillé ta curiosité sur FB autour de ce livre. Tant mieux si tu le lis, tu te feras ta propre idée et tant mieux que tu puisses le récupérer ! Non tu n’es pas hors sujet. Je vais déjà essayer de lire L’attrape-coeurs par curiosité , pas par pure envie, après si j’aime, j’aurais sûrement envie d’en savoir plus sur Salinger. je sais que Beigbeder a rencontré Joyce Meynard dans sa vie et qu’il l’avait justement questionnée sur Salinger lors de cette rencontre. Je suis convaincu après ce livre que cet amour pour Oona et ce qu’il a enduré pendant la guerre en même temps, l’ont quand même pas mal déglingué…à suivre !

      1. Je n’ai pas aimé « L’attrape-coeur » non plus mais en lisant ce Beigbeder je me dis que je suis peut-être passé à côté de quelque chose … oui il m’a donnée envie de retenter le chef d’oeuvre de Salinger !

        1. Je vais essayer de le lire mais je ne pense pas que le sujet m’accroche…ou m’ attrape ! Mais c’est la curiosité maintenant et puis c’est singulier de n’avoir écrit qu’un seul roman, mythique et à ce point célébré…

  7. Ah, voici la critique tant attendue !!! Je ne comptais pas le lire (je pensais à tort qu’il s’agissait d’un roman sur Fitzgerald, c’est dire si j’écoute les médias littéraires !!!), mais là pour le coup tout me tente : les personnages que je connais très peu (même si j’ai lu L’attrape coeur et n’en suis pas tombée raide dingue !), le regard de Beigbeder sur cette histoire et cette période (je fais partie de ceux qui trouve son regard pertinent et intéressant comme tu le sais … on est au moins 2 !), et puis tous ces grands noms qui se croisent, je sens que je vais adorer !!!
    C’est vendu pour moi, merci de m’avoir convaincue … on en reparle !!!

    1. Hé hé…cela me fait toujours plaisir quand j’arrive à faire lire des titres que j’ai vraiment aimés…je pense qu’il te plaira. Je ne connaissais même pas Truman Capote (seulement son nom) et je n’avais jamais entendu parler de Oona o Neill. Je me suis régalé avec ce couple et cette histoire d’amour impossible. Et puis, j’ai hâte de lire l’Attrape-coeurs pour essayer de voir si je retrouve Oona et ce que j’ai appris de Salinger. Je ne suis pas persuadé qu’il me plaira ce livre mais je vais le tenter.

      1. Non seulement tu as réussi à me le faire lire mais je dois en plus te remercier pour cela … j’ai beaucoup aimé !!!! C’est un très bon Beigbeder, pour qui aime la littérature américaine et le cinéma, ça fourmille de petites histoires et de personnages fascinants et Beigbeder est très en retrait comme plein de respect pour ces grands personnages … non, vraiment merci parce que je ne comptais pas vraiment le lire .

        1. J’en suis ravi et oui, pour une fois il est parvenu à parler beaucoup plus de  » ses héros  » que de lui-même. C’est un bon cru en effet…je viendrais lire ta chronique si tu en fais une et puis aussi celle de Galéa qui ne l’a pas aimé, si elle en fait une aussi ! A bientôt !

  8. Je me suis arrêté sur ce livre hier mais comme je n’aime pas beaucoup le personnage de Beigbeder, j’ai hésité.
    Et devine quoi ? J’ai pris un livre d’un auteur nippon : 😉 😛
    En tout cas j’ai noté rien que par curiosité.

    1. Oui et tu en liras d’autres sur beaucoup de blog littéraires…Beigbeder c’est Canal +, Voici, Lui , il a pas le profil France Inter, France Culture et Télérama. Mais c’est aussi le plaisir de la littérature de passer d’un univers à l’autre…Je vais voir si ma mise en page est correcte !!

    2. Syl…merci tout fonctionne…la mise en page est bien celle du dernier article et elle est comme je l’avais prévue. Pour la newsletter aussi c’est parfait. Il n’y a que FB mais c’est pas grave, je le fais à la main et comme ça je peux rajouter un commentaire différent ! Youpi ! Du coup, on n’aura pas ce sujet de conversation là dimanche…bises et belle fin de semaine !

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s