Charlotte, la jeune fille et la mort de Bruno Pedretti (Robert Laffont – 2006)

charlotte salomon 2

 Après avoir beaucoup aimé le livre de David Foenkinos, Charlotte, qui vient d’obtenir le Prix Renaudot, j’ai eu envie de poursuivre ma découverte de cette jeune peintre au destin tragique. Je me suis donc procuré cette autre biographie romancée, écrite par Bruno Pedretti, un italien passionné d’histoire de l’art.

Evidemment, j’ai beaucoup apprécié cette lecture qui pourra toucher les amateurs d’art et de peinture en particulier et ceux qui comme moi, ont été bouleversés par la vie et le talent de Charlotte Salomon à la lecture du livre de David Foenkinos.

D’un point de vue biographique, tout concorde ou presque entre les deux livres, excepté sur la toute fin de  vie de Charlotte où Bruno Pedretti occulte un premier internement rapide dans un camp de rétention en France et situe la production de l’oeuvre de Charlotte, Vie où Théâtre, dans un lieu différent, toujours à Villefranche Sur Mer.

Mais l’intéressant dans ce livre, c’est l’approche artistique puisque le parti pris n’est pas de raconter en détail la vie de Charlotte ni le contexte historique, mais d’imaginer comment son passé familial et sa condition de juive persécutée ont pu influencer son art. Bruno Pedretti, dans Charlotte, le jeune fille et la mort, imagine des dialogues où des pensées qu’aurait pu avoir Charlotte Salomon.

Lorsque sa mère était encore en vie:

Charlotte demanda à sa maman où s’en allaient les notes après qu’elle les avait jouées au piano.  » Elles vont au ciel, répondit-elle, parce que la musique est plus libre que les musiciens et les hommes et qu’il ne lui plaît pas de rester longtemps sur cette terre. Le ciel est un royaume musical: là les notes ne meurent pas et les émotions ne s’évincent pas les unes les autres. Quand ta mère sera devenue un ange, elle descendra et portera à son agnelet une lettre pour lui raconter comment c’est là-haut, au ciel. Ca te plairait, Charlotte, que ta maman devienne un ange avec des ailes « ?

Après la mort  de sa mère, alors qu’elle se rend sur sa tombe:

 » Elle arracha une fleur de la passion et vit que comme toutes les fleurs de la couronne, elle était coupée. Elle venait d’une nature privée de toute racine. Elle n’avait plus sa terre à elle, mais était fixée dans le filet ligneux et épineux qui enchaînaient la couronne funèbre en un cercle. Ces fleurs sans terre et sans saison inauguraient donc la mort. C’est donc pour ça, pensa-t-elle  qu’on utilise des fleurs coupées pour les couronnes sur les tombes:  pour dire qu’une vie a été coupée? Comment les fleurs pourraient-elles s’enraciner sur une tombe de marbre?

Alors qu’elle créé, pour ne pas sombrer…

« Il n’existe pas d’artiste qui soit à la hauteur de son art. Si cela arrive, l’artiste n’en supporte pas le poids et suffoque, meurt, devient fou ou cesse  d’être artiste pour ne pas périr ou devenir fou…les artistes sont des héros passagers, ils peuvent fréquenter longtemps les sommets mais jamais en continu. »

Je trouve cette presque conclusion très réaliste, je pense à Van Gogh, Michael Jackson, Kurt Cobain, Virginia Woolf, Camille Claudel…au hasard !

Charlotte Salomon, elle, peignait pour vivre, pour survivre, pour laisser une trace de sa famille, de sa condition, de ses amours…ce n’est pas son art qui l’a tuée, mais la barbarie des hommes.

Je compte lire un troisième ouvrage en français consacré à Charlotte et publié cette année.

Pour ceux qui s’intéresseraient à la peinture de Charlotte, je vous signale que le musée juif d’ Amsterdam qui conserve Vie ou Théâtre, a mis en ligne de nombreuses pages de son oeuvre : Ici.

charlotte

Publicités

14 réflexions sur “Charlotte, la jeune fille et la mort de Bruno Pedretti (Robert Laffont – 2006)

    1. Pourquoi pas…j’attends un autre livre sur Charlotte Salomon, je ne sais même pas ce qu’il contient, il est récent (2014) mais je n’ai pas trouvé de résumé et pas grand chose sur l’auteur…la malédiction des Charlotte me poursuit…je n’y peux rien !

  1. Tu serais pas un peu du genre « monomaniaque » ? 😉 Je compte bien lire le Foenkinos , d’autant plus que les lycéens l’ont couronné du prix Goncourt. Pour celui-là, on verra .

    1. Complètement mono maniaque, tu le sais bien hé hé 😀 . Tu as raison, attaquer ce livre en premier n’est peut être pas le mieux pour aborder Charlotte Salomon. J’ai commandé un autre livre sur elle…bisous très chère !

  2. soene

    Moi j’aime bien les charlottes aux fraises 😆
    Va ben falloir que je m’y penche sur la vie de cette Charlotte, tu en parles tellement bien, Mindounet !
    J’ai perdu mon carnet où je note tout ce que je devrai lire. Tu as remarqué, j’ai employé le futur et non le conditionnel 😉
    Gros bisous

    1. J’y avais pas pensé mais la charlotte aux fruits rouges est parmi mes desserts préférés!
      Il ressortira ce fameux carnet!
      Peut être peut tu lire le livre de Foenkinos, il sortira pas de suite en poche mais ça viendra !
      Gros bisous également et à très vite !!

  3. Je viens de terminer la Charlotte de Foenkinos et forcément je comprends ton attachement pour le personnage !! Quelle histoire et quel roman !! Je n’éprouve pas l’envie ou la curiosité d’aller plus loin avec Charlotte mais j’ai adoré quand même !

    1. Je suis heureux que le livre de Foenkinos t’aie plu. Après, en effet, pour creuser sur le personnage de Charlotte Salomon, il faut vraiment avoir ressenti un coup de coeur pour le personnage. Bises et Belle journée

  4. Je ne peux pas commenter depuis ce matin ! ça ne vient pas de toi mais de mon ordi (ma connexion bugue), je te mets le copié-collé que j’ai fait de mon comm de ce matin !
    C’est joli ce qu’elle dit, elle aurait pu être poète ! Tu es accro aux Charlotte toi !!! Après Brontë… j’dis ça, j’dis rien ! Mais c’est bien d’aller au bout comme tu le fais ! Même si on n’y connait rien en peinture (ou pas grand-chose) ses dessins doivent être éloquents…

    1. Sans compter aussi Charlotte Le Bon…même si sur la durée il restera sûrement davantage Charlotte Brontë…
      Ce livre m’a intéressé et je pense lire un troisième et dernier livre en français sur Charlotte Salomon.
      Bises.

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s