Le dernier gardien d’Ellis Island de Gaëlle Josse

dernier gardien

Merci à Miss Aspho de m’avoir prêté ce livre qu’il me tardait de découvrir, et un paragraphe de sa chronique que vous pouvez lire : Ici.

Novembre 1954. Ellis Island va fermer ses portes pour toujours et il reste neuf jours à John Mitchell « pas un de plus » avant de quitter les lieux. Une fièvre s’empare soudain de lui, un besoin impérieux d’écrire sur ses quarante-cinq années passées là, en exil de sa vie, de lui-même au milieu d’autres exilés apatrides. John  Mitchell est le directeur du centre au moment de sa fermeture et il va nous livrer ses souvenirs tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel.  « Le temps s’est figé ici, tous sont allés vers leur vie, je suis resté à la mienne, ici à quai, spectateur de ces destinées multiples, témoin de ces heures ou de ces jours de passage qui ont définitivement changé le visage de leur existence. »

Pour ceux qui ne connaissent pas  Ellis Island, c’est un  îlot situé derrière la Statue de la Liberté à New York ,  qui fut la porte d’entrée de l’ Amérique pour des millions d’immigrants venus chercher une meilleure vie. Les services de l’ immigration des States vérifiaient ici, que les candidats au visa ou  à la nationalité américaine,  n’étaient pas une menace pour le pays.

L’histoire racontée par Gaëlle Josse est vraiment belle, il y a de l’émotion, beaucoup d’humanité comme dans tous ses romans, du rythme, du suspens, de l’amour, du romanesque…c’est presque un roman parfait, et je reviendrai sur le presque un peu plus loin  . J’ai particulièrement aimé le regard porté par l’auteur sur la situation de migrant, regard à la fois  touchant et tendre dans sa gravité.

« Pendant quarante-cinq années – j’ai eu le temps de les compter -, j’ai vu passer ces hommes, ces femmes, ces enfants, dignes et égarés dans leurs vêtements les plus convenables, dans leur sueur, leur fatigue, leurs regards perdus, essayant de comprendre une langue dont ils ne savaient pas un mot, avec leurs rêves posés là au milieu de leurs bagages. Des malles, des cantines, des paniers, des valises, des sacs, des tapis, des couvertures, et à l’intérieur tout ce qui reste d’une vie d’avant, celle qu’ils ont quittée, et qu’ils doivent, pour ne pas l’oublier, garder dans un lieu fermé au plus profond de leur cœur afin de ne pas céder au déchirement des séparations, à la douleur de se souvenir des visages qu’ils ne reverront jamais. Il faut avancer, s’adapter à une autre vie, à une autre langue, à d’autres gestes, à d’autres habitudes, à d’autres nourritures, à un autre climat. Apprendre, apprendre vite et ne pas se retourner. Je ne sais si pour la plupart d’entre eux le rêve s’est accompli, ou s’ils ont brutalement été jetés dans un quotidien, qui valait à peine ce lui qu’ils avaient fui. trop tard pour y penser leur exil est sans retour. »

Hé bien voilà, à l’instar d’ Anna Gavalda et de Delphine De Vigan, j’ai lu tous les romans de Gaëlle Josse. Si vous ne connaissez pas cette auteur, Le Dernier Gardien d’Ellis Island est le roman  qu’il vous faut lire en premier. Vous serez emportés par l’histoire de ce directeur accroché sur son rocher et vous ne lâcherez pas le livre avant de connaître la fin. C’est un  roman  réussi et quasi universel qui pourra toucher un très large public. C’est un livre qui s’offre, qui se prête, qui se conserve…et qui fait un beau parcours en librairie , loin du tapage médiatique, ce qui est amplement mérité.

Oui mais voilà, pour moi ce n’est pas le meilleur livre de Gaëlle Josse, ce qui ne gâche en rien le plaisir que j’ai eu à le lire. Dans Le Dernier Gardien D’ Ellis Island, Gaëlle Josse apparaît comme une merveilleuse  raconteuse d’histoire romanesque (et cela devient rare finalement…) mais l’histoire éclipse parfois la magie des mots . Il y a quelques facilités dans le cours du récit, pas mal de teasing , (effet d’annonce sur ce qui va suivre…ne zappez pas le meilleur est à venir…), on retrouve l’inévitable lumière des étoiles mortes  (que les romanciers adorent mais aucun n’arrivent à égaler Ariane qui l’évoque si bien  dans Belle Du Seigneur)   et certains personnages ont du mal à exister car ils ne font qu’une trop brève apparition . Je ne  vais pas me faire des amis étant donné les critiques dithyrambiques sur les blogs et dans la presse, mais voilà, j’aime vraiment Gaëlle Josse, j’ai lu ses  quatre romans en moins d’un an…alors je donne mon ressenti, comme toujours d’ailleurs.

En fait,  dans Nos Vies Désaccordées  , le texte de Gaëlle Josse m’ a fait  l’effet d’un  morceau de diamant  brut enfermé dans un éclat  de roche,  un peu biscornu, pas immédiatement accessible , qui nécessitait de gratter un peu pour alors   atteindre une merveilleuse lumière en forme de prisme .  Avec Le Dernier Gardien d’ Ellis Island , j’ai trouvé un  joli diamant à la taille parfaite, tout pimpant , bien poli, mais au final moins éblouissant. C’est mon ressenti de lecteur.

Maintenant je n’ai qu’une envie, lire le prochain roman de Gaëlle Josse, mais va falloir être patient alors je relirai Noces de neige en attendant…

Le Dernier Gardien d’Ellis Island est sélectionné pour le Prix Mind  The  Gap 2014.

Pric-MTG-2014-

Publicités

34 réflexions sur “Le dernier gardien d’Ellis Island de Gaëlle Josse

  1. C’est chouette de lire un avis sincère et personnel !! C’est une auteure que je n’ai pas encore lu, mais comme je suis également une inconditionnelle de Delphine de Vigan et que tu sembles les mettre sur le même pied d’estale , cette auteure pourrait me plaire … mais peut-être avec Nos vies désaccordées.

    1. Décidément c’est dingue comme on a des goûts communs en littérature enfin parfois. j’adore DDV, j’ai lu tous ces romans. Pour Gaëlle Josse, je ne sais pas lequel te conseiller en premier, à voir.

  2. sous les galets

    Non tu n’es pas seul MTG, Val ne l’a pas beaucoup aimé ce roman et toi tu en fais quand même une sacrée belle chronique. Moi je le lirai mais je crains la déception, une fois les premiers billets très très enthousiastes j’attendais que ça retombe. Mais j’ai des gouts très proches d’Aspho donc, je pars confiante. Comme toi j’avais vraiment aimé nos vies désaccordées.
    Elle vient chez moi demain, j’espère pouvoir y aller
    Bisous

  3. J’avais essayé nos vies désaccordées sans pouvoir le lire, peut-être que ce n’était pas le moment. je viens de lire un critique aussi sur le site de la médiathèque, alors peut-être que !

  4. Billet et commentaires sont tout à fait passionnants !
    Je pense le lire un jour, mais j’en ai un autre avant dans ma pal. J’aime son style et il faut que je la fasse découvrir à Mister.
    Bonne semaine !

    1. Si Mister B lit peu, peut être que Le Dernier Gardien d’Ellis Island est le plus adapté. Sinon, les 4 sont biens, je n’ai pas trop aimé Les heures silencieuses, je vais essayer de la relire après avoir relu Noces de neige.

      1. J’ai beaucoup aimé « Les heures silencieuses » !!! et Mister B. est un lecteur. Plus littéraire que moi, nous ne sommes pas toujours d’accord sur les livres. Mais là, je sais qu’il va aimer.

    1. Val, il voyage, avant d’aller chez Somaja qui n’est pas pressée, Mindounet peut te l’envoyer ? Tu le lui dis ! Gros bisous ! 🙂 Et s’il te plaît, j’ai aussi Les heures silencieuses qui voyagent… ahem ! (90 pages, tu n’en feras qu’une bouchée 😆 )……………………………………….

      1. Coucou Isabelle 🙂 et Mind 🙂
        Pour  » le dernier gardien d’Ellus Island » il est à ma bibli municipale 🙂 je vais l’emprunter 🙂
        Pour les « heures silencieuses » s’il voyage je veux bien être sur sa route 🙂
        Bises à tous les deux 🙂

        1. OK Val, ce sont Les sorcières qui ont Les heures silencieuses, je vais leur envoyer ton adresse ! 😉 Et pendant que j’y suis : as-tu lu Les apparences de Gillian Flynn ? Bises 😀 On fait salon Mind, tu pourrais nous amener des petits gâteaux faits par la Douce, et un chocolat pour moi ? Val tu veux quoi ? Merci ! 😆

                1. Alors ça c’est vraiment pas bien car comme tu le sais, ces livres sont les meilleurs de tous les livres puisque je les ai aimés et que je suis quand même l’étalon du bon goût en matière de littérature….:D 😀 😀 bon ok j’y vais là…

                1. Ça existe encore les annuaires ? Si on n’a pas de ligne Orange, on ne les reçoit plus ! Il n’y a que Modanio pour lire les annuaires pour y chercher les noms de ses personnages, c’est bien connu ! 😆

  5. Là on ne va pas être d’accord mais tu le savais puisque nous en avons un peu parlé hors antenne ! Non mais pinailler parce qu’un livre est « trop parfait » en remettant le style en cause alors qu’on deviendrait aveugle en lisant Beigbeder et son style journalistique ou Foenkinos et son style indéfini… ça me retourne les sangs ! Et en revenir sans cesse à Belle du Seigneur *yeux au ciel*…C’est comme si moi je comparais tout ce que je lis à Sylvie Germain (inégalée selon moi côté style mais comme c’est mon « ressenti » justement j’évite de soûler les autres avec) donc là faut arrêter et recadrer l’objectif, Poussin ! Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice !!! Que tu n’aimes pas la « perfection » (ce que tu considères TOI comme perfection) soit c’est ton droit le plus strict mais on peut ouvrir un graaaand débat sur ladite perfection ! 😉
    Mais comme tu aimes Gaëlle Josse, je te pardonne ! Parce que ton argumentaire est…limite ! 🙄
    Il est 1h19, je sais, j’ai des insomnies mais au moins ça me permet de lire tes billets, quoique…celui-ci… tu n’as pas fini de m’entendre !!! 😆

    1. Aie pas taper pas taper. Oui je le savais, normal faut pas toucher à ta chouchoute, je suis pareil quand on critique les gens que j’aime. Sauf que j’aime Gaëlle Josse…je te rappelle que j’ai lu ses 4 livres en un an…il n’y que Delphine De Vigan pour qui j’ai eu une telle ferveur. je viens de relire Nos vies désaccordées et en 2015 je vais relire Noces de neige. Alors je peux être critique et dur.Gaëlle est l’une des trois auteurs que j’ai « rencontrées » en 2014, j’en reparlerai dans mon bilan annuel… Foenkinos et Beigdeber ne sont pas sur le même registre…normal de ne pas non plus attendre d’être sur le cul en permanence. Quand tu reliras Le Dernier Gardien, tu verras ce que je dis pour le teasing et tu verras que j’ai raison. Il y a des personnages à peine évoqués…et j’ai trouvé que c’était dommage. Pour les étoiles mortes c’est juste que j’en ai marre de lire ça dans tous les livres romanesques.
      Mais faudrait pas occulter tout ce que j’ai aimé dans ce livre et qui représente les 75% de ma chronique…mon sentiment c’est que oui c’est son meilleur livre, le plus réussi, mais non ce n’est pas le plus touchant ni le plus ambitieux. Ce n’est que mon avis et visiblement il n’est pas majoritaire chez les lecteurs, mais tu sais que je dis toujours la vérité. Avant, j’ai dit aussi que Foenkinos écrivait toujours la même chose sans queue ni tête (avant Charlotte) et que Beigbeder avait écrit de vraies bouses illisibles ou presque…
      Aie pas taper, pas taper…mange un paquet de nounours guimauve pour te remettre…niak niak niak…bises ô grande prêtresse de la blogosphère… 😀 😀 😀

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s