Pardonnable, impardonnable de Valérie Tong Cuong

pardonnableUn grand merci à Valérie de m’avoir offert son nouveau roman qui sort le 7 janvier Chez Lattes.

Milo, douze ans fait une grave chute à vélo alors qu’il est supposé réviser ses cours avec sa tante Marguerite. Cette dernière ment alors  à sa soeur Céleste (la maman de Milo), Lino (le papa) et à Jeanne  son envahissante mère qui ne l’a jamais aimée (la grand-mère de Milo) sur les raisons de cet accident de vélo. Pendant que Milo, sorti du comas, se reconstruit peu à peu aidé par Gustavo, un docteur  du centre de rééducation où il réside, sa famille la plus proche va s’autodétruire autour du mensonge de Marguerite…et de mensonges bien plus anciens et néfastes encore…

Avec Pardonnable, impardonnable, Valérie Tong Cuong explore les méandres des secrets de famille, des mensonges,   et montre à travers cette histoire, combien ils peuvent être lourds à porter et destructeurs pour arriver à vivre et à avancer.

Elle aborde une nouvelle fois les fêlures des êtres que la vie a blessé , simplement parce que vivre c’est être blessé, c’est faire des mauvais choix,  mais être blessé ce n’est que perdre une bataille…c’est se tromper mais pas capituler.

 » Combien de fois dans une vie l’être humain éprouve-t-il ce sentiment d’absurdité, lorsqu’il sait qu’il s’engage dans une impasse? Lorsqu’il prend une décision que tout en lui réfute? Lorsqu’il accepte un cadeau qu’il devine empoisonné? Combien de fois dans une vie, l’être humain renonce-t-il à se faire confiance. »

Le ton est plus noir que dans Providence (que j’avais aimé sans plus) et que dans l’ Atelier des miracles qui fut l’un de mes coups de coeur 2013 et un gros succès d’édition en France et à l’international.

J’ai trouvé que dans ce livre, Valérie Tong Cuong dont Pardonnable, impardonnable est déjà le dixième roman, se révélait être une grande raconteuse d’histoire. Son récit est sec, rythmé, on accroche dès le début de l’histoire et tout le monde devrait trouver facilement à se raccrocher à l’un des protagonistes. Je trouve les personnages de Jeanne et surtout de Marguerite (la moins coupable et la plus humaine des membres de la famille)  très réussis.

 » Ma vie est à l’image de cette chambre que ma réservée maman dans cette maison, dès mon premier été : étroite, sombre, avec une minuscule lucarne placée si haut que la lumière semble appartenir à un autre monde. »

J’ai dévoré ce récit en seulement quatre séances de lecture et cela m’a fait du bien de commencer l’année avec une vraie histoire centrée sur la vie, l’amour, l’humanité. On a besoin d’histoires romanesques à la fois proches et éloignées de nos propres vies.

Mais n’allez pas croire que je passe de la pommade à Valérie Tong Cuong sous prétexte qu’elle m’a gentiment proposé de m’offrir son nouveau roman, ayant apprécié l’argumentation de mes autres chroniques sur ses livres.

Comme bémols, un peu comme pour les autres titres de Valérie Tong  Cuong , je reste un peu sur la faim…sur la fin. Le parti-pris de l’auteur est d’être résolument optimiste et d’avoir foi en l’être humain  quoi qu’il arrive , mais le passage de blessures profondes du passé à un avenir potentiellement radieux n’est pas évident à restituer dans l’histoire, la transition n’est pas si simple. La renaissance par le pardon peut sembler un peu simpliste à certains moments de l’histoire (mon coté pessimiste l’emporte…). Et puis peut-être que cette famille a quand même  beaucoup de mensonges et de drames enfouis très loin dans ses entrailles…quoi que !

Au final, Pardonnable, impardonnable est une belle histoire, qui s’adresse à un large lectorat et qui pourra toucher vraiment beaucoup de monde. C’est un livre réussi, très efficace, qui se lit facilement, avec envie et qui, une fois arrivé à la dernière page, nous invite à réfléchir sur nos propres évitements pour ne pas dire la vérité à ceux que nous aimons ou croyons aimer…et à nous mêmes.

 » Je sais aujourd’hui qu’il faut se méfier de l’euphorie. Elle nous transporte loin des monstres qui nous hantent, loin des dangers qui guettent, si loin qu’on ne revient jamais plus  les affronter. On se croit tiré d’affaire, passé à autre chose. On décrète les dossiers classés, tandis qu’ils nous consument lentement. »

Mais quand même pour finir sur une pirouette, je m’inscris en faux sur ce qu’écrit Valérie Tong Cuong page 58 :  « …seuls les enfants prennent un goûter , quand on devient adulte , on n’y pense même plus…on ne  surveille pas sa montre avec fébrilité lorsque approchent les 16 heures 30 ».  En effet, je commence à regarder ma montre tous les jours peu avant 16 heures…

Publicités

34 réflexions sur “Pardonnable, impardonnable de Valérie Tong Cuong

  1. Moi je l’ai lu en une seule séance tant il m’a emportée. J’ai aussi un bémol, mais qui n’est pas le même que le tien : moi ce qui m’a dérangée c’est l’accumulation (peu crédible) de tous ces malheurs…

    Cajou

  2. Galéa ne nous connaît pas assez, elle n’a pas lu certains de mes billets reçus en partenariat (à la grande époque où on ne choisissait pas les envois), elle ne sait pas non plus (en ce qui me concerne) que même si je n’aime pas (alors que l’auteur m’est sympathique), je peux être intraitable ! Mais…mais je sais que certaines (une minorité) ne sont pas totalement honnêtes quand c’est un SP… du coup ça peut fausser la donne ! Galéa dit qu’elle a 63 ans mais ses 35 ans ans fougueux la rattrapent (et tant mieux), elle n’a pas encore le recul nécessaire (et la sagesse) pour distinguer qui est sincère (en écriture comme en lecture) ! Sinon, j’ai vu des avis mitigés donc je me ferai mon propre avis quand j’aurais descendu les urgences !!! 😉

    1. Haaaa…la sagesse de la grande Prêtresse….oui Galinette est une jeunette fougueuse qui ne respecte rien…tsssss !! 😀 😀
      Ce livre m’a vraiment plu , après on aime ou pas le style de Valérie et ses partis pris sur l’être humain.
      Par contre je suis en train de lire le roman d’Agnès Sedig que tu m’as offert à Noël…c’est comment dire…enfin je t’en reparlerai en off !
      Bises.

      1. Je ne suis pas d’accord Mindounet, Galinette est au contraire très respectueuse de certaines choses, trop peut-être ? 😆
        Quant à Valérie, je ne te sens pas assez enthousiaste pour la lire, pas encore mais ça viendra ! pour le Ledig, on saura maintenant… Quoique…j’aime aussi laisser des secondes chances après un livre que je n’ai pas aimé, tout dépend de certains facteurs, certains sont en effet rédhibitoires pour la seconde chance ! 😉

        1. Pour le Ledif, j’arrive à la partie  » 3 ans après « …ce livre me donne envie de relire un Musso !!
          Tu n’aimerais pas Valérie Tong Cuong enfin je ne pense pas, trop simple pour toi…:D mais moi j’ai aimé !!

          1. sous les galets

            coucou, Galéa la râleuse est là. Mon Aspho, tu sais bien que ce n’est pas à vous que je pense (vous êtes mes amis donc complètement hors de mes suspicions), mais je ne suis pas certaine que les billets complaisants soient une minorité comme tu le dis. Mais tu as raison je suis trop définitive dans mes points revue. Il faut que je bosse la dessus.

  3. A lire… peut-être !
    J’ai relu les chroniques que j’ai faites de cette auteure me souvenant qu’une chose m’avait ennuyée dans les deux livres lus, à savoir la construction similaire de ses ouvrages, donc je suis hésitant !

    1. Oui je me souviens et moi aussi j’étais resté un peu en retrait avec Providence à cause de ça mais 90% des auteurs sont dans cette posture là…c’est devenu un poncif que de dire qu’un auteur écrit le même livre toute sa vie…:D

  4. sous les galets

    Bon bon bon, VTC a offert son livre à la moitié de la blogo, je sens donc qu’aujourd’hui on va en manger du « Pardonnable impardonnable ». On va se dire les choses franchement, du coup j’ai un a priori négatif sur l’auteur, je déteste le principe de cette occupation artificielle des blogs, qui donnent au mieux des billets tièdes (car le blogueur ne veut pas vexer), au pire des billets complaisants.
    Bref, je sais bien mon cher MTG que tu ne passes » pas de pommade » à l’auteur, tu es bien trop décalé pour te perdre la dedans. Je ne sais pas s’il me tente, car le roman qui pari sur la foi dans le genre humain, bon bah forcémement, j’ai un doute. J’ai peur qu’il me manque du drame et du tragique surtout s’il est question de secrets de famille. Bon du coup je vais réfléchir.
    En attendant, et après mon petit dévouloir matinal, je te fais plein de bises l’ami 😉

    1. C’est la première fois qu’un auteur me propose son livre dédicacé et dans ces cas là, si c’est un auteur que j’apprécie, je dis oui de suite ! A bon entendeur salut si jamais un auteur que j’aime arrive ici par erreur ( car ici on ne peut arriver que par erreur…warf ). Par contre, pas question de rentrer dans le moule, les partenariats, les SP, les Price Minister et compagnie. Même les jeux entre blogs je ne veux pas en entendre parler, les LC et les challenges entre autres.
      J’ai beaucoup aimé l’Atelier des miracles et Pardonnable Impardonnable est dans cette veine là.
      Gros bisous Galinette 😀

    2. Vtc

      Surprenant et paradoxal ce commentaire sur un blog justement réputé pour son indépendance (et qui a déjà émis des réserves, et en émet encore, sur certains de mes écrits).
      Les blogueurs n’auraient-ils aucun sens critique ? Seraient-ils de simples boites aux lettres ? Je leur accorde plus de crédit. Je reçois moi-même beaucoup de livres, et je n’en recommande qu’une poignée, même si j’apprécie l’auteur, ce n’est pas parce qu’on reçoit qu’on aime. J’ai envoyé personnellement ce roman à quelques uns, très peu en fait, (et mon éditeur à d’autres, c’est vrai, comme le font désormais la plupart des éditeurs) qui m’ont souvent permis de faire de belles découvertes, justement parce que je pense que les blogs sont indispensables, par leur liberté de ton, et n’entrent pas dans la logique de système de certains médias. Tout comme de nombreux libraires.
      Vous parlez vous-même d’a-priori et je vous remercie de votre honnêteté sur ce point. J’espère que vous aurez l’occasion de me lire pour vous faire votre propre opinion sur ce roman. (D’autant que je ne suis pas tout à fait d’accord avec MTG sur sa vision de la fin du livre, pas si optimiste, tout le monde ne s’en sort pas de la même manière dans cette histoire…) Bien sincèrement. Vtc

      1. Merci Valérie d’être passée par ici. Sous les Galets adore les débats hé hé hé !
        Quand c’est un auteur que j’aime qui me propose de découvrir son livre je le vis comme un cadeau et un cadeau personnel en effet. Il n’y a que 5 ou 6 auteurs avec qui il m’est arrivé d’échanger quelques mots par mail ou via Face book dont vous.
        C’est vrai que ce livre m’a semblé vraiment plus noir que les 2 autres déjà lus, et pour moi seule Marge n’a rien à se reprocher dans cette histoire et méritait de s’en sortir le mieux possible. J’ai aimé ce personnage dès le départ, tout comme j’ai profondément détesté Jeanne et disons que le pardon , j’aurais du mal à y croire vis à vis d’elle…c’est pour ça que je parle d’optimisme.
        Je vous souhaite le meilleur pour ce nouveau roman et courage, il n’y a pas que Michel Houellebecq dans cette rentrée même si les médias sont en boucle !!

        1. sous les galets

          Oh non, Valérie, je ne découvre votre commentaire que maintenant. Vous avez raison, je critique sans connaître. Mais j’ai tellement acheté de livres encensés par les blogueurs pour découvrir des choses très moyennes que depuis je suis un peu circonspecte, et vu que je ne fais pas dans la mesure, je jette le bébé avec l’eau du bain. Ceci-dit, je crois surtout que je ne me sens pas très à ma place dans les concomitances entre blogueurs et écrivains, beaucoup de blogueurs ont un tel besoin d’exister auprès des auteurs et des éditeurs qu’ils deviennent complaisants pour rester dans les petits papiers des uns et des autres. Mais je sais que pour les auteurs c’est aussi un moyen de donner de la visibilité à leur roman. Je ne voulais vraiment pas vous blesser, c’est à des pratiques de la blogosphère que je m’en prends pas aux écrivains qui essaient de faire découvrir leurs écrits. Je ne suis pas sûre du coup que vous aurez ma réponse, mais je vais effectivement apprendre à être plus mesurée et nuancée.
          Un bon dimanche à vous (et à toi MTG 😉

          1. Ben pas de soucis miss, chacun peut dire ce qui veut ici, tu es sincère et Valérie l’est aussi dans sa démarche…et moi aussi puisque je garde mon esprit critique et même si j’ai beaucoup aimé le livre, je dis aussi ce que je n’ai pas aimé ! Bises et reviens toujours ici !

          2. Vtc

            Oups, c’est à mon tour de découvrir ce message bien tardivement…mais merci de votre réponse, c’est très agréable de pouvoir échanger ! Ce que vous reprochez à la blogosphère me renvoie à ce que l’on reproche depuis longtemps déjà aux critiques de presse, beaucoup de complaisance, de renvois d’ascenseur, etc. Je crois que c’est hélas un aspect inévitable, mais je crois surtout que les trop complaisants, les intéressés, ceux qui écrivent par égo plus que par passion sont amenés à disparaître. Les lecteurs qui ne font plus confiance cessent de prendre leurs avis. C’est d’ailleurs parce qu’une partie des journalistes (heureusement, pas tous) ne fait pas son boulot que la presse va si mal….
            Quoi qu’il en soit, je vous souhaite de belles lectures, ainsi qu’à MTG :). Valérie

            1. Merci Valérie de votre passage. Vous devez être en « tournée » avec Pardonnable Impardonnable .
              De mon coté, en tant que lecteur, je ne lis aucune critiques sur les livres de la presse spécialisée et très peu de chroniques sur les blogs, exceptés les quelques blogs amis que je fréquente depuis longtemps.
              Bonne journée.

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s