Réussir sa vie !

crepesVous vous souvenez de la phrase de Jacques Séguéla : « Si on a pas une Rolex à 50 ans, c’est qu’on a raté sa vie ! ». Plus stupide on meurt…à moins que , faisons l’avocat du diable.
Je rappelle que Jacques Séguéla était (ou est toujours ) un célèbre publicitaire, un créatif,  qui se définit lui-même comme un « fils de pub » , fondateur de l’agence RSCG …on lui doit notamment le slogan de la campagne de François Mitterrand en 1981 « La force tranquille » puis en 1988 « Génération Mitterrand ».
Qu’a donc voulu dire Séguéla ? Pour un publicitaire au top, habitué à fréquenter le gratin, peut être que la Rolex symbolise la réussite sociale, le fric, le pouvoir, l’ascendant. Et peut-être que finalement, son rêve à lui c’était ça,   qu’il considérait vraiment que si à 50 balais on n’avait pas atteint la réussite sociale, alors on était passé à côté de sa vie.
Autant, c’était son truc à lui d’être riche et en haut de la pyramide sociale. Son rêve de gosse, son plan de vie, sa façon d’exister.
L’espérance de vie est en gros en France de 80 ans pour les hommes et 86 ans pour les femmes. D’ailleurs, pour information, le pays où l’espérance de vie est la plus élevée est…Monaco avec 88 ans en moyenne, soit 40 ans de plus qu’en Sierra Léone…de quoi réfléchir sur la notion d’égalité et le fait que Dieu est amour…
Bien sûr, cela ne veut rien dire l’espérance de vie…on connait tous de prêt ou de loin un quasi centenaire ou un jeune de 30 ans qui s’est pris un platane en pleine face…
Autrement dit, si on est dans « la norme », à 50 ans, la bouteille est presque aux 2/3 vide…alors si on n’ a pas encore pris sa cuite, ce sera moins évident de le faire avec ce qui reste dans la bouteille, d’autant qu’en vieillissant il parait qu’on supporte moins de se bourrer la gueule…
Les caps à franchir…la crise de la quarantaine existe en vrai, c’est pas que dans les livres et les films…et je tremble déjà devant celle de la cinquantaine.
J’ai encore 5 ans avant d’arriver à 50 ans et je préfère ne pas me poser la question de la réussite ou non de ma vie…ça m’arrange étant donné tous les foirages depuis que je suis né…de toute façon je ne supporte pas bien l’alcool, 2 verres ça va, 3 verres bonjour les dégâts (elle est pas  de Séguéla celle là ).
Et puis c’est quoi réussir sa vie ? C’est compliqué…les autres pensent réussi ce que nous savons ratés (et le contraire est vrai aussi…)
Ce que je sais, c’est ceci : à ce jour, c’est les crêpes que j’ai le mieux réussi dans ma vie, J’ai une recette bretonne géniale et je me débrouille pour qu’elles soient toujours  bien dorées. Et j’aurais envie de dire cela à Jacques Séguéla : « Jacques, est-ce que tu sais encore faire les crêpes ? Et si non, est-ce qu’on  risque de rater sa mort quand on ne fait plus de crêpes à 80 ans ».

Prismatic World Tour : Katy Perry , 17 février 2015 à Montpellier (2)

katy 2On est vendredi soir, 21h15…A  Lyon Katy Perry doit rentrer en scène. C’est dingue comme après 3 jours je suis toujours dans le concert, je traîne une vraie nostalgie de ce moment hors de tout. C’est difficile d’expliquer pourquoi avec certaines personnes ou quelques artistes, il y a un tel attachement de ma part. Jeanne a raison, c’est impossible d’ expliquer ce que l’on ressent en concert…ça se vit avant tout . Mais quand même je vais essayer de décrire et surtout je vous mets les vidéos (vous n’êtes pas obligés de les lire, je ne regarde jamais les clics, je ne le saurai pas…warf !!)

Au départ, Katerine Hudson chantait du gospel dans des lieux de culte et son premier album éponyme était du rock chrétien. Elle faisait des concerts acoustiques avec sa guitare…et puis voilà ! Aujourd’hui, la chanteuse Katy Hudson est remplacée par le personnage Katy Perry…le chant est moins catholique et la pop moins académique, mais le show est époustouflant.

C’est tout l’univers coloré,acidulé, gentiment déjanté, un peu déluré, un peu sexy qui éclate sur cette tournée. Je n’ai jamais vu quelqu’un se produire avec autant d’énergie et de détermination. Katy chante, danse, saute, parle avec le public, virevolte, apparaît, disparaît, lévite, vole, crie, sourit…dans un univers de chats, de tournesols, de papillons, de ballons, de nuages, de confettis, de créatures diverses et variées, de feux d’artifices. C’est comme si elle rattrapait le temps d’une certaine enfance perdue, du temps où ses parents pasteurs l’empêchaient d’écouter de la musique laïque…parents réfléchissez avant d’interdire à vos enfants telle ou telle chose…voyez comment ça peut finir !

La scène est une prouesse, techniquement tout se passe très vite, par le dessous de la structure. Katy est proche de ses fans, elle est très souvent au bout de la scène au milieu des spectateurs, elle s’adresse à toutes les parties de la salle. Elle donne de sa personne pendant 2 heures sans jamais s’arrêter. Les changements de décor et de costumes vont à une vitesse ahurissante. Une énergie incroyable…au bout d’un an de tournée dans 43 pays et 4 continents, faut avoir la santé…

Visuellement, c’est un délice, toutes les couleurs du prisme ou de l’arc-en-ciel. Le fond de la scène  en forme de pyramide crée des décors fantastiques, hyper réalistes ou fantasmés.  Quant à Katy Perry et ses immenses yeux…un régal pour les nôtres, ébahis par tant de grâce.

Le son est à bloc, presque trop mais c’est la loi du genre, le chant passe au second plan, c’est avant tout de la magie, du rêve , une réalité irréelle et sucrée.

Les 2 heures passent en l’espace de quelques minutes et la salle se rallume soudain, le rêve est brisé, le songe est terminé. Sur le moment c’est vraiment génial, du jamais vu, l’impression d’avoir participé à un délire collectif. Après c’est la banane assurée, puis le coup de blues…le retour à la réalité…mais ça fait du bien de régresser et de s’éclater…

Et à la prochaine tournée, j’irai la voir a Londres ! C’est décidé !

Les moments que j’ai aimés sont ici.

« In the  grace of gold » : C’est aussi une chanteuse.

« Walking on air ». Facile de marcher sur les nuages.

« Firework » . Le final, sa chanson fétiche, hyper technique en chant…

« Birthday » : Elle salue son public en se baladant dans la salle…elle m’a même tiré la langue..

« Dark horse ». Le décor égyptien.

 

Prismactic World Tour : Katy Perry, Montpellier 17 février 2015 (1).

katy 2Il est 21h15, mercredi 18 février 2015, il y a 24h, Katy Perry rentrait sur scène, à l’ Arèna de Montpellier, pour l’un des 2 concerts français de son show : le Prismatic World Tour. J’y étais parmi les 13000 spectateurs e la salle ( jeunes, couples d’amis de 20 à 40 ans, enfants avec leurs parents…).

Waouh…24h après je suis un peu sonné par ce que j’ai vu hier au soir. Certes, je n’avais jamais vu d’artistes de cette catégorie (star mondiale de la pop américaine) mais je pensais avoir vu déjà pas mal de choses avec les shows de Mylène Farmer , seule artiste française à proposer des tours à l’américaine. Ben, là on est sur une autre catégorie au niveau spectacle, son, lumière, décor, images, costumes, chorégraphies…

C’est gigantissime, un rêve éveillé, l’univers Katy Perry saturé de couleurs et de pirouettes…

Le Prismatic World Tour c’est :

  • Un an de tournée, du premier concert à Belfast le 7 mai 2014 au dernier concert à Bangkok  prévu le 15 mai 2015
  • 141 dates
  • 32 Pays
  • 4 continents visités.

Hélas, c’est compliqué de pouvoir faire une deuxième date compte tenu que le plus proche endroit pour revoir le spectacle est Lyon, vendredi prochain , le 20 février. Mais si vous êtes pas loin de Lyon et que vous pouvez voir Katy Perry, allez-y…il reste quelques places en fosse c’est à dire debout (51€) . Le concert dure 2 heures  pile poil  de 21h15  à  23h15 , c’est à la halle Tony Garnier. C’est une expérience à vivre !  Quand je vois le prix des places de n’importe quel gugusse un peu connu  4O € ou des comiques venus seuls sur scène réciter leurs vannes à deux balles pour 50 ou 60 €, je me dis que s’il n’y avait pas le train ou l’avion, l’hôtel, la fatigue et une journée de congé de plus à poser j’y retournerai !

A moins que j’aille en Chine ou au Japon… Pour l’ Angleterre, l’Australie, la Nouvelle Zélande c’est raté…

Mais alors, il se passe quoi dans ce Prismatic World Tour ? Ben là tout de suite, je n’ai pas le temps de raconter, je suis claqué et je vais prendre le temps de mettre des photos et des vidéos…21h34 je vais me coucher !

A suivre donc …ou pas !

Katy

 

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

fleurs pour AlgernonJe remercie Valentyne qui m’a offert ce livre en juillet dernier, lors du complot des 3 ans du blog.

Charlie est déficient mental. Il a un travail, des supposés amis mais ne sait ni lire ni écrire. Il rêve de devenir intelligent. Des docteurs lui proposent une intervention chirurgicale qui devrait le rendre intelligent. Des recherches ont été menées sur une souris au laboratoire, et l’intervention chirurgicale l’a rendue intelligente, plus que ne l’est Charlie au départ. Les médecins et psychologues ont besoin de tester leur découverte sur un être humain et Charlie accepte de jouer les cobayes. Peu à peu, Charlie devient intelligent et se lance dans les études, allant jusqu’à dépasser même ses médecins. Mais un jour, Algernon commence à décliner…

Ce livre de Daniel Keyes est aujourd’hui un classique de la littérature américaine, vendu à plus de 5 millions d’exemplaires. L’auteur, à la fois écrivain et chercheur en psychologie, a réussi à écrire une histoire fantastique, à la limite entre la science fiction et la réalité.

Le sujet est original, l’histoire bien amenée, le fond est brillant, on ne peut s’empêcher de réfléchir et de s’interroger sur les bienfaits du savoir et de la connaissance.

Des fleurs pour Algernon est aussi une histoire contée avec beaucoup d’humanité et de justesse. Il y a des moments particulièrement émouvants surtout sur le dernier tiers du livre.

Je n’ai pas pu m’empêcher de rapprocher ce livre du film culte de David Lynch, Eléphant man ( je ne suis pas un animal, je suis un être humain…).

C’est presque un coup de coeur mais pas tout à fait car je n’ai pas particulièrement aimé le style de Daniel Keyes. Autant il fallait oser commencer le livre dans le langage d’un déficient mental, autant par la suite, j’ai trouvé le style un peu creux, trop descriptif. Certaines longueurs également m’ont gênées alors qu’à d’autres moments tout s’emballe.

Des fleurs pour Algernon restera un vrai bonheur de lecture, une découverte et c’est le genre de livres que j’aurais aimé découvrir au collège ou au Lycée.

Voici un extrait qui je crois, synthétise à merveille la morale de cette belle histoire. C’est Charlie, le héros du livre qui écrit cela dans son journal quotidien…

 » J’ai appris que l’intelligence seule ne signifie pas grand chose. L’intelligence et l’instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher. Comprenez-moi bien, l’intelligence est l’un des plus grands dons humains. Mais trop souvent, la recherche du savoir chasse la recherche de l’amour. L’intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l’écroulement mental et moral, à la névrose et peut-être même à la psychose ».

Saint Valentin…Putain ça craint !

logo syl love attitude

Demain c’est la saint Valentin (bonne fête Valentyne au fait !!), qui est à l’amour ce que Lara Fabian est à la chanson…alors je me suis dit que ce serait le moment de faire un point sur  cette célébration au fil du temps…car oui le couple se forme et vieillit. Comment marque-t-on la Saint Valentin :

  • Juste avant que le couple ne  se forme : là c’est restau fin ,  21 roses pourries  achetées au vendeur  de service…oui car le vendeur de service est spécialisé dans ce petit commerce lucratif…
  • Après un an : pas de restau mais un maxi cadeau lingerie sexy…avec ce paradoxe, moins il y a de tissu sur le produit et plus ça coûte un bras…mais yala, c’est pas les dessous des 3 Suisses, on ne  lésine pas sur le prix…on est des chacals !
  • Après deux ans : Petit week-end en amoureux…haaa Venise, son carnaval et ses ruelles sombres…
  • Après trois ans : le même restaurant que le premier jour…mais sans les fleurs…l’amour dure trois ans, tout le monde sait ça, après c’est une autre forme de sentiment amoureux, moins passionnel, et puis offrir des cadavres de fleurs pour célébrer l’amour, ça le fait pas ! Alors autant s’y faire !
  • Après 5 ans…ben rien, on est crevés ce soir là, ça tombe mal, en pleine semaine et puis c’est nase de fêter ça, c’est commercial , payer 50€ le repas dans un restau pour manger un peu de foie gras et de saumon avec une sauce  de chez Métro…fraîchement décongelée, non merci !   Sans compter qu’il faut se taper les autres couples qui se font la gueule et ceux qui se chauffent mutuellement sous nos yeux…
  • Après 8 ans : soirée avec Jérôme et Mathilde…car eux aussi se font chier le soir de la Saint Valentin…Bizarre d’autant que Jérôme a parait-il un beau petit cul, quant à Mathilde, on pêcherait volontiers avec ses lignes…(jeu de mots comme disait Maître Cappelo…si tu ne sais pas qui est Maître Cappelo, cela veut dire que tu es jeune, je te hais, sors d’ici tout de suite…)
  • Après 10 ans : Tiens, si on se faisait un petit hôtel en amoureux pour nos 10 ans? Bonne idée. Toutefois Monsieur, si c’est vous qui organisez, évitez le Formule 1  (c’est pas classe) mais aussi  le Carlton de Lille (C’est pas classe non plus…et d’ailleurs si vous pouvez, évitez Lille tout court).
  • Après 15 ans :  » Heu mon chéri, je sais que demain c’est la Saint Valentin mais je me fais une soirée « filles », ça ne te dérange pas?? Tu sais Nathalie est toujours célibataire et Sandra n’a pas trop envie de passer la soirée avec son mari depuis qu’elle sait qu’il la trompe ».  Et là, comme Monsieur ne peut pas se faire une soirée « mecs » parce que Monsieur est fier vis à vis des autres mâles dominants et que ce soir-là, il est censé faire sa fête à madame, il risque d’être contraint de se faire une soirée Clara Morgane sur sa tablette dernier cri…pas facile tous les jours d’être un homme…
  • Après 20 ans : Il y a quoi ce soir à la télé ?
  • Après 50 ans : Hé c’est la Saint Valentin ce soir ! Hein?? Il se passe quoi à Pantin?? Non je te parle de la Saint Valentin !! Ha bon, ils repassent le commissaire Valentin à la télé (lecteur lectrice si déjà tout à l’heure tu ne voyais pas pour Maître Cappelo mais que tu es resté quand même, et  si là,  tu ne vois pas non plus  de qui il s’agit je te maudis jusqu’à la cinquième génération !!

Moralité : Si tu es amoureux  et que tu voudrais bien concrétiser avec ta dulcinée dès demain soir,  vois le verre à moitié plein et ne sois pas trop impatient,  car si à la Saint Valentin, elle t’a pris la main, bientôt viendra la Saint Marguerite…

Mais je suis sûr que vous mourrez d’envie de savoir ce que je fais pour la Saint Valentin: hé bien  une soirée crêpes bretonnes devant la cheminée  avec La Douce…c’est  » so romantic » ! Et en plus j’ai une super recette de crêpes que je vous livre ici !

PS : Merci à Syl  qui m’a donné l’idée de faire un article sur la  Saint Valentin et m’a proposé le logo en haut de l’article. Vous pouvez allez voir sur son blog sa semaine bisounourse spéciale saint-Valentin : Ici.

Un hiver à Paris de Jean-Philippe Blondel

blondel u hiver à ParisVictor est un jeune provincial  solitaire débarqué à la capitale, en classe de prépa littéraire. La pression et la sélection font rage. Mathieu, le seul étudiant avec qui Victor échangeait quelques mots , se suicide en sautant par la fenêtre du lycée après une nouvelle humiliation du professeur de lettres. Victor accours mais il est trop tard.  Victor devient malgré lui  » l’ami de la victime » et l’attitude des autres vis à vis de lui de met alors  à changer.

J’ai dévoré Un hiver à Paris, j’ai dû me freiner pour ne pas lire le nouveau roman de Jean-Philippe Blondel, quoique court comme toujours, dans une seule et même après-midi. On y retrouve tout ce que j’aime chez Blondel et que j’ai déjà détaillé souvent dans le passé, comme ici :

Alors, et même si Un hiver à Paris ne figure pas parmi mes titres préférés de l’auteur de 6h41 et d’ Accès direct à la plage,  (identification au personnage moins forte…) voici les 10 bonnes raisons de lire le nouveau roman de Jean-Philippe Blondel.

 C’est du Blondel :   » Patrick Lestaing a posé sa main sur mon bras. J’ai senti de nouveau les frissons sur ma peau. Trois fois. Trois fois en une semaine. Les autres retrouvaient le chemin de mon épiderme. Un peu plus et je me serais cru vivant. »

  • Il y a des oxymores…et j’aime bien  » Ma vie s’emballait doucement. »
  • Il y a comme toujours une bande son en second plan…musique et mots sont les meurtrières de nos propres châteaux forts…
  • Il y est question d’ Emily Brontë…si si !
  • Il y a une charge (pas  encore assez forte à mon goût…) contre le système des grandes classes élitistes et contre l’élitisme en général :  » Vomir la jeunesse pour son inculture n’est qu’une ultime preuve de la détestation de soi ».
  • Il y a une réflexion sur la fonction d’écrivain…ce  » Maître des illusions qui parvient ainsi à ne pas être le jouet des autres »
  • Il y a seulement deux mots que je n’ai pas compris dans le texte et pour une fois, j’ai été voir dans le dictionnaire ce que  » péristyle » et  » gémonies » voulaient dire…
  • Blondel est le seul auteur capable d’évoquer sans les citer Modiano et Bananarama à trois pages d’intervalle !
  • Blondel est l’un des auteurs de ma génération qui exprime le mieux la vacuité des êtres et des relations humaines :  » Parfois, on a en vie de dire  » Bien sûr ! » , comme ça pour se rassurer. Nous savions tous les deux que, petit à petit, nous nous détacherions, que ne resteraient, dans quelques mois, que des souvenirs fugaces, des bribes de conversations, des portraits volés que personne n’avait pris en photo. »
  • Parce que Blondel est un fin  observateur des vicissitudes des êtres humaines :  » L’échange c’est ce qui nous tue non ? Chaque fois que quelqu’un donne il faut rendre. C’est un système sans fin. Maintenant, j’accepte les cadeaux pour ceux qu’ils sont. Des cadeaux. Temporaires. Sans contrepartie. Des cailloux sur mon chemin. »

Pas convaincus? Lisez l’interview que m’a accordée Jean-Philippe Blondel à l’occasion de la sortie de Un hiver à Paris : Ici.

WordPress et moi : bilan après 5 mois de blog !

gig joconde 2Voila, cela fait 5 mois  que j’ai migré d’ Overblog vers WordPress et autant dire que mes statistiques sont maintenant ébouriffantes ! Il fallait que je vous en parle ! Je fais péter les vrais chiffres, ceux donnés par WP sont présentés de manière à gonfler un peu artificiellement l’activité des blogs mais la vérité ne me fait pas peur, je suis un killer !

  • Les articles : Je continue de publier tous les 3 jours, comme avant, mais en relisant mes articles du temps d’ OB, je vois que je suis moins inspiré. j’écrivais un peu à l’époque, aujourd’hui je publie…bref l’inspiration décline et je commence à m’auto-ennuyer. Mis à part mon tout premier article de migration qui a attiré les curiosités, les articles qui marchent le mieux sont ceux qui parlent des blogs. Ben oui, ce qui intéresse le plus les blogueurs c’est eux-mêmes, vous saviez que le saint patron des blogs était Nombrilis (un cousin du vieux Narcissius)  non ? Les articles sur la musique et sur les textes publiés en dehors de l’atelier de miss Aspho sont des semi-bides sauf exception. Coté livres, cela dépend, les plus lus ont été celui sur Oona et Salinger de Beigbeder et celui sur Charlotte de Foenkinos. Le blog devient  officiellement un blog non littéraire de littérature, donc il y aura des changements enfin je l’espère.
  •  Au niveau du trafic (rien d’illicite ne vous méprenez-pas…) , j’ai en moyenne 40 visites par jour mais cela ne représente que 15 visiteurs uniques. Oui WP met en avant les pages vues, c’est plus ronflant que les visiteurs uniques. Si vous avez 10 visiteurs qui lisent 50 pages, soit ils adorent ce que vous faites, soit ils sont idiots et doivent revenir plein de fois pour comprendre…mais sur ce blog, il n’y a que le top du top au niveau des visiteurs, la  cerise sur la crème du cup-cake, donc je n’ai pas d’hésitations…
  •  Au niveau des référents, c’est à dire la provenance des visiteurs : après les moteurs de recherche et mon blog sur Overblog , les lectrices viennent dans l’ordre de chez  Célestine (quelle star la Célestoche quand même) Facebook, Jeanne, Galéa, Malika et Asphodèle. Je précise que je ne reverse pas de commissions et que je ne fais pas de cadeaux pour ces services rendus…Donnez, donnez, donnez-moi…Dieu vous le rendra  (Dieu n’existe pas, c’est juste un concept commercial mais donnez-moi quand même…)
  • J’ai 30 abonnés ce qui est déjà pas mal mais pas  80 comme vous pouvez le lire. WP inclus mes amis FB dans les abonnés alors que plus des 3/4 ne savent même pas que j’ai un blog.  Mais j’ai de plus en plus d’abonnés WP, que je ne connais pas… les lecteurs invisibles…la face cachée de l’iceberg…c’est intéressant de savoir ça, et si finalement ces lecteurs cachés étaient aussi le coeur du blog ?
  •  Coté commentaires, ça y  va plein pot…en moyenne j’ai une quinzaine de commentaires sur chaque article (et pas 30 comme l’indique WP qui compte mes réponses dans les commentaires. Certes il m’arrive de m’ auto-commenter mais quand même…). Mais surtout, j’ai 44 commentateurs différents depuis que je suis venu ici, sur la plate forme des winners, le blog s’est  donc ouvert à d’autres personnes et c’est tant mieux.  Et voici le top 6 des commentatrices, qui est le même qu’à la fin de 2014.
Asphodèle
Asphodèle
Somaja
Somaja
Valentyne
Valentyne
Syl
Syl
Galéa
Galéa
Célestine
Célestine

Merci à tous et à toutes…see you !