Le Bac de Français.

gif chienEn 1986, j’avais 16 ans lorsque j’ai passé la Bac Français.  J’ai fait un bac B, c’est à dire science éco, mais le programme était  commun à l’époque avec le Bac A , littéraire.

Suite à un échange avec Sharon concernant un livre classique imbuvable, je lui ai dit que je parlerai des textes et oeuvres complètes étudiés en seconde et surtout en  première  que j’ai dû présenter pour cette épreuve.  Voici donc cette liste, je commente après…

Thème 1 : Du bon sauvage au nègre romantique

  • Montaigne : Les essais
  • Montesquieu : Les lettres Persanes
  • Diderot : supplément au voyage de Bougainville
  • Hugo : Bug Jargal (oeuvre complète)
  • Mérimée : Tamango

Thème 2 : Les relations maîtres valets au théâtre

  • Molière : Don Juan
  • Marivaux : L’ île des esclaves
  • Beaumarchais : Le Mariage de Figaro
  • Hugo : Ruy Blas (oeuvre complète)
  • Césaire : Une tempête

Thème 3 : Le héros romantique et l’esthétique du mal du siècle

  • Goethe : Les souffrances du jeune Werther
  • Chateaubriand : René
  • Vigny : Stello
  • Pétrus Borel : Champavert
  • Musset : Les Confessions d’un enfant du siècle

Thème 4 : Diableries et thèmes sataniques

  • Jacques Cazotte : Le diable amoureux
  • Aloysius Bertrand : Gaspard de la nuit (oeuvre complète)
  • Hussmans : Là-bas
  • Bernanos : Sous le soleil de Saton
  • Higelin : Champagne (chanson)

Thème 5 : Elles, portraits de femmes

  • Gautier : Mademoiselle de Maupin
  • Maupassant : Boule de Suif
  • Baudelaire : La belle Dorothée
  • René Fallet : Banlieue Sud-Est
  • J-P Dubois : La rose noire du blues

Bilan des courses : désastreux. En seconde , ma prof de français s’appelait SAM ( non pas celle qui ne buvais  pas dans les soirées…quoi que) :Soeur Anne Monique. Hé oui j’étais dans un lycée privé. Bon souvenir de ses cours, esprit ouvert…mais suivant le programme académique à la lettre

En première, le prof était M Vanel, en apparence sympa mais en fait un con présomptueux, sorte de terroriste intellectuel , parfait pour faire avaler tous ces auteurs dans le temps imparti.

Le souci est là, quand on a 14, 15 ou 16 ans, qu’est ce qu’on en a à foutre de ces histoires d’autres siècles qui n’ont aucune résonance avec nos vies et notre époque?  Comment on peut aimer ces monuments de la littérature française?  Cela serait trop demander à l’intelligentsia de l’éducation nationale  et à nos élites de redescendre sur terre et d’essayer d’intéresser les jeunes à la lecture avec des auteurs contemporains, jeunes, accessibles…on pourrait faire 50% de classiques et 50% d’auteurs actuels non ?

C’est très français ceci de s’occuper beaucoup plus des morts que des vivants…

vieux livre

Ce qui est bête, c’est que je n’ai jamais relu un seul de ces auteurs (excepté Maupassant) et que je n’ai aucune intention de le faire…merci l’éducation nationale.  Un livre sur 4 ou 5 que je lis est pourtant  un classique et aujourd’hui j’apprécie certains d’entre eux.

J’entends ici ou là, que dans certains lycées on aborde Anna Gavalda ou Gaëlle Josse,  et  bien  d’autres…et je me dis que peut être ils ont enfin compris, que les choses changent, que peut-être ils en ont marre de dégoûter les jeunes de la lecture…

Bien entendu, si vous avez des souvenirs de vos textes de bac français en tant  qu’ancien élève,  si vous êtes prof  de français, lecteur  ou auteur…exprimez-vous…votre avis m’intéresse…

Publicités

49 réflexions sur “Le Bac de Français.

  1. C’est un débat intéressant, je me souviens de véritables coups de coeur dans les classiques : Victor Hugo, Maupassant, Zola, un peu plus tard les surréalistes… Mais en effet Rabelais en vieux français j’ai trouvé ça dur 🙂 Tout autant que les descriptions à n’en plus finir de Balzac… A mon avis il faut un peu des deux : des classique pour contextualiser l’histoire de la littérature, mais aussi de la littérature contemporaine pour le plaisir et pour ouvrir à des débats plus actuels.

  2. J’ai passé le bac en 2000, épreuve de français en 1999.
    Pour le bac français j’avais étudié : Les Confessions de Rousseau (« Bon ! dit-elle en se retournant, femme qui pète n’est pas morte », voilà la principale citation que j’ai retenue !), Antigone de Anouilh (j’adore !) et … trou de mémoire.
    pour l’épreuve de lettres nous avions vu : Les fleurs bleues de Queneau, Les nouvelles de Saint-Petersbourg de Gogol et La règle du jeu de Renoir (je ne comprenais pas et ne comprends toujours pas pourquoi étudier un film, même exceptionnel, pour une épreuve de littérature…)
    Des œuvres intéressantes, des univers très différents et plutôt contemporains.

  3. sous les galets

    moi j’étais déjà vieille dans ma tête en première donc j’adhérais à fond sur les classiques (depuis la 4ème…très pratique pour se faire des amis).
    Cela ne m’a pas empêché de rater mon bac de français et de le repasser l’année d’après en Terminale (oui c’était possible d’annuler sa note de 1ère en prenant un coeff double en Terminale).
    Pour moi le vrai problème, c’est qu’on travaille sur des extraits et pas sur des oeuvres complètes. Un ado ne peut pas comprendre la portée d’un extrait sorti de son ensemble.
    Tu me fais délirer MTG (le coup des Français qui préfèrent les morts aux vivants, c’est excellent)
    Des bises et bon we irlandais

    1. Il y aurait de quoi faire un débat mais c’est très vrai qu’on s’occupe plus des morts que des vivants : regarde l’attrait un peu morbide pour les anniversaires, les commémorations, la généalogie et regarde la culture en France.
      Ce n’est pas à toi que je vais dire que l’histoire et nos ainés ne sont pas importants, ce n’est pas ce que je voulais dire…mais même dans les familles…on parle parfois bien plus des morts que l’on ne s’occupe des vivants !
      Je me doutais un peu de ton commentaire mais ne t’en déplaises, tu es une tronche à ta manière…:D 😀
      Et tu ne dis pas si en terminale tu l’as réussi ton bac de Français mais je suis certain que oui…peut être à l’oral , à l’époque, tu étais moins à l’aise….
      Pour les extraits tu as raison mais difficile de faire autrement tant que l’objectif du programme est de gaver l’élève de 5 siècles de littérature…
      Bisous et je penserai à toi en buvant une bonne bière ( mais pas une Despé…une bonne Guiness fraîchement tirée…:D 😀 )

  4. Quelle mémoire Mind 🙂

    De ta liste j’en ai lu très peu , un seul en fait : Maupassant : Boule de Suif
    Des extraits pour les autres …

    En seconde , je me souviens de
    Mérimée :Colomba
    Molière : l’école des femmes et un autre mais lequel
    Buzatti le désert des tartares (détesté , relu il y a quelques temps sur les conseils d’Edualc (et apprécié)
    L’or de Cendrars (ennuyeux ;-))

    Et de première le blanc total : je ne me rappelle plus que de celui que j’ai eu au bac français : l’espoir de Malraux …contemporain et difficile …

    Bisessss

    1. Coucou Val !
      Aucune mémoire, j’ai recopié la liste de mes textes que j’ai conservée !!
      Pas beaucoup mieux pour toi…Malraux je le lirai un jour, un grand homme…
      Aujourd’hui on lit et on y prends du plaisir et c’est bien l’essentiel !
      Gros bisous et belle journée !

  5. C’est fou ce que tu as bonne mémoire ! Je serais bien incapable de citer exactement les textes étudiés pour le bac. Par contre je me souviens parfaitement de mon prof de français den 1ère (et pourtant ça remonte à loin ! 😉 ). Il était génial, enthousiaste et tout en respectant le programme, il nous faisait découvrir les classiques et les contemporains. Cela donnait lieu à des heures d’échange entre lui et la classe et aussi entre nous. C’était si génial que nous avions demandé au chef d’établissement de nous remettre des cours de français en terminale alors que ce n’était pas au programme. Juste pour le plaisir ! Et pourtant nous n’étions pas une classe de flèches ! 😉
    Et en terminale, ce prof travaillait beaucoup avec son collègue de philo, un vrai bonheur !
    Pour ce qui est d’aujourd’hui, les programmes sont sans doute plus stricts, mais je t’assure que j’ai côtoyé nombre de profs qui faisaient étudier des contemporains. C’est seulement que comme ce n’est pas enseigné à la fac (et voilà le serpent qui se mord la queue) , les profs sont parfois frileux à faire étudier des textes qu’ils ne maîtrisent pas (idem pour le théâtre contemporain). Car jeune homme grincheux, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de faire lire et peut-être aimer ! il faut aussi et surtout faire étudier !
    Quant aux textes étrangers (contemporains ou non), ils sont malheureusement exclus des programmes du bac. Mais beaucoup de profs en conseillent à leurs élèves en lien avec les époques ou les auteurs français qu’ils étudient.
    A part ça, tu t’en es pas mal sorti pour un gars qui a dû subir tous ces textes classiques !
    Et soit dit en passant, pour quelqu’un qui se pâme devant les sœurs Brontë et autres auteurs pas de la première jeunesse, je glousse ! niak ! niak !
    bises à toi gentil râleur

    1. Somaja, tu penses bien que j’ai recopié la liste des textes, je l’ai gardée avec mon livret scolaire et mes bulletins de l’époque sans cela…:D
      J’aurais aimé avoir ton prof, vraiment, qui sait si ça aurait changé ma vision des choses.
      C’est vrai qu’il faut faire étudier et que le prof est contraint par le programme officiel mais c’est d’autant plus grave que faire étudier sans faire aimer est une connerie…c’est du bachotage rien de plus, je crois avoir eu 12 ou 14 en français, je ne sais même plus sur quel texte…récitation de fiches apprises par coeur !!
      Moi grincheux ?? 😀
      Gros bisous miss !! 😀

    1. C’est marrant, depuis 2015 où je me suis rapproché de nouvelles blogueuses ( Emilie, Phili, toi…), elles ont toutes entre 40 et 45 ans…je rajeunis le lectorat hi hi hi…sans compter Galinette que je connais depuis début 2014 et qui est une jeunette mais très vieille dans sa tête comme elle le dit encore sur son commentaire sur cet article…warf !!

  6. valmleslivres

    Très classique cette liste en, effet.
    Ma collègue et moi avons participé au prix Goncourt des lycéens et donc nos élèves avaient des textes contemporains sur leurs listes, aucun d’entre eux n’a été interrogé dessus.
    A contrario, moi qui suis prof d’anglais, j’ai étudié une chanson d’Enimem avec mes élèves cette année. Les TL choisissent les documents qu’ils mettent sur leur liste de bac et bien les miens sont restés très classiques et peu d’entre eux ont choisi Eminem.
    J’avais une admiration sans borne pour ma prof de français de 1ère. Elle m’a fait aimé des classiques comme Les liaisons dangereuses ou Les Diaboliques. Et c’est elle qui m’a donné une liste de classiques à lire que j’ai scrupuleusement suivie.

    1. Tu vois déjà les liaisons dangereuses et les diaboliques, c’est autre chose…je n’ai pas lu les livres mais j’ai adoré les films de Frears et Clouzeau (si je ne me trompe pas).
      C’est génial la mixité des textes, et c’est vraiment louable d’essayer d’intéresser les jeunes avec des auteurs actuels, de leur époque, je n’ose pas dire de leur quotidien, comme tu l’as fait avec Cécile Coulon.
      En anglais aussi, on avait ds textes souvent d’actualité et quelques chansons contemporaines. Idem en musique au collège, on étudiait du Goldman et du Brassens…mais en littérature, on dirait que ça bloque !!

  7. Moi je pense que j’ai eu de la chance, j’ai toujours eu des profs de français qui m’ont fait aimer les classiques, sauf certaines exceptions ! J’adorais Montaigne et Voltaire et si tu relis les Essais aujourd’hui, tu les trouveras diablement contemporains, c’était un « voyant » Montaigne avec son ami la Boétie. J’ai adoré la philo et je la trouve NÉCESSAIRE ! C’est elle qui ouvre l’esprit, le libre arbitre, qui fait qu’on ne pense pas « mouton » , il faut dire que j’ai eu une prof exceptionnelle et je lisais Camus comme certains lisent du Harlequin, sans difficulté et avec une soif d’apprendre inextinguible ! La seule chose que je reproche c’est la quasi absence de littérature étrangère (anglaise, allemande, espagnole) que j’ai lue (un tout petit peu) mais avec les profs de langues qui nous conseillaient certains livres… Au bac français j’ai eu une chanson de Brel « Le plat pays », Rimbaud, Montaigne à l’oral, j’ai choisi Rimbaud (Le bateau ivre) à l’écrit, j’ai pris la dissertation et je ne me rappelle plus de ce que c’était, juste que j’ai eu 14, une note qui m’a amené des points. Donc, je pense que nous ne sommes pas tous égaux et d’accord face aux classiques… D’autant que nous avions quelques romans contemporains mais tellement nazes que je n’en ai pas beaucoup de souvenirs, il faut dire que c’était l’époque du « Nouveau roman » et bof bof, il n’y a pas eu que des génies… J’étais dans le privé mais pas religieux, ça aide ! 😉 En clair, je ne me plains pas, loin de là, de mon éducation « classique », littéraire qui m’a ouverte à plein de choses par la suite en me donnant certaines clés pour la compréhension… Ce qui ne m’a pas empêchée, quand je sortais de ma pension d’être une vraie rebelle, de lire ce que j’avais envie (je lisais tout le temps de toutes façons) et même d’avoir une vie amoureuse bien remplie ! 😆

    1. De toutes façons, tu n’es pas normale…c’est aussi pour ça que je t’aime.
      Tant mieux pour toi si ça a fonctionné mais je soutiens que ce système est une forme d’élitisme, or la culture et l’éducation littéraire devraient s’adresser à la masse et ce n’est pas le cas. Après bien entendu, il y a l’attrait de chaque personne pour les textes, le talent du prof et quand même la marge de manoeuvre dans le choix des auteurs puisque le programme court du dix-septième à nos jours si ma mémoire est bonne.
      Bises chère grande prêtresse.
      Ceci dit, c’est dingue comme cet article fait débat et intéresse…45 visiteurs hier sur le blog…:D 😀 😀

      1. Comment ça je ne suis pas normale ? C’est quoi ce jugement de valeur sans critères argumentés ??? 😆 Moi j’ai commencé avec le XVIème siècle, et finalement très peu le XXème, on a beaucoup étudié le XIXème. Contrairement à toi, je pense que c’est une chance d’avoir étudié un minimum de « classiques », cela est nécessaire pour développer un esprit critique : d’ailleurs sur quoi reposeraient tes critiques si tu n’en avais jamais lus ? 😉 J’ai eu un père auto-didacte qui a souffert de ne pas avoir pu étudier (son père ne voulait pas) et se cultiver, apprendre, commencait par la lecture des classiques. un minimum disons ! Mais bon, je sais que je ne te ferai pas changer d’avis, têtu que tu es ! Bises et bon week-end malté ! 😆

          1. L’esprit va bien finir pas s’arrêter chez toi un jour, ne désespère pas, tu es bien entouré, warf ! 😆 😀
            Malté pas maltais hein, à base de malt (c’est le whisky j’ai du me tromper, pour la bière…) ! Belle balade irlandaise alors, c’est plus clair ? 😀

            1. Ben là l’esprit est parti dans un endroit plus saint… 😀
              Je ne pense pas au Whisky en Irlande ou en Ecosse car je n’en bois pas…pourtant c’est la spécialité pochtronne du coin , (avec la bière et là j’en bois un peu… :D)
              Gros bisous…

  8. Je ne suis pas allé si loin puisqu’on a décidé pour moi en fin de 3eme avec beaucoup de parti pris parce que j’étais un élève très « révolutionnaire ». alors une voie de garage était bien mieux. J’ai donc testé une nouvelle filière et suis allé à l’école en dilettante. J’ai peu lu de ces auteurs dont tu parles et comme j’ai des lectures qui sortent un peu de l’ordinaire.
    Bon après-midi.

    1. Tu serais donc un sans culotte alors ? 😀 😀 😀
      Il est vrai que les élèves n’avaient pas autant de choix et qu’on ne leur demandait pas toujours leurs avis avant…j’espère que ça change un peu avec le temps, je ne sais pas…

  9. Oh ! Moi aussi j’avais 16 ans en 86!
    Quelle horreur, cette époque! Enfin, ce n’est pas le sujet. Je pense que tout est dans la façon d’appréhender les textes, car ils sont ce qu’ils sont (on est bien avancé là, hein?!).
    Deja si les pièces de théâtre étaient vues en sortie de classe ou montées dans le cadre du cours, ce serait plus sympa, non? Mais bon, on m’a dit que l’on parlait de supprimer langues mortes et allemand, on va pas rajouter du théâtre…Dans mon lycée, il y avait des cours de théâtre en filière A. Dans le cadre de ce cours, on avait un abonnement à la Maison de La Culture pour voir des représentations (je me souviens surtout de Don Juan et du Songe d’une nuit d’été)mais bon…j’étais dans un lycée privé (moi aussi, mais à part le prof de philo, les profs étaient laics) et puis les parents m’ont fortement « conseillée » de faire un bac B ce que j’ai fait (moi aussi).Quelle horreur, cette époque!
    Enseigner les contemporains, ah ca oui!D’autant que ça éviterait peut être certains succès incompréhensibles…Enfin la, je rêve!
    Bises

    1. En résumé, quelle horreur cette époque ! Pour moi aussi , mais peut-être pas pour les mêmes raisons que toi…va savoir…ou alors tu n’as pas supporté Jeanne Mas ?? 😀 😀 😀
      Donner envie de lire avec des auteurs actuels et accessibles, c’est pas rebelle ni politiquement incorrect…c’est juste le bon sens mais bon comme tu dis, faut pas rêver !!
      C’était une bonne initiative cette maison de la culture, peut-être que cela a suscité deux ou trois vocations…
      Bonne journée !

  10. Ça dépend comment le professeur aborde les classiques. Surtout ne pas imposer. Je n’en lis plus et pourtant j’ai passé de longues heures à rêver entre leurs pages.

    1. Oui mais quand même, ça manque d’ouverture…et pas le moindre auteur étranger non plus même si c’est la littérature française que l’on étudie…
      J’en lis de temps en temps aujourd’hui…

  11. Je voulais faire des études de lettre… Mes parents voulaient que j’aille travailler à 16 ans. J’ai donc fait un BEP ASAÏ agent des services administratifs et informatiques 😦
    Pas de bac de français pour moi et un chemin de vie totalement différent de ce que je voulais qu’il soit…
    C’est le plus grand regret de ma vie… J’adore mes parents mais je garde une certaine amertume… Mes soeurs plus jeunes ont eu le choix et finalement n’ont pas fait d’études 😦
    L’un de mes enfants est en terminale L, de temps à autre on discute philosophie, il n’aime pas et moi j’ai les yeux qui pétillent quand il parle de ses cours 🙂
    Belle journée ! Ensoleillée dans le Nord…

    1. Sauf que tu as toute latitude pour lire ce qui te fais plaisir aujourd’hui, auteurs classiques ou actuels, et pourquoi pas quelques livres de philosophes à l’occasion.
      Mais je comprends ce que tu me dis et d’autant plus que je pourrais dire un peu la même chose sur le chemin de vie , malgré le fait que j’ai fait de longues études…
      La Philo, il ne m’en reste absolument rien…comment peut-on d’ailleurs étudier la sagesse (ce que veut dire philosophie) quand on a 16 ans…enfin passons !!
      Bises Val et à plus tard.

  12. Je ne me souviens absolument de rien de cette époque là ! J’ai juste une prof géniale en 5eme qui nous faisait étudier des textes de chansons et ensuite…le vide complet ! ça n’a pas dû compter pour moi.

    1. Je ne me souviens pas du tout des textes et des auteurs…je me souviens de l’ennui et de l’inutilité de cette démarche…on n’est pas des oies qu’on gave quand on est en cours de français et qu’on a 15 ou 16 ans !! Grrrrrr !!

  13. Que dire sur cette liste ? Si ce n’est que ton professeur a vraiment forcé sur les classiques ! Puis les thèmes choisis … ne donnent pas envie. Mis à part le second thème(j’aime beaucoup le théâtre), le reste me semble imbuvable, et je parle en connaissance de cause.
    Pour ma part, j’ai étudié au CNED, j’ai donc présenté deux fois plus de textes que prévu (merci le CNED pour la bonne connaissance des épreuves). Celle qui préparait les cours terminait toujours ses analyses par « ce texte a une portée tout à fait universelle », ce qui est totalement absurde, et trahit soit un orgueil démesuré (la littérature française comme centre du monde ?) soit une méconnaissance totale de la diversité culturelle mondiale (faisons étudier Petrus Borel en Australie, juste pour voir).

    1. Je t’avoue que j’ai totalement oublié qui est Pétrus Borel mais je ne pense pas qu’il ait une portée universelle…
      2 fois plus de textes que la normale ?? OMG pauvre de toi…je compatis !! Allez, positivons, les choses évoluent quand même…
      Et tu as raison de souligner que les thèmes ne sont pas attractifs…
      Enfin, je m’en sors bien puisque j’adore lire et même je reviens parfois aux classiques mais quand même !!
      Bonne journée Sharon !

  14. Dis donc on pourrait croire que tu as passé le bac hier, tes souvenirs sont tellement précis!!!
    Je suis assez d’accord avec toi. Comment intéresser les jeunes avec des textes si anciens pour eux? Ils devraient faire un mélange de lectures plus audacieuses.
    Moi j’ai eu des profs très atypiques, Au bac je me souviens que nous avions étudié Bukowski (conte de la folie ordinaire) Le prof de seconde sous des airs très classiques, costume cravate était génial (mais pas dans les petits papiers de l’éduc) celui de première m’énervait, je trouvais qu’il jouait au jeune, pieds sur le bureau, il fumait en cours, on devait l’appeler par son prénom; Daniel…. il m’avait dit que j’avais une tête a aimé Sardou , et ça c’était pas un compliment!!!

    1. Les profs de français ou de philo atypiques il y en a toujours eu…c’est peut-être pas plus mal mais il faut quand même rester sur le programme officiel…j’aimerais savoir aujourd’hui en 2015 pour ceux qui passent le bac français, quels textes sont sur leur liste !
      Une tête à aimer Sardou…warf !! J’adorais Sardou gamin…aujourd’hui et depuis longtemps c’est bien fini !
      Bonne journée Louise !

      1. Je me relis et je vois mes fautes mais j’aime pas le clavier!! ma fille a passé le bac de français l’année dernière, les mêmes auteurs, Musset, Baudelaire, Montesquieu, Voltaire,… a peu près comme son frère et sa sœur, qui ont pourtant eu des profs différents, dans des lycées différents. Pas de roman contemporain. Bonne journée, moi je pars en vacances (avec le mauvais temps!!!)

        1. C’est déprimant au possible…ils comprennent rien nos élites et nos décideurs !
          Le temps change vite Louise !! Belles vacances…moi aussi je pars en week-end prolongé à la fin de la semaine et là où je vais, il fait pas souvent beau…hi hi hi 😀

  15. J ai fait un bac B aussi (longtemps avant toi !) et la problématique du « dégout de la lecture » était déjà la même !
    Je n’ai quasiment rien lu de ta liste et parfois des extraits: en tant qu’ado tout ça me paraissait aussi bien loin de mes centres d’intérêt!
    Personne à l’époque n’a su me faire comprendre l’importance de cette littérature. Voilà comment on rate certains trains !

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s