Justine…

jupe fendueJustine prenait de l’âge, et pourtant,  loin d’être mémérisée, elle restait la reine de la sape. Bien que parfois maquillée comme un camion volé, je dois avouer que cette voisine restait pour moi  une MILF de rêve malgré sa quarantaine bien sonnée.

Invariablement , Justine m’envoyait des milliers de scuds,  par le truchement de ses yeux de braise, lorsque je matais son décolleté abyssal  avec trop d’insistance.

Personnellement, j’avais dépassé la cinquantaine, mais nul besoin de Viagra ou de cure intensive de Goji pour amarrer la donzelle.Justine me rendait fou, et rien qu’à la voir habillée de sa jupe rouge  fendue et de ses escarpins, je me sentais tendu comme un string, celui-là même qu’il manquait peut être sous la sus-nommée jupe rouge.

Autant vous dire, que la circulation alternée n’était pas de mise au niveau de mon entre-jambes  si vous voyez ce que je veux dire…

J’avais beau me traiter de chacal, de baltringue, rien n’y faisait…Justine me chauffait grave et à chaque fois que je la croisais dans la cage d’escalier de l’immeuble, je me sentais partir en cacahuète : j’avais l’irrésistible envie d’aller chneuquer sous sa jupe  et de pratiquer activement l’échange des fluides  de nos particules fines.

Un jour , je fis des avances  un tantinet grivoises à Justine, qui m’avoua spontanément  être devenue lesbienne depuis qu’elle avait enfin divorcé de son bolos de mari ,  que ses enfants avaient quitté la maison et que sa copine venait de fêter ses 20 ans, qu’elle avait des seins de madone et qu’elle ne voulait plus entendre parler de pauvres types dans mon genre.

A ce stade , je lui demandais non sans humour,  si son amie et elle, prévoyaient de  faire une sex-tape. Hélas, je reçus une baffe en retour.

J’en conclus que comme toujours, je me retrouvais dans les choux et que  je devrais me contacter de cybersexe en fumant un peu de beuh…

Lose quand tu nous tiens…

PS : Ce petit texte a été fait avec une partie des nouveaux mots qui seront dans le Larousse et le Robert , édition de 2016.

Publicités

28 réflexions sur “Justine…

  1. comment te dire !!! Ton texte est arfait et je suis infiniment triste d’y découvrir les nouveaux mots inscrits dans le dictionnaire que je ne trouve pas beaux, à la sonorité affreuse ! (et j’ai pas dit beuh)

    1. Je trouve que ces mots peuvent cohabiter avec les mots recherchés, à condition qu’ils ne les remplacent pas. Une langue qui n’évolue pas est une langue morte. Tu as dit bouh et non beuh ! 😀

      1. non, j’ai dit beuh exprès !!!!!! je suis pour l’évolution du français, je suis la première à tenter des néologismes mais ceux qui sont présentés ne plaisent pas à mes oreilles (manque de musicalité)

  2. Bahhh elles n’y comprennent rien tes lectrices et pour cause !!
    je l’adore moi ce billet, exercice imposé avec les nouveaux mots de « français ».
    C’est une trés bonne idée pour renouveler le genre qui commence à fatiguer 😉

  3. Il va falloir que tu parles de « Justine » à ton psy, il y a un fantasme récurrent qui te tourne les sangs !!! Les nouveaux mots, oui bon, comme d’autres avant eux qui n’ont fait qu’entrer et sortir, certains resteront mais ça fait bien longtemps que la langue française subit ces assauts et elle n’est pas si dénaturée que ça, ce sont ceux qui l’utilisent mal qui le sont… Justine…on va réfléchir à la question ! 😆

    1. Elle est bien cette Justine !! Laisse mon psy tranquille, il est en dépression le pauvre !!
      Ces mots là ne sont que quelques uns…et au mois j’ai écris une bêtise avec !!
      Bises à toi !!

  4. sous les galets

    Non mais il se passe quoi là ?
    Tu te drogues? Tu as passé la soirée avec Attila?
    Plus sérieusement, l’entrée des nouveaux mots dans le dictionnaire me rend chaque année un peu plus dépressive, et je suis très sérieuse. Les mots qui intègrent et disparaissent du dictionnaire attestent de la décrépitude de notre langue et de ses règles. Bref c’était ma minute vieille-Conne-réac…
    Pour Justine, je ne sais que te dire: un fantasme très masculin je pense ta Justine qui aime les femmes aux seins fermes…
    Je dis ça je dis rien

    1. Oh oui pour le fantasme, celui d’une ouverture dans le mur des 2 voisines d’à coté pour profiter de la vue…rien de bien original, comme celui de la soubrette et de l’infirmière !! Ceci dit, on pourrait aussi parler des fantasmes féminins… :D.
      Donc Attila se drogue…je m’en doutais, on ne peut humainement pas lire autant et surtout le type de livres qu’elle lit…
      Et puis pour moi, c’est le prénom Justine qui représente le fantasme, je ne sais pourquoi mais quand je faisais des textes pour les ateliers d’écriture; il y avait quelques hot girls prénommées Justine !
      Pour les mots, bien évidemment ceux qui sont détaillés ou qui font parler sont ceux qui vont vers ces mots d’aujourd’hui qui peut être en effet dénaturent la langue mais faut bien évoluer. Il y a 300 mots nouveaux environ entre les 2 dictionnaires, alors il doit aussi y avoir des mots recherchés. Ce serait drôle de regarder les noms propres qui rentrent aussi !
      Bisous miss et belle journée à toi !

      1. A la soubrette et l’infirmière il faut rajouter l’institutrice qui roule des palots à ses élèves version Brassens, et qui fait bien fantasmer les papas à la sortie de l’école…
        Kiss
        ¸¸.•*¨*• ☆

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s