Au revoir là-haut de Pierre LEMAITRE (2014)

au revoir la haut

Un gros bisous à Soène qui m’a offert ce livre.

A quelques jours de l’armistice de 1918,  le lieutenant Pradelle tire dans le dos de deux de ses hommes, pour faire croire aux  troupes qu’il s’agit des allemands et ainsi les galvaniser pour mener un dernier combat. Pradelle  espère   ainsi récupérer les honneurs de sa hiérarchie. Albert, un poilu parmi la masse  sauve in extrémis un autre poilu,  Edouard, mais les éclats d’obus font de gros dégâts, Edouard est mutilé et totalement défiguré.

A la démobilisation, les deux hommes rejoignent Paris et vont se retrouvés livrés à eux mêmes. Alors que le pays encense les militaires gradés  qui ont gagné la guerre et les héros tombés pour la France, les soldats rescapés, eux, semblent gêner tout le monde.

Pierre Lemaitre nous raconte alors  la destinée et les péripéties de ces trois hommes, les deux amis Albert et Edouard et l’ignoble Pradelle, promu capitaine à la démobilisation. Leurs destinées se feront sur fond d’arnaques à la mort…

Depuis les premières pages de Au revoir là-haut, j’ai eu un ressenti double, eu au terme des 600 pages du livre, qui se boivent comme du petit lait, cette dualité est toujours présente en moi.

Pierre Lemaitre propose une histoire parfaite, forte, certes sur la guerre encore une fois, mais traitée sous l’angle  des conditions de survie des poilus rescapés au moment de la libération. C’est une bonne idée et l’auteur dresse un état des lieux et un portrait du pays particulièrement réussi et intéressant d’un point de vue humain et historique.

Tous les personnages sont bien construits, les trois principaux bien entendu mais aussi les nombreux personnages secondaires qui sont autant de balises sur le chemin de l’histoire.

Et puis, il y a dans Au-revoir là-haut, un récit parfaitement maîtrisé , avec moult rebondissements, un suspens psychologique qui ne diminue pas jusqu’au terme de l’histoire, avec même l’ultime péripétie plutôt jubilatoire. C’est rythmé, précis, l’on ne s’ennuie pas une seconde, une fois la fin des combats relatés par l’auteur au début du livre  (car c’est un passage obligé de décrire les tranchées même si au final cela n’apporte pas grand chose à l’histoire).

C’est le genre de livres qui peut donner envie de se mettre à la lecture, que les jeunes peuvent apprécier malgré la longueur du roman.  Au revoir là-haut a été un vrai succès commercial et cela  e bien avant que le Goncourt 2014 n’enfonce le clou, finalement à juste titre, puisque l’objet de ce  prix est de récompenser « la littérature populaire ».

Oui Mais voilà…partout j’ai lu des critiques plus qu’ élogieuses sur Pierre Lemaitre et pour résumer, je citerais simplement l’avis de François Busnel, l’animateur de la Grande Librairie, chroniqueur dans la presse spécialisée et sur France Culture :  »  Quel Choc ! Grand roman sur l’après guerre de 14, grand roman existentiel , un requiem sombre et brûlant que sert une écriture splendide, dure, efficace, comme un coup de poing en pleine figure » .

Et là, je ne suis pas d’accord. Oui c’est un roman parfait, une histoire qu’on n’oubliera pas de sitôt, mais un grand raconteur d’histoire n’est pas forcément un grand écrivain (et le contraire est vrai aussi). Et justement, un peu trop parfait ce roman,  on sent le plan d’écriture avec la partie 1 petit 1 grand A, rebondissement numéro 1…etc. Au final, c’est un roman très académique, un polar sur fonds d’après-guerre très réussi, mais pour moi ça s’arrête là.  Je serais bien embêté s’il me fallait parler du style de Pierre Lemaître…ce que j’attends aussi d’un écrivain et d’un style d’écriture, c’est de l’émotion, de l’originalité, une patte, un supplément d’âme en quelque sorte et là je suis resté sur ma faim.

Alors, je ne lirai pas la suite et la suite de la suite puisque Pierre Lemaître ambitionne de transformer ce livre en saga. Je suis certain que les prochains livres feront un malheur, mais personnellement je me contenterai d’attendre l’adaptation au cinéma.  J’ai dévoré au revoir là-haut et je le conseille sincèrement à tous ceux que ce sujet intéresse mais cela s’arrête là en ce qui me concerne pour cet auteur.

 

 

Publicités

21 réflexions sur “Au revoir là-haut de Pierre LEMAITRE (2014)

  1. Je n’ai encore jamais lu cet auteur et celui-ci me tentai très peu car il parle de la 1ère guerre mondiale .. .. mais tu fais un si joli billet qu’au final je suis tentée ! Lui aussi est dans la liste pour la biblio 😉

  2. Je me suis laissée emporté par l’historie (bien préparée comme tu dis), mais je n’ai rien retenu de marquant du style et je ne lirais pas de suite s’il y en a. J’ai passé un bon moment sans être emballée…

  3. sous les galets

    Bon là ou je te rejoins c’est clair qu’il a tout anticipé, fait un plan de guerre, que c’est construit de chez construit, rien n’est laissé au hasard. C’est un auteur de polar ne l’oublie pas donc, ça il sait faire. Quant à la critique totalement ridicule de Busnel, que te dire? Je me demande s’il l’a lu en fait, parce que même moi qui l’ai aimé ce roman, je trouve que cette dithyrambe est complètement hors de propos. Ce n’est pas vraiment un roman existentiel et l’écriture ne mérite pas toute cette débauche à la Proust.

    Ceci-dit, je l’ai adoré, c’est un livre intelligent, avec un sous-texte qui m’a parlé, très bien documenté, et populaire comme je l’aime c’est à dire qui éveille l’esprit. S’il n’a pas un grand style (ce que je peux concéder) il a néanmoins un sens extraordinaire de la formule (incipit). C’est le genre de roman qui m’a réconciliée avec les prix et le genre populaire.

    ET j’attends vraiment la suite avec impatience, elle se fait attendre et c’est plutôt très bon signe.

    Mais tu sais quoi sans rancune mon MTG, on a survécu à la polémique sur Beigbeder que tu aimes, on résistera à celle-là aussi.

    1. Ben écoute, je suis à 200% d’accord avec ce que tu dis dans ce commentaire, la seule différence c’est que je ne lirai pas les suites . Tu es dure avec Busnel…lui justement il lit tous les livres dont il parle contrairement à certains de ces confrères intellos…après il en rajoute un peu mais je crois volontiers qu’il a adoré le livre et d’ailleurs il l’a dit à l’auteur sur le plateau !!
      J’aime bien ta définition du populaire…et pour moi l’on peut ranger Beigbeder, Foenkinos, Grémillon et d’autres à l’intérieur de cette définition !

  4. Je l’ai dévoré ce roman; alors que, comme beaucoup, je ne suis pas très roman historique et encore moins 1ère guerre mondiale. J’ai aimé découvrir des détails insolites sur l’après-guerre; j’ai trouvé les personnages très riches. Et comme je suis bien incapable d’analyser le style d’un auteur à part au plaisir qu’il me procure, je ne peux adhérer à ton analyse jusqu’au bout 😉

    1. Je comprends, en fait, ce que je voulais dire c’est que de mon point de vue, cet auteur ne mérite pas la côte qu’il a d’un point de vue de beaucoup de critiques et de blogueuses…c’est un très bon raconteur d’histoire et certainement un bon faiseur de polars mais c’est tout ! Reste que le plaisir a été présent pour moi en le lisant !!

  5. C’est bizarre, mais je n’ai pas du tout envie de le lire et pourtant, sur cette période, j’ai adoré la chambre des officiers, beaucoup aimé Cris de Laurent Gaudé, ou, dans le rayon « polar historique » La valse des gueules cassées.

  6. Bouh, déjà que je n’aime pas les histoires de guerres, on ne peut pas dire que tu me donnes envie de lire ce livre ! Car enfin on a tant dis sur cette guerre qu’à quoi ça sert un ennième roman si en plus il n’y a pas de style !
    Bises

  7. soene

    Hello Mind
    Tu t’es mis en vitesse TGV pour lire ce livre 😆
    Bien d’accord avec ton billet et ton ressenti. J’ai bien aimé l’histoire alors que j’avais tant rechigné à me plonger dans ce bouquin à cause de l’époque que je n’aime pas, préférant de loin, tout ce qui touche à la seconde guerre mêlée de Résistance.
    Plus on lit, plus on est « difficile ». Peut être est-ce même la Bloguo qui met la barre haute, au niveau du style, de l’écriture et des émotions qu’elle véhicule, du thème qui sort des sentiers battus, etc.
    Cependant, dans ce livre, j’ai appris un tas de choses sur la vie de l’époque, dont certaines horreurs mercantiles.
    De tous les temps, des gens peu scrupuleux sont prêts à tout pour s’enrichir sur le malheur et l’ignorance des autres.
    En collection Poche, ce livre est accessible et c’est vrai qu’il mérite d’être lu !
    C’est presque déjà la fin de la semaine.
    Bon we à venir
    Gros bisous

    1. Merci de m’avoir permis de le lire. Moi aussi j’ai appris certaines choses sur cette sale période de l’ après grande guerre.
      Je l’ai lu très vite tellement il est bien fichu ce roman.
      Par contre je ne partage pas l’encensement de la bloguo littéraire et de certains critiques sur l’auteur et du coup probablement que j’ai été un peu déçu, m’attendant à une plume qui sortait du lot alors que c’est juste un très bon raconteur d’histoires…et c’est déjà énorme de réussir cela. Je suis certains que la suite sera appréciée !
      Bonne fin de semaine et à plus tard.

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s