Justine et Jade

peinture lesbiennes

J’avais 28 ans ,  et jusqu’à ce jour de juin, la vie s’écoulait paisiblement, neutre et sans nuages, un peu fade mais reposante. Le soleil brillait et la lavande embaumait les champs voisins.

J’étais dans la voiture, je sillonnais ma  Provence natale, j’écoutais la radio, j’entendais « les ombres se chinent à me chercher des noises », j’étais détendue, en phase avec moi même, ouverte au flirt et au soleil.

J’avais rompu  Arthur et définitivement avec le pauvre genre humain de type masculin. Depuis trois mois je pouvais manger des nouilles  tous les soirs sans avoir dans mes pâtes un nigaud pour me casser les… oreilles .

Franchement, vivre avec un mec égoïste  qui passe son temps à reluquer les seins des pétasses blondes, que nenni !

Il est notoire d’assimiler les blondes à des pétasses ce qui est stupide, j’en conviens,  car non seulement  tous les goûts sont dans la nature, mais encore les blondes sont aussi  des femmes.  Je suis brune aux yeux bleus  alors ça m’arrange bien de le dire, n’attendez pas de moi une quelconque solidarité féminine, elle n’existe que dans les magazines.

Mais je sens que je m’éparpille…alors j’en  reviens à Arthur : recommencer avec un homme  qui me ferait l’amour sans utiliser son cerveau , sans la moindre nuance, était désormais  au dessus de mes forces. J’avais décidé de revenir à mes premières amours,  de me trouver une belle nana aux yeux de porcelaine, qui   saurait me faire atteindre le nirvana de manière noble et sensuelle.

J’avais besoin de sucré et de salé, de nitrates et de guimauves, de caresses et de sauvageries, de noix et de chamallow  et à carrefour de ma vie,  seule une femme pouvait m’apporter ces sensations là.

Donc, ce jour là, je parcourais la Provence au volant de ma mini couleur nougat,  avec l’œil neuf du naufragé qui sent confusément approcher l’île salvatrice.

C’est alors que la vis, elle faisait du stop, légère et très court vêtue, elle  s’appelait Jade, et moi Justine, était rousse  et avait du temps à perdre. Je la pris dans ma mini et lui proposais de nous envoyer en l’air sur le champ.

Jade fit  alors   avec moi son baptême de montgolfière   et à mon avis, le pilote du seul objet volant identifié qui, comme nos vies, ne peut être dirigé,   n’oubliera jamais l’érotisme torride qui se dégagea de Jade   lorsqu’elle enjamba la nacelle avec sa mini jupe  pour monter dans l’engin.

Et aujourd’hui me direz vous ?  L’atterrissage est parfait, Jade est mon amour,  ma nymphe, l’ étoile de nuit qui file dans ma voie lactée, mais chut, c’est juste elle et moi, je vous laisse imaginer nos ébats…

 

Douze mois plus tard…

 

Justine et Jade ont aménagé dans l’appartement situé au dessus du restaurant où Justine  travaille. Jade accompagne les touristes dans des randonnées et des sorties « nature et culture ». Jade aime les belles choses, la nature. C’est pour cela qu’elle aime Justine.

Justine aime la candeur et la profondeur, c’est pour cela qu’elle aime Jade.

Justine, la bouillonnante, et Jade l’introvertie, ont commencé à peindre la toile blanche de leur histoire commune. Leurs vies se sont colorées et leur bonheur visuel  se traduit par une osmose spirituelle et physique. Les cigales complices chantent à tue tête pour protéger leurs ébats des oreilles mal intentionnées.

Dans la petite ville, les deux jeunes femmes ont  curieusement été plutôt bien accueillies pas les autochtones.

Il faut dire que les habitants des villes provençales  ont déjà vu débarquer les Parisiens et les Anglais alors ils ont dû s’ouvrir…

Bien sûr, Justine et Jade ne passent pas inaperçues et les vieilles bigotes des lieux se signent à leur passage en évitant de croiser leur regard. Est ce pour sauver leur salut éternel ou celui des deux amoureuses ?  Nul ne le sait.

Quand elles croisent les vieilles drapées de noir, Justine en profite alors pour donner un doux baiser à  la pudique Jade qui systématiquement  voit ses taches de rousseur s’empourprer. Justine est une prêtresse. Sa croyante, Jade,  la sermonne  entre deux baisers.

Jade a perdu ses parents très tôt, elle n’a ni frère ni soeur.

Justine, l’enfant gâtée élevée dans une famille bien pensante aurait sûrement préféré être orpheline. Ses parents ont rejeté Samuel, son grand amour de jeune adulte  et lorsque celui ci l’a quittée, ils n’ont rien trouvé de mieux que de lui dire : « tu vois on te l’avait bien dit ! ». Ses parents n’ont pas  davantage compris   sa période estampillée « collection automne hiver d’ aventures sans lendemains ». Et aujourd’hui le fait que Justine pose durablement  ses lèvres sur celles d’une autre femme l’ a définitivement séparée de sa sainte mère .

Peu importe ! Qu’elle soigne  désormais  son ulcère  dans son coin!  De plus,   cela lui donnera l’occasion d’avoir quelque chose de croustillant à raconter à son psy. Pour l’anniversaire de mariage de ses parents, Justine a  simplement préparé une compilation de toutes les chansons consacrant les amours du même sexe, à commencer par celle d’Aznavour que son père adorait…jusqu’au jour où la bonne parole devint  une réalité familiale.

Jade, romantique nymphe au coeur d’artichaut et Justine, pin-up sexy au cœur meurtri se sont rencontrées. La probabilité de croiser son âme sœur est très faible. Lorsque le destin le permet, on devrait écrire des mots d’amour en lettres roses  et les envoyer dans les nuages par fusée, au nez à la barbe des censeurs…

« Vice et vice et versa, Justine dans le vice versa, da da dap dap ! »

 

PS: ce texte est la compilation légèrement remaniée de deux participations aux plumes d’Asphodèle en 2012.

 

Publicités

14 réflexions sur “Justine et Jade

  1. L’idée du remix est bonne mais comme Soène, je trouve trop long avec des passages sans cliffhanger pour redonner du « souffle » sinon c’est pas mal du tout , il y a de jolis passages et bravo encore, rien que pour avoir oser l’idée de deux femmes ensemble, fantasme n°1 peut-être mais quand on y regarde de plus près, rarement exploité en littérature ou seulement en littérature spécialisée… 😉 Pour les Plumes, vi vi ça risque de tomber pendant les vacances du 3ème âge (désolée les vieux !!! 😆 ) mais j’ai hâte de reprendre !!! Warf ! On va attendre le planning de la mama… Bises Poussin chaud et à très vite !

    1. Ha ça va alors, ce ne sera pas pendant mes vacances à moi…hi hi !!
      Mais je vais essayer de participer à la première édition, sans obligation de résultat, je n’arrivais plus à écrire des textes en 2015 même en essayant ! On verra!
      C’est vrai finalement qu’il y a peu de grandes histoires d’amour homosexuelles en littérature alors que dans la vraie vie et le milieu des arts en particulier, il y en a beaucoup.
      Littérature spécialisée…je ne crois pas que j’arriverais à écrire des scènes de cul en fait…je n’ai pas essayé mais ce doit être un exercice particulier quand même…:D

  2. soene

    Bon, je te le dis, Mindounet, sans langue bois, c’est trop long…
    Je vois que chez toi, l’été, c’est comme à la TV, y’a des rediffusions 😆 lol: 😆 👿
    Mais c’est bien, car on oublie, tellement on en voit passer des billets.
    Ca nous manque, hein, les ateliers de Miss Aspho. Et dire que quand elle va nous donner l’agenda, on va recommencer à râler 😉
    J’ai peur que la première reprise tombe pendant tes/mes vacances… On verra bien !
    Gros bisous

    1. En fait, c’est 2 textes assemblés…c’est pour ça que c’est plus long que ce que je faisais. Mais il parait que plus c’est long…
      Je vais vraiment essayer de faire le premier atelier des plumes si ça ne tombe pas pendant mes vacances à moi mais je ne sais pas si j’y parviendrais, je n’arrive plus à écrire ces petits textes… 😀

    1. C’est clair, c’est LE Fantasme…on voudrait pouvoir voir sans être vu, …il y a un coté mystérieux en plus du coté excitant et beau de la chose…on ne comprend pas tout nous les hommes 😀

  3. Ah mais oui, le cerveau est le premier organe sexuel. Y’a des stats là-dessus 😉
    Joli recyclage ! Respect: je serais bien incapable d’écrire un texte en me mettant « à la place de …, à la place d’elles » …

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s