Nos pleines lunes de Sophie KREBS (2012)

Sophie Krebs

Lucas est déficient mental, il ne parle pas et est en proie à de lourds problèmes psychologiques. L’on comprend assez vite qu’il vit en hôpital psy avec d’autres malades et des soignants, notamment Madeleine. Mais Lucas pense, parle dans sa tête et s’exprime en faisant des travaux manuels. Il ne vit que pour  » sa Lolita  » qui vient le voir régulièrement à l’hôpital. Justement, on prépare Noël à l’Hôpital et Lolita doit venir voir Lucas.

Dehors il tombe des rideaux de flocons. J’ai jamais vu ça des si épais. Des flocons gros comme quoi ? qu’elle a demandé Madeleine, Gros comme toi j’ai dit. Elle a rigolé. Avec P’tit Jo on imaginait pareil, je crois. Plein de grosses madeleines qui tombaient du ciel… Alors on est tous sortis dans la cour. Avec des bonnets sur la tête, des gants autour des doigts, et des grosses lunettes pour les yeux et les joues. Comme ça qu’elle a dit Madeleine personne peut être mouillé. Même pas toi Lucas. Aujourd’hui je veux bien la croire Madeleine, parce qu’elle a ri avec moi quand c’était la pluie des madeleines.

Laétitia est une jeune femme discrète, artiste, photographe, qui vit Rue Mouffetard à Paris , et va prochainement exposer ses oeuvres dans une galerie voisine. Elle aime la vie et en profite au jour le jour, mais l’on comprend qu’elle fait face à un passé difficile.

La vie c’est quand ça vient c’est pas forcément quand ça doit.

J’aime traverser le Luxembourg. Seule. La vie est toujours au rendez-vous. Toutes les vies. Ou bien presque… Tout se dit et tout est là. Une force inouïe qui grouille au sein de ces jardins qui traversent les siècles comme d’autres traversent la Seine.
Quand le temps commence à m’échapper, quand je ne sais plus pourquoi, quand je n’arrive plus à accepter, alors j’y plonge et replonge. Je bois ces vies. Elles m’abreuvent. Me sauvent parfois.

Laétitia rencontre alors Victor qui encadre ses photos en vue de l’exposition. Entre eux c’est le coup de foudre immédiat.

Ce livre à deux voix de Sophie Krebs est un enchantement, une véritable pépite que j’avais repérée chez Laure en 2013 sur son blog. Elle m’a offert  » Nos pleines lunes  » cet été lorsque nous nous sommes enfin rencontrés  ! Merci Laure pour ce moment de lecture.

Il y a beaucoup de choses qui m’ont séduit dans ce livre. D’abord, il y a une vraie intrigue, simple et qui tient à peu de choses et l’on comprend petit à petit le lien entre Lucas et Laétitia. Au final, c’est une histoire d’amour magnifique qui est contée par Sophie Krebs, pas forcément de celles dont racontent les romanciers, une histoire différente, en dehors des codes et des normes.

Ensuite, je trouve que les deux voix sont magnifiées par le style de l’auteur, qui est à la fois poétique, simple, et tout en sensibilité, du début jusqu’à la fin. Lucas existe intensément dans ce livre dès des premières lignes et jusqu’au bout, et la jeune photographe prend corps petit à petit pour devenir l’égale de Lucas.

Enfin et surtout, j’ai été touché par la sensibilité et l’émotion de l’auteur, Sophie Krebs dont c’est le seul et unique livre n’est pas écrivaine mais musicienne à la base. Et ses mots font raisonner en nous une petite mélodie , sans accords majeurs et prétentieux, une mélodie toujours juste et mélancolique, remplie d’harmonie et de variations sentimentales. Des mots brefs et forts.

J’adore plonger. Dans l’eau. Dans le passé. Je remonte des tonnes de souvenirs. Enfouis. Rouillés. Moussus parfois. Il suffit de gratter un peu. Délicatement ou furieusement. Cela dépend des fois…Des portes s’ouvrent. Bruyamment ou sournoisement. Inespérées ou foudroyantes. Tout dépend . C’est selon.

J’entends les oiseaux. Les petits qui piaillent parce que c’est l’heure de la becquée . Je les vois derrière la vitre et c’est la mémoire qui fait sono. Je le sais et j’aime ça. Epoque insouciante et légère. Légère comme la plume au vent. Une époque qui se mêle et se chevauche délicieusement en cet instant à mon présent.

Nos pleines lunes est une ode à l’amour, à la différence, à l’humain et ça fait du bien.

Je recopie ici une partie de la chronique de Laure , écrite en 2013, car elle exprime toute la force et la beauté de ce livre.

« Toute l’émotion que j’ai ressentie, toute la sensibilité qui déborde de ce roman est à l’image, pour moi, de cette femme, de cet auteur. Je suis sous le charme de sa prose qui peut être à la fois très poétique, fluide, ou bien très simple mais juste, réaliste, percutante. Très douloureuse sous l’innocence et l’ignorance de Lucas, très pur. Tout en retenue mais aussi d’une force incroyable. Ce n’est pas évident de décrire des émotions aussi fortes quand on en vient à tomber sur un roman qui vous touche à ce point là. J’ai le sentiment de ne pas parvenir à exprimer l’intensité de cette histoire et du talent de Sophie Krebs. Son écriture a une force qui me parle, qui m’a touchée en plein coeur. Une histoire aussi merveilleuse, pleine d’amour, de douleur et d’espoir et très intelligemment écrite, comme une composition musicale complexe et dont toutes les notes sont utiles. Cela colle tellement à la réalité… Lucas m’a émue, je me suis attachée à lui, il m’a faite sourire de façon affectueuse par sa naïveté et m’a noué la gorge, il semble si fragile. Ses paroles vous mettent une claque, par sa sincérité, sa franchise, un ton direct, sans fard… Et cette femme est un personnage aussi très sympathique, une artiste, une créatrice, une optimiste… »

Je ne peux pas mieux dire et parler avec plus de conviction, alors je n’ai rien à rajouter.

Mais je terminerais avec cette pensée à méditer qui revient plusieurs fois dans  » Nos pleines lunes ».

Survivre c’est apprendre à fermer les portes.

Pour ceux et celles qui seraient tentés de découvrir ce livre confidentiel qui est aujourd’hui  épuisé, sachez qu’on le trouve encore en occasion sur le net.  Je ne suis pas certain que Sophie Krebs publie un autre livre mais si c’était le cas je sauterais dessus.

Pour lire l’intégralité de la chronique de Laure c’est : ICI

logo coup de couer

Publicités

25 réflexions sur “Nos pleines lunes de Sophie KREBS (2012)

  1. T’es sadique!
    J’en étais sûre.
    Tu nous dis c’est une pépite, et puis douche froide tu nous dis mais il n’existe plus, vous avez peu de chance de le trouver… Je jetterai les deux yeux sur les étagères de ma médiathèque abhorrée. Ils sont tellement antipathiques qu’ils ont collé une affiche sur le comptoir d’accueil comme quoi toute réflexion déplaisante envers eux sera suivie de poursuites. Ils feraient mieux de se demander pourquoi les gens leur font des remarques… Oui je sais je suis hors sujet.
    J’ai beaucoup aimé les demeurés.

    1. Mais tu peux trouver Nos pleines lunes sur le net en occasion, regarde chez Price Minister, Gibert ou Amazon…si tu veux tu peux !
      Marrant ce que tu dis sur ta médiathèque…enfin vu de mon côté.
      Les demeurées est aussi une histoire géniale, je ne peux m’empêcher d’associer ces 2 romans!

  2. Alors là tu abuses ! Tu me critiques pour mes chanteurs morts et toi tu chroniques des livres épuisés d’auteurs vivants !!! C’est un comble tout de même ! Je me rappelle de la chronique de Laure, j’ai dû le noter en son temps mais il y en a tellement de notés… et à lire ! Épuisé…en PLUS !!! 😆

  3. celestine

    Coucou Mindounet

    Alors autant te le dire tout de suite, j’ai trop fréquenté les hôpitaux psys ces derniers temps avec ma mère, pour avoir envie de m’y replonger en lisant ce livre… mais c’est vrai que ton billet en parle très bien.
    Pour la neige je trouve ça kitsch et très mignon…comme les petites boules à neige en verre de notre enfance.
    Pour le jeu, je déclare forfait, j’ai raté je ne sais combien d’énigmes, je n’avais pas le coeur à jouer ces temps-ci et puis c’était trop difficile pour moi. Je retenterai ma chance au prochain jeu.
    Je suis désolée de n’être pas plus présente aussi pour le concours des commentaires…ça n’empêche pas que je lis attentivement tous tes billets, et que je te remercie de venir régulièrement prendre l’air de chez moi…
    Gros bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    1. Ho ben tu n’as pas à te blâmer de quoi que ce soit, on fait tous comme on peut suivant les périodes.
      Tant que tu es dans la liste des blogs que je mets en lien (seulement 18 à ce jour), c’est que tu comptes pour moi ! Je l’a mets à jour chaque mois, elle me permet de faire mes tournées de blog et comme tu le vois, elle est limitée !
      Le livre ne traite pas des hôpitaux psy, mais c’est le cadre de vie du personnage principal, pas trop gai quand même !
      Je t’embrasse et à plus tard !

  4. sous les galets

    Oh mais dis donc qu’il est beau ton billet…au début j’ai cru que c’était un livre à la « Une pensée pour Algernon », mais ça a l’air d’être moins porté sur le fonctionnement de l’intelligence que sur celui des relations humaines…
    Je le note…j’aime quand ton coeur tout mou fond 😉

    1. C’est un livre que m’a fait penser très fort à celui de Jeanne Benameur  » Les demeurées « . Et oui c’est un livre qui ouvre le couer mais hélas, une fois les pages refermées , la vie réelle reprend le dessus avec toutes ses inhumanités.
      Bref, à conseiller vraiment , avec un kleenex peut être… 😀

  5. Moi non plus je n’ai rien fait pour la neige, je ne sais pas comment enlever l’animation, si tu trouves tu me dis ?
    Je note ce livre mais Madeleine, j’aurai peut-être du mal, à passer le prénom.
    Bises

    1. Dis donc Monesille Camomille, t’as quoi contre les Madeleine hein ??? 🙄 C’est le prénom de ma môman !!! Alors certes c’est moins fun que Barbara ou Priscilla mais c’est de l’authentique ça madame, du terroir !!! 😆 (je suis d’accord, on n’en fait plus, malgré Proust et Brel !!!^^)…

  6. Il y a une différence entre « des portes » et « les portes ». Survivre c’est aussi en ouvrir.
    Je te crois Mind quand tu dis que c’est une belle histoire.
    Bonne journée

  7. soene

    Hello Mindounet
    Mais tu lis jour et nuit 😉
    Je suis bien d’accord avec ta pensée à méditer : survivre c’est apprendre à fermer des portes.
    Je note ton coup de coeur, pour plus tard…
    Mais, alors, il neige déjà dans ton espace 🙄
    C’était passé de mode, ces petites animations. Tu relances la mode ?
    Gros bisous

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s