Cecile

pat (57)

Voici ma participation à l ‘atelier des plumes de la grande prêtresse de la blogosphère. C’est l’épisode 48 déjà  (mais quel âge ça lui fait à la patronne des plumes ?? 😀 😀 😀 ).

Les mots à placer ce mois ci sont : Jour, gentillesse, motivation, coupable, fer, almanach, visite, éparpillement, dilettante, farandole, insomnie, maison, passe-partout, plaisir, poésie, éclaircie, tempête, mélancolique, serpillière, agacement, chaleur, respirer, minuscule et syncopé.

Allez hop, voici ma participation.

Ma chère Cécile,

Je te remercie de ta gentillesse lors de ta dernière lettre. Elle m’a fait  grand plaisir, comme à chaque fois .  Après tant d’années, chacune de tes visites en prose me touche, un jour à marquer au fer rouge sur l’almanach  du parcours qu’il me reste encore à réaliser.

Personne, mis à part toi, n’a jamais compris ou voulu comprendre pourquoi, ce cinq juillet là, j’ai rangé au placard cette fausse motivation coupable qui hantait ma vie d’alors, pour venir m’installer ici , dans cette  minuscule maison qui surplombe l’océan.

J’avais juste besoin de respirer, de me désembrumer l’esprit en faisant corps avec les embruns, de fuir le monde, mon monde, ce qui me restait de famille, juste besoin  d’être un contemplatif en dilettante.

Ici, c’est la farandole des vagues qui berce mes nuits d’insomnies. Je prends un tel plaisir à observer les ressacs. J’aime cet instant fugace où l’océan est comme syncopé entre deux assauts. J’aime  les tempêtes , ces éparpillements d’écume qui compactent  mon âme de vieux bonhomme solitaire.

Bien entendu, cette chaumière manque de chaleur et ma chère Cécile, j’ai aujourd’hui soixante treize ans, et  je dois avouer que mes rhumatismes deviennent gênants.

Mais sache , Cécile,  que je n’ai aucun regret. Je préfère à jamais éponger les larmes de l’absence ici, qu’être resté la serpillère que j’étais avant, avant  ce cinq juillet, il y a si longtemps.

Aujourd’hui, je lis des romans, des poésies. Je poétise ma vie à défaut de l’avoir vécue. J’attends sans peur ni agacement le moment ou après l’éclaircie, l’arc en ciel s’éteindra pour de bon. Lorsque le fer aura cédé aux  perfides assauts de la rouille.

Ma pauvre Cécile, j’ai soixante treize ans, j’ai appris que David Bowie est mort récemment.

Si j’ai l’air un peu mélancolique dans ma réponse, ne te fais pas de soucis, ce n’est pas dû à cet isolement face à l’océan.

Pour moi, il y a longtemps que c’est fini, mais grâce à toi, Cécile, je reçois encore des mots que j’aime, et ça distrait ma vie.

Je t’embrasse, et te dis à bientôt.

P.

P.S : je suis désolé, mais j’ai laissé Passe-partout à Fort Boyard.

logo-plumes-aspho-4-

Publicités

63 réflexions sur “Cecile

  1. Finalement tu t’en sors bien tu ne t’appelles pas Michel et tu n’as pas 73 ans, parce que ça fait beaucoup de Michel tombés cette année. On espérait 2016 plus joyeuse que 2015, mais c’est déja l’hécatombe chez nos meilleurs Michel. Après Delpech, c’est Galabru qui nous quitte. Du coup, il y a quelques Michel connus qui doivent se faire du souci et qui ont intérêt à être attentifs aux premiers jours froids. Petite revue d’effectifs des Michel qui nous restent, le plus longtemps possible on l’espère.

    Michel Drucker
    On commence à se demander si il est vraiment éternel.
    Michel Polnareff
    Il a commencé 2016 en nous souhaitant « Beaux Nénés » sur Twitter. Ca n’est jamais bon signe.
    Michel Fugain
    Il s’appelle Michel, il a 73 ans comme dans la chanson de Delpech « quand j’étais chanteur », sois prudent Michel, tâche de traverser 2016 sans encombre.
    Michel Sardou
    On a perdu un Michel chanteur, un Michel acteur, c’est peut-être Sardou qui éait visé depuis le début.
    Michel Platini
    Quand on finit 2015 comme ça, on n’est forcément pas très serein en 2016.
    Michel Leeb
    On espère qu’il va être parmi nous le plus longtemps possible, juste parce qu’on n’est pas pressé de revoir ses meilleurs moment sur D8.
    Michel Rocard
    Que restera-t-il à la gauche après Rocard ?
    Michel Sapin
    Avec un nom pareil, il faut toujours se méfier.
    Michel Houellebecq
    Quand on vieillit à cette vitesse, on ne pense pas forcément à 2017.
    Michel de l’OM
    S’appeler Michel et entrainer l’OM, c’est la garantie d’avoir une année de merde.
    Michonne
    Pour l’instant ça va pour la jeune femme au katana. mais pour combien de temps ?
    Michou
    C’est malin de prendre un pseudo, mais à 84 ans, il faut être prudent.
    Michal
    Y’a pas de raison que la malédiction des Michel épargne les Polonais.
    Les pneus Michelins
    Si vous crevez en 2016, ne soyez pas surpris. Misez plutôt sur du Bridgestone (on a pas perdu de M. Bridgestone cette année, si ?)
    Eddy Mitchell
    La faucheuse ne fait pas forcément de détail.

    As-tu appelé les Michel de ton entourage ?

  2. les témoins de ma jeunesse disparaissent, je n’ose pas parler de la tienne ne connaissant pas ton âge. non, je ne veux pas relire les commentaires précédents qui pourraient le dévoiler ! Michel Delpech est aimé des jeunes et des vieux, connus en tous les cas, j’ai eu la bonne surprise d’entendre mes enfants et ma belle-fille qui chantonnaient avec moi les belles chansons de ce poète campagnard.
    Page 408, « d’après une histoire vraie » voilà où j’en suis du roman de Delphine de Vigan, il me tarde de lire la suite, pour l’heure, je continue à me promener de blog en blog pour découvrir ces textes aussi variés que nombreux. Bon fin d’après-midi.

    1. Merci MarieJo ! Super livre que tu lis, énorme succès pour Delphine de Vigan.
      J’ai 46 ans, donc on peut dire aussi que c’était quelqu’un que je voyais beaucoup à la télé dans mon enfance, ce n’est pas du tout ma génération mais bien ma jeunesse !

      1. tiens , c’était de ce livre que je voulais parler dans le sujet du jour avec « dilemme ». J’en suis toute chamboulée. Hier soir, j’ai lu les dernières pages, ce matin, pas encore levée, j’ai repris le livre pour les relire puis… j’ai recommencé à lire les premières pages. pour te dire combien il m’a troublée ! 46 ans ! Que tu es jeune ! Je devrais compter sur mes doigts pour savoir la différence qui nous sépare ! Profite bien de tout ! Bisous.

            1. Puisque tu l’as lu, je peux te dire sans spoiler…elle insère des faits réels de sa vraie vie (écrivain, livre précédent avec un énorme succès, vit de couple…) mais l’histoire est totalement fictionnelle, ce double n’existe que pour brouiller les pistes, c’est là qu’elle est forte ! 😀 😀

              1. j’avais dû mal à faire la part des choses tout en trouvant bizarre quand même ! 😀 L’innocence même ! 😀 Et je m’énervais après elle pour ne pas voir la grossièreté des pièges tendus par L. C’était bien la peine ! 😀 Bisous

                1. J’espère ne rien avoir trahi, comme tu l’avais lu. En fait il y a une petite pirouette: à la dernière page, après le mot  » FIN  » il y a une petite astérisque . Et dans le livre, elle explique que L, dans ses propres livres rajoutait une astérisque à la fin. Du coup, on se dit que c’est L qui a écrit D’après une histoire vraie…et comme c’est impossible bien entendu…L n’existe pas ! Mais on le comprend quand même avant je trouve… bises !

                  1. C’est ce qui m’a mis la puce à l’oreille et je suis donc repartie lire les premières pages où elle se décrivait timide, mal coiffée, mal dans sa peau quand elle était collégienne. Bises. Un livre passionnant.

  3. celestine

    ohhh quelle super idée, Mindounet !
    Collant à l’actualité tout en trimballant des thèmes assez éternels…
    j’adore positivement
    Ça fait du bien, l’inventivité
    ¸¸.•*¨*• ☆

  4. sous les galets

    mais dis donc, il ne manque que la bande son à ton texte (et les pierres tombales de ce début d’année)….
    Bravo, tu rends hommage sans dégouliner…

  5. soene

    Pourtant le fort ne devait pas se trouver très loin de cette maison au bord des vagues, Mindounet 😉
    J’aime bien l’idée de poétiser sa vie faute de l’avoir vécue. Je devrais en faire autant 🙄
    Une lettre tendre et douce, et quelques regrets quand même 😉
    Bon dimanche et gros bisous

    1. Oui mais il me semble que tu la vis ta vie depuis la retraite et même avant, tu as fais plein de choses !
      Oui quelques regrets dans cette lettre mais aussi une forme de calme, de zenitude…
      Gros bisous à toi !

  6. Plus le temps passe et moins les distractions sont nombreuses… Mais heureusement il reste les livres et la poésie. Et rien de tel pour distraire la vie! Je suis sûre que le Michel auquel tu fais référence aura vent de ton texte.
    Bon dimanche!

  7. Oh! C’est émouvant! J’avoue n’avoir compris l’hommage qu’après avoir lu les comm. Et à la relecture, c’est là, c’est sur(ben ouais! Chuis blonde)!
    Voilà j’ai San Francisco dans la tete, maintenant!
    Bisous

                1. Tant qu’ Aspho ne le voit pas, tu es sauvée… c’est elle l’experte en vieux chanteurs décatis 😀 . Tu sais, elle a 3 écrans géants dans son salon, qui suivent en permanence 120 blogs en temps réél…mais ça va, j’arrive encore à dire des vacheries sur elle sans qu’elle s’en aperçoive, elle prend de l’âge l’air de rien la grande prêtresse 😀 😀

  8. Et bien tu vois quand tu veux ! J’adore cet hommage tout en souplesse et sans aucune geingnardise, c’est lumineux et calme comme un petit matin, d’après…
    Et le fer aura cédé aux perfides assauts de la rouille, quelle trouvaille !
    Bises.

  9. J’adore quant tu pastiches Michel Delpech ! Mais avec des petits clins d’oeil qui n’ont rien à voir avec lui. Non mais dis donc c’est MA maison sur la photo, faudrait pas me la piquer hein ! 😆 Tu attendras que je sois morte ! Tu me feras une belle nécro, j’en suis certaine, je sens une prédisposition à travers ce texte bien inspiré ! 😉

    1. Oui ben je me tue chaque été à te trouver des maisons et tu n’as toujours rien acheté….la chanson de Delpech à été l’idée du texte mais après bahhh le solitaire face à l’océan je l’ai écrit au moins 10 fois pour les plumes. Bisous miss.

      1. Pfff comment veux-tu que j’achète en ce moment ! Note que tu peux l’acheter pour mettre l’option et après on discutera ! :lol Oui moi aussi j’ai écrit au moins dix fois la même chose ou presque, mais si on aime à chaque fois c’est que tu l’écris bien et qu’on ne s’aperçoit pas de la « reprise »… En revanche pour Delpech, on le voit bien ! Mais c’était une bonne idée ! 😉 Bisous Poussin-atlantique ! 😀

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s