Le soleil des SCORTA de Laurent GAUDE (2003)

gaude

 

Le Soleil des Scorta est une saga familiale sur près de cent  ans et trois générations de Scorta. L’action se passe dans la région des Pouilles, en Italie du Sud, là où le soleil et la chaleur règnent en maître, dictant l’existence des hommes et  des femmes frustes qui habitent cet endroit depuis toujours, des cul-terreux comme les appelle le curé local.

A l’origine de cette famille il y a un viol,  et la naissance qui en résulte  sera le point de départ d’une forme de malédiction familiale , qui se transmettra de générations en générations.

Le personnage principal du récit est Carméla, la doyenne de la lignée des Corta à la fin du vingtième siècle, qui semble ne pas vouloir ou pouvoir mourir et se confie au curé du village de Montepuccio, lieu où se déroule la quasi totalité de l’histoire.

C’est Asphodèle qui m’ a prêté ce livre et je dois dire que j’y allais vraiment pour lui faire plaisir, sachant qu’elle aime beaucoup Laurent Gaudé. Sa chronique est là si vous voulez savoir plus de choses sur l’histoire et les personnages : Chronique.

Hé bien je peux dire après lecture, que ce livre est un vrai coup de coeur et que je relirai cet auteur réputé exigeant, merci Grande Prêtresse !

D’abord j’ai aimé la peinture de ce coin d’Italie. Laurent Gaudé magnifie les éléments et créé un livre d’atmosphère. La chaleur, la terre aride, les oliviers, les pêcheurs , les paysans, le curé  et la croyance en Dieu, et ce sacré soleil, que tous les Scorta mangent à pleine dent.

« Lorsque le soleil règne dans le ciel, à faire claquer les pierres, il n’y a rien à faire. Nous l’aimons trop cette terre. Elle n’offre rien, elle est plus pauvre que nous, mais lorsque le soleil la chauffe, aucun d’entre nous ne peut la quitter. Nous sommes nés du soleil, Elia. Sa chaleur nous l’avons en nous. D’aussi loin que nos corps se souviennent, il était là, réchauffant nos peaux de nourrissons. Et nous ne cessons de le manger, de le croquer à pleines dents. Il est là dans les fruits que nous mangeons. Les pêches. Les olives. Les oranges. C’est son parfum. Avec l’huile que nous buvons, il coule dans nos gorges. Il est en nous. Nous sommes les mangeurs de soleil. »

Le village de Montepuccio est particulièrement important, c’est presque le personnage principal du livre et le lien entre toutes les générations de personnages. Ce village évolue sur un siècle, un peu trop vite d’ailleurs à mon goût, Laurent Gaudé passe de l’âne comme moyen de transport au tourisme et aux migrants en quelques 250 pages seulement…

« L’âne atteignit le sommet de ce qui semblait être la dernière colline du monde. C’est alors qu’ils virent Montepuccio. L’homme sourit. Le village s’offrait au regard dans sa totalité. Un petit village blanc, des maisons serrées les unes contre les autres, sur un haut promontoire qui dominait le calme profond des eaux. Cette présence humaine, dans un paysage si désertique, dut sembler bien comique à l’âne, mais il ne rit pas et continua sa route. »

Ensuite j’ai aimé, cette thématique sur l’appartenance à une famille, sur l’hérédité, sur la tradition et la transmission d’une génération à l’autre. Dans Le Soleil des Scorta, se pose la question du que vais-je laisser à mes descendants? Quelles valeurs je vais leur transmettre, doit-on parler avant de mourir?

« Parler une fois. Pour donner un conseil, transmettre ce que l’on sait. Pour ne pas être de simples bestiaux qui crèvent sous ce soleil silencieux. »

Pour la petite histoire, je trouve que Laurent Gaudé à une prédisposition étonnante  à faire mourir ses personnages : non seulement ils savent tous à quel moment ils vont mourir, même jeunes, mais encore ils acceptent facilement de passer la main !

« Les olives sont éternelles. Une olive ne dure pas. Elle mûrit et se gâte. Mais les olives se succèdent les unes aux autres, de façon infinie et répétitive. Elles sont toutes différentes, mais leur longue chaîne n’a pas de fin. Elles ont la même forme, la même couleur, elles ont été mûries par le même soleil et on le même goût. Alors oui, les olives sont éternelles. Comme les hommes. Même succession infinie de vie et de mort. La longue chaîne des hommes ne se brise pas. Ce sera bientôt mon tour de disparaître. La vie s’achève. Mais tout continue pour d’autres que nous. »

Au niveau du style, le récit est rythmé, toujours bien mené, sans temps morts, facile à suivre même si parfois je me suis un peu mélangé les pinceaux entre les prénoms des générations de Scorta. C’est une belle écriture, recherchée mais sobre, sans complications particulières, sans mots compliqués, sans langage culturo-intello- asse bonbon, le livre a pourtant eu le Prix Goncourt mais souvent le Goncourt récompense des livres à la fois grand public et de qualité, c’est dans la définition du prix même si dans les faits…

Certains passages sont vraiment très très  beaux , forts et puissants.

Et puis, au final, j’ai entendu une petite musique sur le sens de la vie, du travail, le poids de la sueur , le temps qui passe, la jeunesse et la vieillesse. Et cette musique m’a touchée et fait réfléchir, aimer un livre est aussi une question de moment.

« Quand tu te bats pour quelque chose, quand tu travailles jour et nuit comme un damné et que tu n’as plus le temps de voir ta femme et tes enfants, quand tu sues pour construire ce que tu désires, tu vis les plus beaux moments de ta vie. Crois-moi.
Il faut profiter de la sueur, Elia. Souviens-toi de cela. Après, tout finit si vite, crois-moi. »

En somme, j’ai adoré Le Soleil des Scorta et je le conseille au plus grand nombre. Ceci dit prenons aussi le temps de voir nos femmes ou maris… 😀

logo coup de couer

 

Publicités

35 réflexions sur “Le soleil des SCORTA de Laurent GAUDE (2003)

    1. Pareil pour moi, mais Aspho à insisté et vraiment, si je trouve que c’est facile à lire c’est que ça l’est, enfin ce titre-là. Et c’est une superbe histoire, à ce jour le meilleur livre lu en 2016 ! Bises !

  1. Laurent Gaudé n’est pas un auteur exigeant ou alors tu n’as pas lu Pierre Michon. Et je suis bien d’accord avec toi : le soleil des Scorta est une réussite (comme plusieurs de ses romans : La mort du roi Tsongor -génial- , Eldorado -magnifique- , La Porte des Enfers -sublime). J’ai nettement moins aimé Ouragan et Pour seul cortège que j’ai trouvés faciles pour lui (je sais qu’il est capable du meilleur et qu’il n’a pas donné le maximum sur ces deux textes). Cris est un texte correct mais pas le meilleur sur ce thème-ci. Je n’ai volontairement pas lu Danser les ombres parce que je pense que Laurent Gaudé ne se renouvelle plus et j’attends le sursaut : il aura lieu un jour parce que cet auteur possède une plume magnifique capable de rebondir. Bisous

    1. Ben dis- moi, tu es intarissable sur Laurent Gaudé ! Lequel me conseille-tu alors pour en lire un autre, sachant que je fuis les trucs intellos et les auteurs qui se regardent écrire, les trucs trop exigeants justement.
      As tu lu son dernier, je crois qu’il y a eu une sortie en début 2016 ?
      Bises Phili, oh Lama de la blogosphère 😀 😀

      1. Philisine Cave

        Laurent Gaudé a été un de mes auteurs chouchous et j’ai lu le maximum de ce qu’il a pu écrire, avant de me lasser. Voici ma liste par ordre décroissant de préférence,
        1) La mort du roi Tsongor (c’est un conte et j’adore lire des contes)
        2) Eldorado (l’immigration racontée au travers de deux personnages : beaucoup de pudeur et une réelle réflexion dans ce texte)
        3) Le soleil des Scorta
        4) La Porte des enfers (le deuil et un récit métaphorique sublime : on est aussi dans le conte et je trouve qu’il excelle dans ce domaine)
        5) Cris (témoignages de poilus)
        6) Ouragan (polyphonie sous l’ouragan meurtrier Katrina)
        7) Pour seul cortège. (la fin d’Alexandre et le périple de son tombeau)
        Je n’ai pas lu Danser les ombres, sorti en janvier 2015. (parce que les 5, 6 et 7 m’ont moins plu comme je te l’ai dit précédemment)
        Ziboux de la part de PhiliLama :-))))))

        1. Voilà qui est clair…j’attends aussi l’avis d’Aspho et à vous 2 , j’aurais de quoi choisir le prochain titre.
          Mais je vais laisser passer du temps, je n’aime pas enchaîner 2 titres d’un même auteur, j’ai peu d’être déçu quand j’ai eu un coup de coeur !
          Bisous à toi, ô Lama- Phili 😀

  2. J’aime bien ta remarque « aimer un livre c’est aussi une question de moment ».
    Tiens par ex, je viens de finir le Candide de Voltaire; le relire -avec plaisir- m’aurait paru incongru il y a quelques années…
    Je ne connais pas l’auteur dont tu parles mais tu me donnes envie 🙂

    1. Houla…Voltaire, là c’est non pour moi, je zappe tout ce que l’éducation nationale de l’époque m’a inculqué…mais justement ce n’est pas le moment quand tu as 14 ans de nous farcir la tête avec des auteurs classiques et historiques dont on se contrefiche ! Mais qui sait si aujourd’hui… 😀

  3. Laurent Gaudé est un auteur que j’apprécie vraiment, j’adore son style. Celui ci fait parti de mes tentations depuis bien trop longtemps, il est temps qu’il fasse parti de ma PAL ;0)

  4. Je suis trop contente de te l’avoir mis de force entre les mains (merci de ne pas avoir dit publiquement que je t’avais baillônné pour l’occasion) 😆 Je ne sais pas si les autres te plairont autant mais celui-ci c’était obligé que tu aimes, t’es têtu quand même ! 🙄 Comment ça « l’inverse n’est pas souvent le cas » ?(à propos de tes coups de coeur)… Et les Brönte, Daphné du Maurier, Jane Austen ? Après en France, ça se gâte un peu…Foenkiki et Beigbé, tu sais bien que j’ai du mal ! Mais j’ai lu Delphine de Vigan (pas tout encore) aussi pour te faire plaisir ! 😀

    1. Je globalisais en fait, je ne parlais pas de toi en particulier. Disons que plein de personnes disent qu’ils notent et ne lisent jamais le livre alors que quand je note un livre et que je le mets dans ma wish list, je le lis vraiment après. Tu me conseilleras sur le chois d’un autre titre de Gaudé, pas pour tout de suite mais je le relirai comme à chaque fois que j’ai un coup de coeur pour un auteur !
      Bisous.

      1. Il faut dire qu’il y en a tellement qu’on aimerait lire et au final, ça ne se passe pas comme ça… On fait des rencontres parfois imprévues et qui changent notre façon de lire… Maintenant, je ne note que les coups de coeur des autres, en me disant que oui, « celui-ci je le lirai »… Gaudé, on y va doucement ! Je te dirai lequel lire après celui-ci , sachant qu’il y a toujours un risque d’aimer moins…que celui que je considère comme le meilleur ! 😆

  5. estellecalim

    J’ai le livre sous forme de roman et la version illustrée que j’ai eu dans mon calendrier de l’avent à Noël. Et pourtant, je ne l’ai toujours pas lu ! Il va falloir quand même parce que les avis sont unanimes (même belle-maman a aimé).

  6. soene

    L’auteur sera un des invités à la Fête du livre à Bron, début mars.
    A moi aussi, il me fait/faisait un peu peur, L. Gaudé. Mais si tu as aimé, c’est différents 😉
    J’ai lu D’Acier de S. Avallone, Un peu la même histoire, à part que l’histoire est moins longue dans le temps et qu’il n’y a pas qu’une seule famille impliquée.
    Je note dans un coin de ma tête, je le trouverai certainement en Novembre, à la foire aux livres de la semaine solidaire.
    Bisous

  7. Je n’ai lu de cet auteur que La mort du roi Tsongor et j’ai aimé cette histoire. Il faut que je me souvienne de l’auteur quand je vais à la bibliothèque, car il y a d’autres titres que je veux lire. Sous le soleil des Scorta, Ouragan et Eldorado.
    Finalement « la corvée d’Asphodèle » s’est transformée en plaisir 🙂

    1. Oui…enfin c’était une corvée volontaire…je suis bon client pour essayer de lire certains coups de coeur des autres, l’inverse par contre n’est pas souvent vrai !
      C’est un vrai beau livre, avec une histoire qui tient la route et un très beau style d’écriture !

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s