La crique du Français de Daphné DU MAURIER (1941)

Daphné du maurier 5

Je serai en juin en Cornouailles, au pays de Daphné du Maurier, dans les villages qui sillonnent certains de ces romans, les romans dits de Cornouailles , je voulais les lire avant de marcher  sur les traces des personnages inventés par la romancière anglaise au sang à moitié  français…Avant de lire Ma cousine Rachel et l’ Auberge de la Jamaïque, j’ai commencé par La crique du Français.

Daphné du maurier 6

Résultat de ma lecture : un coup de coeur absolu pour cette histoire, qui n’est pas celle qui rencontra le plus de succès public ou critique, peut être jugée un peu trop romantique à l’époque, encore que par certains côtés elle est carrément punk, comme Daphné d’ailleurs !

Mais de quoi parle ce livre ?

Fuyant les mondanités londoniennes, Dona St. Columb, une jeune lady à la beauté fière et au caractère rebelle, s’est réfugiée au bord de la Manche dans sa résidence de Navron, dans la région des Cornouailles. Elle laisse  Sir Henry, son ennuyeux mari à Londres ainsi que Lord Rockingam, qui lui fait la cour, et se réfugie dans cette maison , avec ses deux  enfants et leur nounou.   Là-bas, au bout d’un chemin descendant par la forêt vers l’océan,  elle rencontre un pirate Français, qui pille les riches anglais du coin et  amarre son bateau dans une petite crique cachée de tous…et découverte par Dona.

Dans ce roman on retrouve tous les thèmes chers à l’auteur de Rébecca:

  • L’amour : La crique du Français est l’histoire d’une passion entre une jeune anglaise de 30 ans , bourgeoise, et un capitaine de bateau pirate breton séduisant et éduqué, spirituel…bref une histoire d’amour transgressive et condamnée par la bonne société.
  • Les éléments : j’ai souvent eu l’impression d’être en voyage ou en vacances dans cette Cornouailles à laquelle Daphné Du Maurier fut fidèle jusqu’à sa mort. L’auteur magnifie les descriptions des paysages, de la mer, de la rivière, des oiseaux marins, comme si le lecteur pénétrait dans un pays magique et  irréel.
  • L’aventure : imaginez cette lady anglaise s’embarquant sur La Mouette, le bateau de son amant , et se livrant à des forfaits de piraterie, déguisée en homme, au lieu de jacasser dans les salons londoniens avec son mari rabat-joie et ses amis insipides…transgression encore une fois.
  • Le suspens, à la fois au niveau de l’intrigue bien entendu, jusqu’au dernier chapitre Daphné du Maurier tient le lecteur en haleine, par son sens du récit inné et son savoir-faire pour maintenir la tension psychologique au maximum. J’aime beaucoup la fin aussi, qui est à l’unisson de celle de ses autres histoires.
  • La transgression, chère à l’auteur…mais je l’ai déjà dit !

Ceux qui, dans notre monde, veulent mener une existence normale , sont contraints par des habitudes, des coutumes, des obligations, qui finissent par tuer toute initiative , toute spontanéité. L’homme n’est plus alors qu’un engrenage, qu’une fraction de machine. Rebelle, hors la loi, libre de toutes chaînes, le pirate, par contre échappe aux règles humaines.

La Crique du Français est à mes yeux un roman parfait, comme Rébecca l’était même si Manderley et les De Winter ont bien plus marqué les esprits.  Je n’arrive pas à lui trouver le moindre défaut. Daphné Du Maurier allie une efficacité redoutable en tant que conteuse  à un style simple mais flamboyant, hautement romanesque et beau.

Le contentement est un état où le corps et l’esprit travaillent ensemble, harmonieusement, sans friction . L’esprit est en paix. Le corps également; ils se suffisent à eux-mêmes. Le bonheur est fugace, n’apparaît souvent qu’une fois dans une existence; il ressemble à l’extase.

Je ne peux que vous le conseiller et j’ai déjà hâte de lire les deux autres livres contenus dans ce recueil des romans de Cornouailles, il y a dans La crique du Français une mélancolie qui m’a séduit, celle des lieux, du bonheur…

Dana traversa le grand vestibule désert et se rendit au jardin. La demeure semblait déjà avoir perdu son atmosphère familière et pris un air d’abandon, comme si, dans sa vieille carcasse, elle sentait que les housses allaient recouvrir les meubles, que ses portes, ses volets, seraient bientôt fermés, verrouillés, que le soleil n’entrerait plus dans ses chambres, qu’elle ne se ferait plus l’écho de voix joueuses, de rires, que seuls les tranquilles souvenirs des choses passées flotteraient dans le mystérieux silence de son obscurité.  Pourtant, un fragment d’elle-même y demeurerait pour toujours : l’écho de ses pas, courant furtivement à la crique, la caresse de sa main appuyée à un arbre, l’empreinte de son corps dans les hautes herbes. Peut-être qu’un jour, aussi, au cours des années à venir, quelque voyageur solitaire , écoutant le silence comme elle-même l’avait si souvent écouté, percevrait le chuchotement des rêves que, sous le soleil ardent et le ciel bleu de cette mi-été, elle avait vécus en ce lieu.

Merci Daphné, je ne vois personne dans les romanciers de ma génération (ceux  que je connais bien entendu) pour proposer ce genre d’histoires avec autant de maestria.

logo coup de couer

 

 

Publicités

24 réflexions sur “La crique du Français de Daphné DU MAURIER (1941)

  1. estellecalim

    Ooohhh !!! Mais il y a longtemps que je ne suis pas venue lire tes billets. FB ne me mets plus les notifications quand tu publie je crois bien. Je vais filer m’abonner !
    Et je vois qu’il me reste au moins un Daphné du Maurier à lire qui m’emportera dans ses pages 🙂
    J’avais été un peu déçu par l’Auberge de la Jamaïque après Rebecca, et du coup, j’ai peur de ne pas aimer une nouvelle fois. Mais je crois que je poursuivrai avec ma cousine Rachel. Et on verra bien.

    1. Alors je te conseille carrément Ma Cousine Rachel…encore plus fort que celui-ci ! Cette femme est géniale !
      Sur FB ça marche, mais moi non plus je n’ai des notifications que sur les post que j’ai commenté ou sur mes propres post, je l’ai paramétré ainsi !
      Bisous

      1. estellecalim

        Je croyais que je l’avais dans ma PAL, mais il n’y est pas finalement. Bon, ce n’est pas grave, je pense que je n’aurai pas de souci pour le trouver 🙂
        (et je me suis abonnée, c’est mieux de voir les mails que tu m’envoie dès que tu publie un billet) (comment ça tu ne me les envoie pas à moi seulement ? Tu envoie les mêmes à tout le monde ? )

  2. Tu as de la chance de partir là-bas et bravo pour ton idée de lire des romans pour te mettre dans l’ambiance du pays. Je n’ai pas relu cet auteur depuis les années lycée (depuis hier quoi..) je verrais à la bibliothèque quels sont les romans présents, et je choisirai autre chose que Rébecca,

  3. celestine

    Une grande, immense romancière. Rebecca m’avait fait un choc électrique dans ma jeunesse, je ne l’ai jamais relu de peur de ne plus retrouver les sensations.
    Mais demain, à la bibli, je vais prendre celui-là.
    Ce que tu en dis me donne furieusement envie.
    Les classiques, quand même, ce n’est pas rien… 😉
    ¸¸.•*¨*• ☆

    1. Justement, on la réduit souvent à Rébecca et aux oiseaux mais elle a écrit une multitude d’autres livres et celui-ci est génial…je pense que tu vas te régaler enfin je l’espère !

  4. Suite au livre de Tatiana de Rosnay, j’avais lu la crique du Français, et je m’en étais régalée, il parait aussi sous le titre « l’aventure vient de la mer » ou un truc similaire. Belle lecture ! Tu devrais lire « le général du roi » qui est peut-être mon préféré, mais sans doute est-ce dû à mon coeur de midinette 😀
    Quant à dire que Daphné du Maurier est de ta génération !! Mindounet !!! Poussin , comme dirait Dame Asphodèle 😀 Tu nous aurais menti 😀

    1. Là je suis dans Ma cousine Rachel, je me dévore aussi ! Je note pour le Général du roi !
      Non, j’ai dis que dans les auteurs de ma génération je ne voyais personne avec le talent de conteuse de Daphné…mais puisque tu en parles, Asphodèle était au CP avec elle je crois… 😀 😀

        1. C’est très difficile d’avoir à la fois un style littéraire exceptionnel en un talent de raconteur d’histoire avec un déroulé parfait, une progression maîtrisée, les rebondissements et tout le reste…c’est souvent l’un ou l’autre je crois !

  5. Jolie découverte ! Tu me donnes envie de renouer avec elle ! Hormis Rebecca que j’ai aimé, les deux autres que j’ai tentés me sont tombés des mains ! 😚 (Le bouc émissaire et L’auberge de la Jamaïque). Tu seras fin prêt pour ton voyage cornouaillais à ce rythme !!! 😁. J’aime beaucoup le style des extraits que tu amis… Je la retrouve à son meilleur niveau…

    1. Et là je lis  » Ma cousine Rachel »…une merveille ! Vraiment je la découvre avec ces romans là, bien entendu il y a Rébecca, mais on aurait pu penser que c’était son coup de génie et puis plus rien, alors que ce n’est pas le cas ! l’auberge de la Jamaïque est le prochain dans mon visueur 😀

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s