L’amour caché de Charlotte Brontë de Jolien JANZING (2016)

amour caché de charlotte Brontë

Ce livre passionnant raconte de manière romancée mais à partir de faits réels, les deux années passées par la romancière anglaise à Bruxelles, dans la pension Héger, pour compléter ses études . Lors de son séjour, Charlotte tomba follement amoureuse de son professeur de littérature française, Constantin Héger. Selon les biographes, cette passion resta unilatérale bien que le comportement du Professeur Héger fut toujours jugé au minimum ambigu.

Dans ce livre de Jolien Janzing un spécialiste de la littérature anglaise de cette époque, les sentiments de Charlotte sont partagés par Monsieur Héger, mais celui ci, marié et père de 4 enfants, sous la domination de sa femme, Claire Héger, la directrice de la pension, ne put et ne voulut pas franchir le cap.

Ce qui est certain, c’est que Charlotte rentra au presbytère de Haworth, le premier janvier 1844,  rejoindre ses soeurs, son frère et son père, le coeur brisé, anéantie par son séjour en Belgique.

Le 9 janvier 1845,  un an plus tard, elle écrit ceci à Constantin Héger.

Monsieur,

Je vais mourir si vous ne m’écrivez pas . Combien de temps encore allez-vous me torturer par votre silence ? Je ne dors plus, monsieur, et souffre de maux de tête. La nuit, je me tourne et me retourne, je distingue votre visage devant moi. Oh non, il ne s’efface pas: je me rappelle chaque trait, chaque ombre. Je pourrais le dessiner de mémoire.

Monsieur, faut-il que je me rende en Belgique ? Est-ce parce que vous jugez impossible que nous nous revoyions que vous avez souhaité mettre un terme à notre correspondance ? Je pourrais vous retrouver devant la grille du pensionnat ou, mieux: dans un lieu où nous entretiendrons à l’aise. Vous souvenez-vous de cette ruelle ? Vous ne pouvez l’avoir oubliée. Je vous en supplie : envoyez-moi un mot.

Et si vous ne voulez plus de moi, si vous n’avez plus d’amour dans le coeur à offrir à cette pauvre Charlotte qui, un jour, fut votre élève favorite, alors dites-le-moi. Je préfère encore cette atroce souffrance à ce doute qui me ronge. J’ignore comment je parviendrais à survivre si vous deviez me refuser votre amitié, mais l’humain se révèle souvent beaucoup plus robuste qu’il ne l’imagine. Sans doutes sombrerais-je dans la détresse, je serais alors de ces femmes dont on devine, au fond de leur oeil morne, qu’un jour elles se sont chauffées à la flamme de l’amour mais qu’on les a , depuis, repoussées au coeur des froidures glaciales. Il ne jaillirait plus de ma plume le moindre récit, monsieur. Sans vous, je ne suis rien. A bientôt. Je n’ai plus la force d’écrire « adieu ». Je me langui terriblement de votre voix, de l’amicale pression de vos mains.

Votre toute dévouée, Charlotte.

Amour, puis chagrin d’amour. Souffrance, puis mélancolie. Colère puis vie.

En octobre 1847, soit moins de quatre ans  après la séparation d’avec Monsieur Héger, Charlotte publie Jane Eyre, son premier roman. Monsieur renaît sous les traits de Rochester. La suite on la connaît…le triomphe immédiat, la notoriété…

Moralité, si l’amour dure trois ans, le chagrin d’amour ne dure pas plus longtemps…la preuve !

Merci à La Douce de m’avoir offert ce livre découvert à Orly un jour de grève des contrôleurs aériens…

Publicités

19 réflexions sur “L’amour caché de Charlotte Brontë de Jolien JANZING (2016)

  1. soene

    Ahhh l’AAAmour toujours 😆
    Un vrai romantique, Mindounet 😉
    C’est beau mais c’est triste mais on ne meurt pas en général d’un chagrin d’amour 🙄
    Gros bisous et belle semaine pontée

    1. La preuve, au final, son chagrin d’amour s’est transformé en gloire mondiale. Bon, certes, il faut avoir le talent et la force des mots pour devenir écrivain, sans cela tout le monde le serait 😀

  2. Rhaaa je voulais te l’offrir et …voilà, il a fallu que les contrôleurs fassent grève ! Tss ! J’avais lu de bons avis sur d’autres blogs ! Ta conclusion à la Beigbeder m’épate ! 😀 Mais ce livre m’intéresse, mine de rien, hi hi ! Bises poussin ! 😀

    1. Ha oui, si tu aimes Charlotte et sa famille, il ne peut que t’intéresser. Il y a juste un truc qui m’a échappé, c’est les digressions sur le roi des belges et sa maîtresse, une sorte de parallèle avec l’histoire de Charlotte mais qui ne sert pas à grand chose. Faudra que je te le prête aussi ! Bises !

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s