Bonjour tristesse de Françoise SAGAN (1954)

bonjour tristesse

Nous sommes en 1954, c’est l’été, les vacances, la Côte d’Azur. Cécile a 17 ans et elle est en vacances avec son père, un veuf de 40 ans. Celui est un  adepte de la vie facile, des fêtes et des rencontres éphémères et Cécile est la complice de ce mode de vie. Lors d’un séjour dans une belle villa louée pour l’été, va débarquer Anne, une amie de la mère de Cécile, qui a contribué à son éducation à la mort de cette dernière. Anne est différente, plus âgée et elle souhaite une relation durable avec le père de Cécile…

Bonjour tristesse est un classique de la littérature française qui propulsa son auteur, Françoise Sagan, sur le devant de la scène littéraire et médiatique, avec le succès que l’on sait.

J’avais déjà lu ce  très court livre, très vite,  il y a quatre ou cinq ans, prêté par je ne sais plus qui, et j’avoue que je l’avais aussitôt oublié après. Et là, Galéa (que je remercie et embrasse)  m’ayant offert le roman , j’ai pris le temps de le relire, plus tranquillement.

Il est certain qu’il a beaucoup de subversivité et de cruauté dans Bonjour tristesse. Il y a déjà la découverte de l’amour physique par une jeune femme de 17 ans, mais ce n’est ni choquant ni à mon avis,  le thème central du livre, pas plus que l’éloge de la paresse et la volonté de ne pas se prendre la tête avec le bac.

Il y a aussi un plaidoyer pour la vie facile voire dissolue, les rencontres amoureuses  multiples au détriment des engagements durables, qui étaient la norme avant les années 70 en France.

Mais surtout, il y a ce couple père fille, ce lien à la fois indestructible et pervers, qui va transformer petit à petit les vacances en jeu cruel et terrible.

Oui mais voilà, comme la première fois, j’ai trouvé le style de Sagan très creux et passe-partout et globalement cette histoire m’a parue datée. Si le livre était sorti dans les années 80 ou plus, je ne suis pas certain qu’il aurait eu un grand retentissement. J’ai eu du mal à relever des extraits qui m’ont vraiment parlés ou impressionnés.

Néanmoins, en voici deux.

L’insouciance est le seul sentiment qui puisse inspirer notre vie et ne pas disposer d’arguments pour se défendre.

La liberté de penser, et de mal penser et de penser peu, la liberté de choisir moi-même ma vie, de me choisir moi-même. Je ne peux dire « d’être moi-même » puisque je n’étais rien qu’une pâte modelable , mais celle de refuser les moules.

Je relirai peut être  Françoise Sagan, une fois, pour modifier (ou pas) ce sentiment, et peut-être continuer à la découvrir. Mais globalement je reste sur ma faim…

Publicités

23 réflexions sur “Bonjour tristesse de Françoise SAGAN (1954)

  1. estellecalim

    J’ai lu un Sang d’aquarelle qui m’avait bien plu mais dont la fin était vraiment trop rapide. Celui-ci est dans ma PAL. Un jour je le lirai, mais sans rien en attendre de trop littéraire je pense 😉

        1. Puis en plus celui là il fait 100 pages seulement, c’est pas drôle…un classique français faut que ça fasse 1000 pages sinon c’est pas marrant…tiens d’ailleurs…ça me donne une idée 😀 😀

  2. Je pense que c’est un peu comme l’attrape-coeurs de Salinger : il faut le découvrir tôt ! Moi j’ai dû le lire la première fois j’étais un petit peu plus jeune que l’héroïne, depuis je le relis de temps en temps, et je le collectionne dans plein d’éditions différentes… et je ne m’en lasse pas !

  3. soene

    J’avais 5 ans quand FS ce livre a été publié 😉
    On l’aime ou pas, cette Françoise. Elle décoiffe et j’aime bien ça !
    Je repasserai plus tard, il faut déjà que je ferme mon ordi… une journée en plein air, ça ne se refuse pas 😆
    Gros bisous et bon courage

  4. Un livre qui ne m’avait pas trop impressionnée sur le coup mais dont je me rappelle très bien plusieurs années plus tard … Donc marquant finalement …
    Oui un jeu cruel et terrible comme tu le soulignes

    Bises Mind

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s