Cornouailles : une parenthèse enchantée (4)

carte cornouailles

Bon il fait beau et c’est le jour 6…

Jour 6 : Ménabilly et Fowey.

Nous partons direct pour Ménabilly...la route y mène presque tout droit et on arrive à un terminus, un parking tout près de la ferme de Barton…où il est d’usage de remplir le pot au lait d’une demi-livre comme droit de place ! C’est disons un groupe de maisons…dont celle de Daphné enfin, celle où elle vécut 25 ans !

IMAG0896

IMAG0900

A cet endroit, même si à ce moment là je ne le sais pas encore, nous sommes pile en face de Ména, la maison louée par Daphné du Maurier,  et  qui l’inspira tellement. Il est impossible de la voir, elle est enfouie dans la végétation et les arbres mais on est à 400 ou 500 mètres maximum.

Nous descendons ensuite  vers la plage de Porthmouth…

IMAG0901

IMAG0904

Au bout de ce portillon, ici à contre-jour, se trouve Porthmouth cove,  deux  criques soeurs, de petite taille. C’est ici que Daphné du Maurier venait tous les jours pour se baigner à la belle saison et se ressourcer, seule , avec ses enfants, son chien… C’est également ici que gamine, elle vit le naufrage du Romanie, échoué sur les rochers de cette baie, à grand fracas, ce qui lui inspira le naufrage dans Rébecca. Il reste encore quelques débris rouillés du navire au bout de la plage.

IMAG0912

IMAG0911

IMAG0906

Et c’est ici que se trouve le hangar à bateaux et le cottage en contrebas de la plage dans lequel Rébecca recevait ses amants… Il y a un cottage, un lac et la baie…rien d’autre !

IMAG0907

Et puis, au départ de la plage, il y a la petite montée vers le Gribbin Head, une petite colline du haut de laquelle on embrasse une vue circulaire sur la baie de Fowey. Daphné y grimpait tous les jours également, même dans ses vieux jours, accompagnée de ses chiens…

IMAG0920

IMAG0912

Nous redescendons à Porthmouth cove, remontons le chemin et repassons devant la ferme de Barton. Je veux en voir plus de Mena. Alors comme tous ceux qui arpentent ces lieux à la recherche de Daphné, je m’arrête devant la maison du garde : c’est l’entrée du domaine de Ménabilly…qui est « strictly private » ! On voit même un écriteau indiquant  » Beware of the bulls » ! Sauf que dans un livre anglais de 2010,  on  apprend que les bulls  du propriétaire du domaine étaient à cette époque, un labrador et un chien de chasse…pas trop féroces.

IMAG0897

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On ne voit pas du tout la maison de cette entrée. Alors nous continuons un peu plus plus loin, vers une chapelle, celle de Trégaminion où les obsèques de Daphné Du Maurier furent célébrées (puis ses cendres dispersées sur les falaises du Gribbin Head)

IMAG0924

Et de cette chapelle, l’on voit Mena, perdue dans les arbres…juste après les champs où paissent les vaches tranquillement. Voici ce que le visiteur lambda peut voir du mystérieux Manoir où Daphné vécut 25 ans :  un morceau de l’aile nord !

P1040421

Ce sera tout pour Mena, mais je sais maintenant où se trouve le passage sous les arbres qui permet de remonter de la plage vers le manoir, la fameuse « Vallée heureuse » de Manderley, puisque Manderley est la réplique de Ména (et d’une maison de maître située près de Londres que fréquentait Daphné dans son enfance). Mais c’est strictement privé…alors il y a un autre moyen , très simple et tout à fait légal pour voir le Manoir , qui appartient à la même famille depuis des siècles, les Rasleigh…pas l’intérieur bien entendu, mais l’extérieur, en somme voir l’ensemble du domaine de Ménabilly en rentrant par l’entrée officielle, la maison du gardien…

Laissons là Ména, et reprenons la voiture pour aller à Fowey, le petit port charmant où Daphné a situé bon nombre de ses histoires…

IMAG0939

Le centre du village est coloré , avec une grande et magnifique église…

IMAG0941

IMAG0926

IMAG0933

IMAG0931

Et puis, juste en face du port, on voit Bodinick, que l’on peut rejoindre en Ferry, il suffit de traverser  l’estuaire. Et à Bodinick se trouve Ferryside, la première maison des Du Maurier dans la Cornouailles, maison de vacances au début, où la jeune Daphné vient en solitaire, y compris l’hiver, pour écrire. Son premier roman fut rédigé à 100% dans cette maison (la plus à droite sur les photos ci-dessous)

IMAG0937

 

IMAG0934

Dernière balade jusqu’au point de vue sur le village de Polruan, en face , en allant jusqu’au château en ruine de Sainte Catherine.

IMAG0945 IMAG0942

IMAG0947

Il est trop tard pour visiter un nouveau jardin pas très loin et puis on est crevés à force de crapahuter dans le pays Du Maurier !

Alors retour à notre location , dans la verte campagne anglaise…

P1040330

Fin de l’aventure au prochain épisode…où je vous emmènerai au Mont Saint Michel  et en prime une photo de Bella…

 

Publicités

29 réflexions sur “Cornouailles : une parenthèse enchantée (4)

  1. Idyllique paysage ,isn’t it ?

    Bella ?
    Bella
    Bella, Bella
    Ooh Bella, ooh Bella
    Ooh Bella, ooh Bella
    Elle répondait au nom de « Bella »
    Les gens du coin ne voulaient pas la cher-lâ
    Elle faisait trembler tous les villages
    Les gens me disaient, « Méfie-toi ….. »

  2. soene

    Quel beau voyage, merci de partager tes photos, Mindounet
    Et cette Daphné, elle m’intrigue 😆
    Si j’ai le temps, je la lirai 🙄
    Bisous d’O.

  3. Quand on a lu la bio de Tatiana de Rosnay c’est quand même plus facile de se repérer et tu fais ça très bien ! Comme Caroline, pour le lait, j’ai cru qu’il fallait mettre une demi-livre de lait !!! 😆 Arf ! Je lirais bien le roman mettant en scène Janet Combe (un de ses premiers) et dont parle Bizak, elle avait passé du temps avec ses descendants quand elle était à Fowey en hiver, aux touts débuts.Mais la critique l’a surtout éreintée après Rebecca car tout le monde aurait voulu un autre « Rebecca », même elle n’en pouvait plus qu’on lui parle de Rebecca comme si elle n’avait écrit que ça… Alors, elle a aussi beaucoup écrit de « l’alimentaire », comme Sagan à une époque, il y a donc du bon et du moins bon dans cette oeuvre mais globalement c’est une Grande ! En tous cas, merci pour tes reportages, je sais que ça te coûte, ils n’en ont que plus de valeur ! Bises Poussin ! 😀

    1. Surtout, les critiques ne lui ont jamais pardonné l’immense succès de Rébecca…son ami Q, lui même écrivain l’avait prévenue ! Mais de fait, certains livres étaient pas trop réussis, ce qui est logique dans le tas.
      Cette fois-ci, j’ai fait le reportage avec plaisir et assez vite mais en général je n’aime pas faire ces billets là 😀
      Bisous grande prêtresse !

  4. Je n’avais pas vu que tu m’avais laissé un autre commentaire sur mon article, de ce fait je ne pense pas t’avoir répondu, désolée ! Mais je vois que tu t’en es très bien sortie ^^ J’aurais adoré faire toutes ces balades autour de la baie mais je ne suis pas une grande sportive et en plus enceinte, j’étais trop fatiguée pour tout ça XD Très bel article en tout cas !

    1. Merci ! En fait le souci c’est que sur Google earth avant d’y aller je n’avais pas repéré le manoir…la ferme oui et le parking aussi mais après j’hésitais entre plusieurs bâtiments 😀
      Quoi qu’il en soit, c’est un bel endroit Fowey et alentours !
      Bonne journée 😀

  5. Je n’ai pas pu suivre tes jolis textes sur Daphné de Maurier, mais c’est l’écrivaine qui m’a vraiment emballé avec ces beaux romans ou Cornouailles est le lieu privilégié où sont plantés les décors; J’ ai lu et relu « les chaines d’amour », roman où l’héroïne Janet Combe, la passionnée de la mer, m’avait subjugué. j’ai aussi lu: « la maison sur le rivage » , qui se déroule toujours à Cornouailles,je suis entrain de terminer » le fabuleux » général du roi » et je lirai prochainement « les souffleurs de verre », l’histoire d’un émigré français vers l’Angleterre, Daphné de Maurier avait des parents aussi français. Il y’a Rebecca, oui je sais, dont on parle beaucoup…
    Merci De parler de cette immense écrivaine.

    1. Ben tu vois, je n’ai encore lu aucun des 4 titres que tu cites, cela ne fait pas longtemps que je m’y suis mis. J’ai la maison sur le rivage qui m’attend, et j’aimerais lire son tout premier roman, même s’il n’est à priori pas le plus fabuleux.
      Elle avait 25% de sang français , du côté de ses grands parents paternels…et elle en était très fière !! Elle comprenait très bien et parlait même un peu le français d’ailleurs.
      Une grande écrivaine oui, souvent injustement cataloguée par les critiques comme n’ayant pas de style et ne faisant que des historiettes romantiques…

      1. Son premier roman justement c’est « La chaîne d’amour » et il est sublime; Pour le style et les historiettes dont parlent les critiques. Moi je dis, est-il vraiment nécessaire qu’il y ait de critiques pour des romans, beaucoup d’encre a coulé pour dire l’aberration des critiques. Maupassant disait des critiques: « La plupart des critiques ne sont, en somme, que des lecteurs, d’où il résulte qu’ils nous gourmandent( critiquent avec sévérité) presque toujours de façon erronée ou qu’ils complimentent sans réserve et sans mesure.
        Bonne journée et bonne lecture.

    1. Oui, elles sont vraiment peinardes, pourtant Daphné , à la fin de sa vie, pestait contre les rares touristes qui y allaient…pas faciles d’accès pourtant cette baie là !
      Allez zou, lisons tous Daphné du Maurier 😀

  6. Mais c’est qu’il y avait du soleil, dis donc!! Il y a même un palmier (on se demande pourquoi il n’est pas parti au sud à la nage!)Bon, ça c’est fait 😀 😀 😀

    C’est vraiment un très bel endroit que tu racontes très bien! Je vais me mettre à DDM, je crois!
    Bisous, Jumeau astral

    1. Ha mais oui, il y a même des jardins exotiques et méditerranéens , c’est dire !
      Parfait pour cet été Daphné du Maurier…la crique du Français par exemple est très chouette à lire !!
      Bisous jumelle astrale aux ongle manucurés qui agrippent les accoudoirs des avions… 😀

  7. J’aime beaucoup les ponts que tu lances entre la réalité actuelle et l’histoire de l’écrivain.
    C’est magnifique, on sent vibrer ta passion littéraire dans chaque photographie.
    Un périple vraiment passionnant et qui fait envie !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    1. Hi hi hi, oui voilà, c’est le moyen qu’à trouvé le fermier du coin : il demande aux gens qui passent de traire un peu ses vaches à sa place…pendant ce temps, il lit du Daphné du Maurier 😀 😀

  8. Merci pour ces photos à la fois magnifiques et rafraichissantes. On suit les traces de Daphné du Maurier avec toi. J’ai très envie de la découvrir… jamais lue à ma grande honte.

    1. Rhhha, alors c’est donc toi qui n’a ^pas lu Rébecca ?? 😀 😀
      Il y a l’embarras du choix, elle a beaucoup écrit, des romans, des nouvelles, des biographies et même un peu de théâtre…
      Belle journée et merci de ta visite ici 😀

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s