Un autre amour de Kate O Riordan (2005)

kate o riordan

Connie et Matt Wilson vivent à Londres avec leurs trois fils. Ils forment l’archétype de la famille bourgeoise heureuse : bon travail, jolie maison, foyer uni…

Lors d’un week-end à Rome en amoureux, Matt croise Gréta, son premier amour , lorsqu’ils vivaient encore à la campagne…avant Connie.  Au moment de rentrer à Londres, Matt annonce à Connie qu’il reste à Rome avec Gréta, officiellement pour l’aider à surmonter le deuil de son enfant.

Connie rejoint Londres, ses trois fils, son amie de toujours et associée Marie, et elle compose avec cette situation. Mais…

Bon je dois dire que le début du livre ne m’a pas enthousiasmé.  Paradoxalement, Même si l’on rentre vite dans le vif du sujet, j’ai trouvé que la construction de l’histoire de Kate O Riordan était longue à se mettre en place, que le style de l’auteur était vraiment passe-partout et que l’histoire du couple qui explose à la quarantaine était tellement rabattue en littérature que je ferais mieux de lire autre chose.

Mais quand même, de très belles phrases parfois, comme ici…

Regarder un feu mourant tard le soir – il y avait toujours cette autre vie qu’on aurait pu vivre. Celle qui s’était éclipsée quand on ne regardait pas. Celle qui continuait à se dérouler le long d’une langue de flamme presque invisible qu’on n’aperçoit que du coin de l’oeil.

Et puis, j’ai changé assez vite d’avis, car ce qui compte ce n’est pas l’histoire mais bien l’angle d’attaque de l’auteur. Or l’histoire d’ Un autre d’amour est une histoire d’amour avec un grand A.

Petit à petit, la psychologie et la force des personnages éclate dans l’histoire. Il y a le mari, intègre et paumé, la femme, déterminée à sauver son couple, Gréta, la rebelle détruite par la mort de son fils, Mary, l’amie sensue de la famille , no-life, qui ne vit que par la relation qu’elle a avec Matt et Connie et enfin les 3 garçons, notamment Benny, un enfant qui ressent tout et reste emmuré dans son monde à lui.

Ce que j’ai aimé, c’est ce portrait de femme, aimante, qui va aller au delà des limites habituelles par amour de son mari.

C’était pitoyable : même avec sa meilleure amie, celle à qui elle confiait la vie de ses enfants, elle jouait un rôle. Il y avait la Connie qu’elle avait façonnée au fil des ans. Mère de trois garçons, épouse de leur père, sœur, fille. On serrait les dents, on continuait, on se levait tous les matins, on s’habillait et on mettait du mascara et du rouge à lèvres, on disait : « Bien, merci, et vous ? » Si on perdait cette personnalité, celle qu’on avait façonnée, il était impossible de savoir qui on trouverait pour la remplacer.

J’ai beaucoup apprécié la manière de Kate O Riordan, qui découpe au scalpel la relation de couple et la passion , sans en avoir l’air, sans juger personne.

A vrai dire, la seule chose qu’elle ait jamais voulue avait été d’épouser Matt et de fonder une famille. Elle avait eu honte de l’admettre et quand elle s’était mise à souhaiter davantage, elle avait été confrontée à la frustration face à ce qu’elle était, face à sa vie miniature, ni plus ni moins que ce qu’elle avait prévu et elle n’avait pas suffisamment d’envergure ou d’ambition pour se forcer à aller plus loin.
Elle avait eu ce qu’elle voulait et elle était paradoxalement fâchée contre elle-même d’avoir voulu si peu.

L’auteur arrive même à insuffler du suspens psychologique dans la dernière partie du roman et ce jusqu’à la fin, qui n’est pas celle qu’on attendait.

En résumé, un bon moment de lecture sur un sujet archi classique mais avec une grande humanité et une grande lucidité.

Un autre amour est parfait pour une lecture d’été et je lirais à nouveau cette auteur Irlandaise.

Un petit aphorisme pour terminer…

Les peines les pires sont celles qu’on ressent quand quelqu’un ne veut surtout pas vous en faire.

Publicités

35 réflexions sur “Un autre amour de Kate O Riordan (2005)

  1. Je l’ai beaucoup vu aussi sur les blogs il y a quelques temps maintenant et avec des avis très opposés mais je l’avais notée, son style me plait ! Les sujets rebattus sont le propre de la littérature, tout dépend comment ils sont traités non ? S’ils ne laissent pas une impression de déjà-lu, déjà-vu c’est gagné ! 😉 Et puis j’aime les auteures irlandaises en général ! 😀

  2. J’avoue ne pas être très tentée. Puis, je viens de lire l’histoire d’un couple qui explose aussi à la quarantaine, mais là, l’explosion est vraiment définitive (Trouée dans les nuages de Li Chi, une auteur chinoise).

  3. soene

    A mon âge, ce sujet ne m’intéresse plus guère, Mindounet 🙄
    Un sujet trop bateau, même s’il c’est bien écrit. Mais pour les vacances, c’est parfait !
    Et puis, comme le bouquin ne restera pas forcément dans la biblio, on peut lui laisser des empreintes d’huile solaire et de sable 😈
    Je ne note donc pas pour mon Club de Lecture 😆
    Gros bisous pour ton we

  4. estellecalim

    On a vu pas mal ce roman sur les blogs pendant un moment. Je ne suis pas sûre que l’histoire me plairait, c’est trop triste, ça me déprime. Il y a tant de femmes qui font ce constat à la cinquantaine.

    1. Tu es optimiste à la cinquantaine…c’est plus à la quarantaine je crois mais bon !
      C’est quand même une très belle histoire d’amour, et peut être pas si triste au fond…mais je comprends que tu n’aies pas envie. Moi même il y a des tas de super livres que j’écarte à cause du thème parce que je n’ai pas envie de lire ça…

      1. estellecalim

        J’ai eu ma fille tard et c’est souvent quand les enfants grandissent qu’on pense ça, non? Pour moi, ce sera à la cinquantaine 😀 (enfin, je fais en sorte que cela n’arrive pas, mais qui sait…)

        1. Rhooo mais tu cogites trop ! Je crois qu’on n’y peut rien si ça arrive et en plus c’est pas toujours l’homme qui part pour un coup de foudre ou pour une autre femme…
          On parle souvent de la crise de la quarantaine parce qu’en gros c’est le milieu de la vie…

          1. estellecalim

            Il faut que je fasse attention alors, chez moi c’est l’an prochain, je vais peut-être m’enfuir avec un beau jeune homme 😀 (mon homme plus agé a déjà passé l’épreuve 😉 )

              1. Haaan Mindounet !!! 😆 Mais c’est pas bientôt fini ce badinage avec une femme mariée et mère de famille ??? 😆 Rhooo, vous devriez aller gondoler ensemble à Venise, ça mettrait tout le monde d’accord ! 😀 Quoique La Douce ne va sûrement pas être d’accord, je m’en vais la prévenir, de ce pas, de ce qui se passe sur ce blog !!! :mrgreen: 😆

                1. Figure toi que ton commentaire était dans les indésirables… nous badinons ?? Bah écoute, je remonte le moral d’Estelle qui était dubitative sur le libre de Kate O Ryan et qui je pense, préférerait un bel étudiant fougueux pour aller batifoler à Venise avec elle, si finalement, c’était elle qui soit atteinte du démon de midi. Puis tu sais les femmes mariées et mères de famille attirent beaucoup … hi hi hi 😀 😀
                  Laisse les gondoles à Venise…et bye bye la Tamise où je sais plus quoi…
                  Bisous.

                  1. estellecalim

                    Ah mais je ne suis pas mariée 😁 et « mère de famille », c’est vrai mais dit comme ça, ça fait tout de suite années 50, je vais m’enfuir en courant 😂. Non mais en plus, je suis vraiment le genre de fille qui ne sort jamais, qui n’aime que son jardin et son canapé ! Le pauvre jeune homme partirait en courant 😜

                    1. Bah, mais on rigole…on est comme on est et l’avantage avec les blogs c’est qu’on on aime les gens comme ils sont quand on les suit pour de bon, sinon on peut passer notre chemin vite fait. Tu ne te mets pas souvent en valeur, un peu comme Galinette et plein d’autres personnes d’ailleurs… chacun son style !
                      Ceci dit, il y a des jeunes hommes casaniers 😀 😀 et pour enfoncer le clou, tu as dû entendre parler des MILF, qui attirent beaucoup de mâles….je trouve cette appellation vraiment pas belle mais c’est une tendance…
                      Au fait, pour ton prochain anniv, peut-être on homme pourrait t’inviter à Venise ?? 😀 😀

                  1. estellecalim

                    Dans ma discipline, il y a malheureusement plus de filles que de garçons 😉 (et ceux qui sont là n’ont encore jamais été « intéressants » à regarder en 14 ans de professorat 😁 ). Mais tu sais que je me fais draguer par des étudiants à la cafétéria ou dans les couloirs une ou deux fois par an. C’est flatteur, ça me fait marrer à chaque fois 😊

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s