La défaite heureuse…

gaude

J’ai vu Laurent Gaudé lors de l’émission de rentrée de La Grande Librairie et je dois dire que son discours sur le concept de défaite m’a scotché car j’avais un peu l’impression qu’il parlait de moi. Alors j’ai écrit cette chronique en suivant, 2 ou 3 jours après l’émission,  et je la publie ce jour.

En résumé, il explique qu’il arrive un âge, pas le même pour tous, disons un moment dans la vie,  où l’on se rend compte que le temps a créé une faille. Cette faille a mis un terme à la période de « jeunesse » mais pas au sens strict de l’âge de la personne. Je l’interprète comme la période des initiatives, des croyances, de la volonté d’avoir une vie comme ci ou comme ça…

Et donc, arrive le moment dans la vie de chacun, de la défaite, lorsqu’on comprend qu’on a perdu la partie, ce qui est inéluctable et que le renoncement ou l’abdication reste la meilleure des options. Là aussi j’interprète un peu certainement les propos du grand Laurent !

 Mais là où ça devient vraiment  intéressant, c’est que Gaudé explique qu’il ne faut pas confondre défaite et échec, que cette défaite est normale, universelle et qu’il ne faut pas la prendre comme un échec. Là je suis plus sceptique. Je veux bien croire que Gaudé ressente cette défaite vu son âge avancé, après tout c’est un homme aussi, mais je trouve un peu facile de dire que ce n’est pas un échec étant donné son statut d’auteur à succès encensé par le milieu littéraire, intellectuel et ses lecteurs.

Et il va même un peu plus loin, puisqu’en gros, il faudrait non seulement considérer que la défaite est normale mais encore s’en arranger, pour arriver finalement à vivre dans une situation de défaite heureuse, joyeuse. C’est pour cela que je parlais de renoncement ou de relativisation de ce qui nous arrive. Je me rends  bien compte en prenant de l’âge que renoncer facilite la vie, c’est certain, mais quand même, j’ai du mal à dissocier la défaite de l’échec, enfin dans mon cas personnel.

Du coup, je me dis qu’ ils sont forts ces écrivains, ils arrivent toujours à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, pour reprendre cette expression célèbre que je trouve nase et dont je ne sais pas l’origine.

Mais certains sont plus réalistes ou pessimistes dans leur approche de la défaite, comme ici Nina Bouraoui :  » Passé la quarantaine, les choses changent, on a un autre angle de vue sur l’existence, on n’est pas plus sage, on manque d’illusion, c’est ça la vraie vieillesse, ce ne sont ni la peau changée ni les rides, c’est de ne plus croire ».  

Merci Nina…au moins comme ça c’est clair mais ça sent le Lexomil !

Mais au final,  je retiens que la défaite est normale et qu’on peut s’arranger pour positiver avec ça…trop fort Laurent Gaudé, qui, lui,  nous remonte le moral.  Maintenant , j’attends le guide de la défaite heureuse par Laurent Gaudé…

 

Publicités

30 réflexions sur “La défaite heureuse…

  1. Quand j’ai vu Laurent Gaudé à la Grande Librairie, je me suis demandé pourquoi son discours reflétait si mal son dernier livre. J’essaie de tout lire de cet auteur que je trouve tout simplement un des meilleurs écrivains français de son temps avec Philippe Claudel et qui d’autre, Rufin évidemment mais encore ? Son dernier opus, « Ecoutez nos défaites » surfe évidemment et toujours sur l’Histoire (les grandes défaites d’Hannibal, de Hailé Sélassié, du général Lee) pour montrer que les grandes victoires sont toujours synonymes de mort. Avec cela, les dégâts d’Al Qaeda concernant notamment les destructions de monuments et donc de civilisation. Bref, il s’agit de défaites de civilisation (de vie donc) incarnée par les ambitions des hommes. Il s’agit aussi de mort comme toujours dans tous ces livres où l’ampleur théâtrale de son écriture très limpide sert à merveille des propos d’une grande ampleur. Bref, j’ai trouvé qu’il parlait plutôt petit de son grand-œuvre.

    1. Je le crois volontiers et d’ailleurs je ne lirai pas ce livre, bien trop ambitieux pour moi et dont le thème ne m’intéresse finalement pas tellement.
      Mais son discours, sur la défaite de l’être humain dans sa vie propre a fait mouche , d’où cet article !
      Et sinon, en titre accessible et justement pas historique, tu me conseillerais quoi ? Je n’ai lu que le Soleil des Scorta, que j’ai beaucoup aimé…

      1. Mieux vaut tard que jamais : je suis si peu présente sur les blogs que j’ai loupé ton commentaires. Je te conseille « Danser les ombres » : les personnages plantés en Haïti ont des rapports étroits avec un au-delà incarné. Bref, ça m’a plu ! « Pour seul cortège » ou « La mort du roi Tsongor » pourraient ne pas te plaire non plus. Et puis, je me rends compte en écrivant cela et en relisant dans sa biographie que je n’ai pas lu le tiers du quart de la moitié de ce qu’il a écrit, cet homme ! Quelle prodigalité !

  2. valmleslivres

    j’aime bien quand tu t’énerves un peu. Je suis d’accord, pour moi, échec et défaite, c’est kif kif bourricot comme dirait ma mère.

  3. estellecalim

    Pas gai le Gaudé quand même ! Et tu vois, là, la méditation serait parfaite pour surmonter ce petit coup de mou que je décèle dans ton propos 🙂
    Mais sinon, je ne suis pas tout à fait d’accord avec lui et un peu d’accord avec toi. La défaite, c’est quand même un échec ! C’est constater qu’on n’a pas pu faire quelque chose et qu’on abandonne l’idée d’y arriver jamais. Moi, j’ai pour devise de ne rien regretter. Du coup, la défaite est inenvisageable. Si tu as toujours atteint tes objectifs, ce petit moment inéluctable en effet où ta vie est plus longue derrière que devant toi (ce moment approche chez moi) sera plus facile à passer. Sinon, il faut changer d’objectifs 😀

    1. Rhooo toi et ta méditation ! 😀 Cela me fait un peu penser à la méthode Coué
      C’est drôle, mais je viens t’attaquer un roman de Daphné du Maurier et elle dit un peu la même chose, enfin sur le fait que tout le monde rate sa vie, et que le fait d’en prendre conscience permet de dépasser le cap.
      Bisous et bon courage pour demain.

      1. estellecalim

        Merci pour demain 😉
        Je trouve ça terrible comme pensée. Certes, on ne peut pas tout réussir, mais il y a toujours des choses qu’on avait envie de faire et qu’on a effectivement fait ou qu’on peut encore faire. Je trouve que c’est plutôt un moment parfait pour mesurer ce qu’on peut changer pour atteindre nos buts. Raté sa vie, c’est tellement définitif (tu l’auras compris, je ne considère pas que j’ai raté ma vie 😉 )

        1. Tu es trop jeune pour ce ressenti..warf. je dis souvent que ce que j’ai le mieux réussi c’est les crêpes…je les fais top…raté ne veut pas dire que tu n’as rien réussi ou que tu n’as fait rien de bien. C’est juste qu’on passe à côté de nous-mêmes parce qu’ on a qu’ une vie, c’est hélas juste un brouillon mais on ne pourra pas avoir une autre version, la vie n’est pas un livre. Toi qui médite un peu dis moi pourquoi les bouddhistes se réincarnent tant de fois avant d’atteindre le Nirvana??

          1. estellecalim

            Je médite, mais je ne suis pas bouddhiste et j’aurais peur de te répondre une bétise 😉
            Je crois néanmoins que c’est plutôt parce que justement, nous avons des choses à vivre et à accomplir et qu’il faut le faire progressivement. C’est une philosophie de vie positive et qui permet justement d’être dans le présent, ce qui permet d’éviter de penser que notre vie est un brouillon. C’est une étape nécessaire, qu’il faut réaliser au mieux.
            Et pour les crêpes, c’est déjà pas mal non mais oh !!
            Mais Daphné à raison, l’acceptation, cela permet d’avancer et de dépasser ce moment difficile 😀

  4. soene

    Remarque, Mindounet, qu’il n’y a pas que Gaudé qui a la défaite heureuse. Regarde les sportifs de haut niveau, toujours contents même quand ils perdent ou ratent la médaille d’or…
    Un échec permet souvent à s’améliorer.
    Mais souvent on refait les mêmes échecs…
    Une défaite, c’est plus fort, à mon sens et plus un terme de « guerre » ?
    J’ai lu le Soleil des Scorta pour le CdeL et boffff…
    J’suis pas trop fan de ce quadra écrivain. Faudra que Miss Aspho s’emploie à me convaincre 😆
    Bises

    1. Je ne suis pas d’accord pour les sportifs aux JO, ceux qui finissent seconds sont souvent mortifiés ou en rage, certainss mettent un terme à leur carrière d’ailleurs, bon c’est vrai que l’âge joue aussi.
      Oui J’ai lu aussile Soleil des Scorta et j’ai vraiment beaucoup aimé…du coup Aspho va me désigner un second, il faut trier pour que ça reste accessible pour moi.
      Belle journée et gros bisous !

  5. Peut-être que si l’on considère la défaite comme une perte, elle est moins retentissante qu’un échec…On sait la bataille perdue alors on ne fait plus la guerre 🙂 Ceci étant, la deuxième définition de « défaite » dans mon dico est « grave échec », alors…Et puis, comme tu l’écris si bien, c’est facile de ne pas voir l’échec lorsque l’on a réussi!
    C’est étrange car j’ai eu cette sensation il y a quelques jours (moins bien décrite que toi), comme si certaines choses semblaient moins importantes, qu’elles glissaient sur moi, et c’est loin d’être dans mon caractère…Mambo 1 est arrivé avec une « observation » du collège pour son comportement (l’année commence bien :D). Je l’ai accueilli avec un « Tâche de ne pas recommencer. » Il a été surpris car la seule chose qui l’angoissait était ma réaction. Après tout, j’ai pensé que cela faisait parti de ces « choses qui arrivent ». Sur le coup, je me suis trouvée méga cool, mais par la suite, j’ai compris que j’avais « vieilli »:D
    En tout cas, c’est beau le pouvoir d’un vrai écrivain, cette capacité à faire en sorte que l’autre s’y retrouve, plus ou moins, mais toujours! De l’empathie inversée ou de l’empathie tout court!
    Gros bisous et bon week end

    1. Ta première phrase résume parfaitement ce qu’il disait, ou ce que je pense qu’il disait !
      Sincèrement, en étant objectif, vieillir est une horreur par nature, mais d’un autre côté, ça simplifie la vie…justement on laisse tomber beaucoup de choses, on relativise.
      Oui les bons écrivains sont ceux auxquels on peut se rattacher, et il y en a !
      Bisous et belle fin de semaine.

  6. Hey j’étais passée À côté de ce billet ??!!!😖. Comment Est-ce possible ? Oui il est trop fort Gaude ! 😁 et je ne l’ai même pas vu à la grande librairie depuis que tu ne me dis plus programme je ne regarde plus ! 😨. Je suis assez d’accord avec lui dans la mesure ou nos défaites nous font gagner autre chose qui n’est pas forcément lié au renoncement. Et tout dépend de quel domaine on parle ! Une défaite en amour n’est pas forcément un échec , Elles nous sauve parfois du pire ! 😁. Mais ta réflexion est intéressante et je ne pense pas que ce cher Laurent Écrira un jour un livre de développement personnel ! 😂

    1. Non, tu n’as rien raté, ce billet vient d’être publié aujourd’hui. Je sais que c’est ton chouchou, j’attends ton avis lorsque tu auras lu son dernier opus, et puis la prochaine fois que je viens chez toi, il faudra m’en prêter un second, mais facile à lire ….
      Bisous.

      1. Haaa…(pour la publication) , il m’affichait lundi dans mes mails (???)… Je n’ai pas encore acheté son livre car j’en ai 3 à lire urgemment et ils font 500 pages (et ce ne sont pas 500 pages d’une saga, pas la même façon de lire), donc j’attends le bon moment ! Pour le prochain à te faire lire, j’hésite encore, car il a toujours des références historiques qui risquent de te gonfler (malgré la beauté du style), je pense soit à « La mort du roi Tsongor », malgré le côté guerrier c’est beau ou mon autre préféré de lui « La porte des Enfers »… Je te l’offrirai avec plaisir, je ne l’ai plus, j’avais offert mon exemplaire… 😆 . Sinon pour ces histoires de « défaite » heureuse et de « victoires qui n’en sont pas », je pense aussi qu’il vaut mieux attendre d’avoir lu le livre pour s’en faire une idée plus précise même si ton approche dans ce billet est très pertinente ! 😉 Bises Poussin ! 😀

        1. La porte des enfers , comme ça, me tente plus, je parle du titre…ça ira très bien comme seconde lecture !
          Son discours, je crois, sortait un peu du livre, qui a l’air plus ambitieux que ça encore !
          Bisous grande Prêtresse.

  7. malikou

    Il y a longtemps que je n’étais pas venu traîner mes guêtres (autre expression bien pourrie !!!) du côté de la blogo , petite exception matinale pour MTG et ce très bon article qui non seulement donne à réfléchir mais donne aussi envie de relire Gaudé … et ce n’était pas gagné apres ces dernières parutions !!! Bonne journée à toi Pat !

    1. Hé hé, oui, tu es une revenante ici. Le dernier Gaudé je ne le lirai pas, trop compliqué et multi facettes pour moi, notamment historique. Mais son discours était top et limpide .
      Par contre, je le relirai , je n’ai lu que le Soleil des Scorta qui fut un coup de coeur mais je l’avais sélectionné pour son côté abordable !
      Bonne journée.

  8. « La défaite, lorsqu’on comprend qu’on a perdu la partie, ce qui est inéluctable et que le renoncement ou l’abdication reste la meilleure des options. »
    En ce qui me concerne,je ne dirais pas ça : la seule vraie défaite de l’homme, c’est quand il passe de vie à trépas.
    Le reste, ce sont des revers, dont on se relève, selon les cas, plus ou moins mature, plus ou moins meurtri, mais qui nous emmènent vers d’autres moments de vie.
    Mais je n’ai pas entendu les propos de Laurent Gaudé, alors peut-être suis-je complètement à côté de la plaque !

    1. Non tu n’es pas hors sujet, cette phrase c’est mon interprétation de ce qu’il dit, ma façon de la ressentir. C’est le côté dédramatisant de la chose qui m’a touché…on perd, c’est inéluctable mais au fond c’est pas si grave.
      La mort c’est autre chose et encore, certaines croyances ne voient pas cela comme une défaite ou un échec…hélas d’ailleurs .

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s