Continuer de Laurent MAUVIGNIER (2016)

mauvignier

Sybille à la quarantaine, divorcée, maman de Samuel, un adolescent qui part à la dérive. Elle-même a le sentiment d’avoir raté sa vie, et objectivement, sa situation personnelle n’est pas réjouissante. Une soirée à laquelle participe Samuel, tourne mal, il assiste sans rien faire à une agression commise par deux de ses copains, à tendance skinhead. Contre l’avis de tous , son ancien mari, son médecin, ses proches, elle décide de partir seule avec Samuel, au Kirghizistan , pour faire le tour du pays à cheval, espérant enrayer la chute de Samuel. Elle est sonnée après cette soirée qui finit à la gendarmerie…mais elle veut réagir…

Une sorte de journée dans la brume. Comme ces longs dimanches d’hiver qui s’étendent sans fin jusqu’à la nuit, jusqu’au lundi, comme si le temps s’était arrêté, englué dans l’épaisseur d’un silence qui anesthésie toute chose. Peut-être est-ce dû au fait que lorsqu’ils arrivent chez eux, Sibylle et Samuel n’ont pas échangé un mot et qu’ils ne se parleront pour ainsi dire pas de la journée.

Je n’avais jamais entendu parler de Laurent Mauvignier avant de le voir dans La Grande librairie. Et j’ai été séduit par son discours sur l’écriture ou plutôt par sa difficulté à discourir, façon Modiano, avec l’impossibilité de finir ses phrases et de restituer les méandres de ses pensées. Et d’ailleurs Dans Continuer, il y a deux auteurs cités, Proust et Modiano…

Au final, Continuer est un beau et bon roman qui m’a interpellé sans toutefois déclencher un vrai coup de coeur .

Laurent Mauvignier est assurément un écrivain confirmé et de talent. Il sait où il va et du début à la fin, la construction de son roman est maîtrisée et séduisante. Le style est assez épuré, simple, avec parfois une prédilection pour les énumérations, et à d’autres moments, pour les pensées brutes et sèches, comme ici…

Les mots qui sont dits sont juste ceux qui ont assumé la vitesse de la pensée.

On ne fait pas de projets d’avenir , les projets , c’est pour ceux qui n’ont pas de présent. Quand le présent vous comble, pourquoi aller chercher demain ce qui s’accomplit pleinement chaque jour ?

 

Si on croit qu’on a pas besoin des autres ou que les autres sont seulement des dangers , alors on est foutu. Aller vers les autres, c’est pas renoncer à soi.

Au fur et à mesure que l’histoire avance, on découvre le passé de Sibylle et au fond, on comprend assez vite que c’est elle-même qu’elle est venue retrouver au fin fond de ce pays hostile, que c’est sa propre chute qu’elle est venu essayer d’enrayer, en même temps que celle de son fils.

Continuer est aussi une réflexion subtile sur le sens de la vie et le pourquoi des existences ratées ou au rabais, sur le sentiment pervers de vouloir toujours être un autre…

On n’est pas un autre.  On n’est que ce corps, on n’est que ce désir bordé de limites, de cet espoir ceinturé. Alors il faut apprendre à s’en rendre compte et à vivre à la hauteur de sa médiocrité, apprendre à s’amputer de nos rêves de grandeur, vivre au calme, à l’abri de nos rêves. Où  est-ce qu’elle aurait pu croire qu’une fille comme elle aurait pu écrire des livres, des romans ?

Il y a cependant  des aspects qui m’ont un peu  refroidis. J’ai eu du mal à me passionner pour l’aventure en elle même, le périple à cheval, la rencontre avec les nomades et les traditions des kirghizes. Et puis, je trouve que Laurent Mauvignier appuie un peu trop sur l’actualité de notre pays, avec la montée de l’extrême droite, le racisme ambiant français , comme d’autres utilisent les attentats , les migrants, comme s’il fallait à chaque fois que l’auteur rappelle que ce n’est pas un écrivain dans sa tour d’ivoire qui ne s’intéresse pas à la société actuelle…c’est pas la peine amis auteurs, on sait que vous n’êtes pas des robots…et j’en ai marre de retomber toujours sur le bordel ambiant du monde de 2016 !

Par contre, je dois dire que les quinze dernières pages sont vraiment belles et fortes et la toute dernière scène particulièrement émouvante et sensible, de celles qui nous font avaler notre salive un peu bruyamment…oui la dernière scène, les derniers mots de l’auteur sont une prouesse !

En résumé, un bon moment de lecture, je relirai Laurent Mauvignier car je pense qu’il a  certainement écrit des choses plus fortes que Continuer.

Publicités

21 réflexions sur “Continuer de Laurent MAUVIGNIER (2016)

  1. J’ai particulièrement aimé ce livre. C’est un vrai coup de cœur! Peut-être suis-je un peu déformée par ma passion du cheval…
    Je viens de découvrir par hasard votre blog au contenu très riche et intéressant. Je suis ravie!

      1. Merci. Je trouve au contraire que ce livre se termine sur une vision très positive qui souligne le fait que si l’on prend du recul, nous ne pouvons échapper aux piégés par les aspects négatifs de notre société.

        1. le précédent message est parti tout seul…
          Je voulais écrire
          Merci. Je trouve au contraire que ce livre se termine sur une vision très positive qui souligne le fait que que si l’on prend du recul, nous pouvons échapper aux aspects négatifs de notre société!

  2. soene

    Je viens juste d’avaler le 4e mur de S. Chalandon (pour le Club de Lecture)
    Je ne retiens pas ton titre, Mindounet, je me plonge quelque temps dans la vie du génial Vinci 😆
    Bises weekendales 😉

  3. Son style et surtout ses pensées « brutes et sèches » sont saisissants! Je le note, mais dans un coin. C’est sûr que cela peut être très bien fait, mais je n’aime pas non plus que l’on me rappelle lourdement la m**de dans laquelle on nage… Je deviens probablement cynique avec l’âge, mais je pense que c’est aussi une façon…de vendre.
    Bisous Jumeau Astral 😉

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s