L’amie prodigieuse d’Eléna FERRANTE (2015)

elena-ferrante

Un grand merci à Valentyne qui m’a offert ce livre et permis de terminer 2016 sur un coup de coeur !

Nous sommes à Naples dans les années 50, dans les quartiers ouvriers défavorisés, violents et durs au quotidien.  Lénu et Lila sont deux gamines singulières, l’une issue d’une père cordonnier et l’autre issue d’un obscur portier  de mairie. Lénu est calme et effacée, studieuse et travailleuse. Lila, elle, est remuante, rebelle, solaire parfois méchante, naturellement douée à l’école sans avoir à fournir d’efforts . Lénu pourra poursuivre sa scolarité au collège, Lila en sera empêchée par sa famille. Les deux filles sont amies, une amitié forte,  parfois trouble et ambiguë, faite de hauts et de bas, de joies et de peines, d’amour et de haine, mais qui résista à tout : le temps qui passe, le milieu archaïque et violent dans lequel les deux fillettes deviennent adolescentes.

C’est Lénu qui raconte son enfance, son adolescence…, leur enfance, leur adolescence, alors qu’elle a  presque 70 ans, comme Lila.

Je clame haut et fort que je n’aime pas les sagas en plusieurs tomes qui n’en finissent pas et pourtant j’ai déjà  le tome 2 qui vient de sortir en poche et probablement que je lirai les tomes 3 et 4 également, car oui il s’agit d’une tétralogie.

Je me suis attaché très vite à ces deux héroïnes que tout semble opposer mais qu’un lien d’amour , une dépendance assez  indéfinissable et indestructible  unit.

Le style narratif est plaisant, la forme est simple, vivante, Eléna Ferrante fait partie des grandes raconteuses d’histoire, de celles qui rendent très vite addict le lecteur.

L’amie prodigieuse est aussi une peinture réaliste et réussie de Naples dans les années 50, cette ville de sombre réputation. On a vraiment l’impression que l’auteur a vécu là-bas à cette époque et d’ailleurs je pense qu’il y a pas mal d’auto-biographie dans ce récit. Par la suite, dans la saga, on remontera quasiment jusqu’à nos jours !

Ce qui m’ a un peu gêné, c’est le nombre de protagonistes : Lénu et Lila gravitent autour de 9 familles napolitaines et malgré l’index des personnages en début de livre, j’ai souvent eu du mal à m’y retrouver, même sur la fin, pour les personnages secondaires. Ceci dit, génial d’avoir pensé à mettre cet index des personnages.

Mai j’ai adoré suivre cette ébauche du destin des deux héroïnes ( ce premier volet raconte leur vie de 8 à 16 ans seulement) . Lénu et Lila ont une force de caractère et une forme de sensibilité particulière qui  m’ ont touchées. Elles font face à la pauvreté, à la bêtise, au manque d’éducation, au patriarcat et à la place de la femme dans la société défavorisée napolitaine d’après guerre, à peine mieux qu’une marchandise et encore…

Il n’y a quasiment aucune longueur dans le récit d’Eléna Ferrante qui maîtrise son histoire de A à Z et sait entretenir la curiosité et le ressenti de ses lecteurs et lectrices. Et c’est une histoire forte, engagée, vraie !

L’énorme succès international de l’ Amie prodigieuse (en France en 2016, le livre s’est mieux vendu que le dernier Marc Levy, c’est dire !)  est à mon avis justifié et la suite, le Nouveau nom est top également, je suis dedans !

Je n’ai choisi de vous mettre qu’un seul extrait…représentatif de l’ambiance du livre avec cette réflexion de Lénu, la narratrice…

Je pensais que la condition humaine était à l’évidence tellement exposée à la furie aveugle du hasard, que s’en remettre à un Dieu, à Jésus et au Saint Esprit, c’était la même chose que faire une collection d’images pendant que la ville brûle dans les flammes de l’enfer.

logo coup de couer

Publicités

39 réflexions sur “L’amie prodigieuse d’Eléna FERRANTE (2015)

  1. soene

    Ca me fait penser à D’Acier et au Soleil des Scorta… 🙄
    Fini les histoires de l’Italie des années 50 ! Je passe même si c’est un coup de coeur pour toi…

    1. C’est pas faus le Soleil des Scorta mais là c’est une sage volumineuse et géniale…le tome 2 a été jugé meilleur livre de 2016 par le magazine Lire…c’est pas rien car en général les romans trop populaires sont décriés !

  2. Roo! Je crois que tu as une mauvaise influence sur moi 😀 😀 😀
    Partie au supermarché du coin pour acheter de la viande hachée, j’ai pris toute la saga d’un coup (+ Le Garçon de M.Malte)…Et j’ai oublié la viande… 😀
    Bisous

  3. Moi j’adore les sagas et mêmes celles contre qui j’avais de GROS a priori si tu te rappelles, d’ailleurs il faudra que tu la lises aussi celle-ci, page-turner mais pas que, histoires d’amour comme tu aimes , une saga complète ! Celle-ci, me connaissant quand je commence, je vais attendre que tous les tomes soient sortis et je lirai d’une traite ! 😀 J’ai bien lu 3000 pages en un mois ! 😀 Même pas peur !

    1. Ha mais, c’est très réussi dès le début…forcément, une fois que l’histoire est en place et qu’on connait les personnages c’est plus intéressant encore , mais si elle arrive à aller crescendo jusqu’au bout des 4 volumes, chapeau !

  4. J’avais rarement vu et lu un tel engouement pour cette saga .. du coup ça me fait envie (même si les nombreux personnages dont tu parles) me font un peu peur, je vais essayer de le prendre à mon prochain passage à la bibliothèque.

    1. Finalement, avec l’index des personnages on s’en sort et puis je me rends compte que dans le tome 2, je n’hésite plus du tout. C’est une belle histoire, l’amitié et le destin de de 2 femmes singulières…

  5. Hi, j’en suis à la moitié du tome trois, l’intérêt ne faiblit pas ! je m’oblige à faire des pauses pour ne pas dévorer le livre. J’ai presque envie d’acheter le tome quatre en italien storia de la bambina perduta, mais j’ai peur de ne pas maîtriser assez l’italien !

  6. Je n’ai pas aimé ce que j’ai ressenti comme une dépendance psychologique de Lena vis à vis de Lila, son amie « prodigieuse »… comme une convoitise mêlée à une sorte de déterminisme.
    Mais c’est juste mon impression… et peut-être ai-je mal ressenti.

    1. Mais non, c’est bien ce genre de problématique qui lie les 2 jeunes filles, jeunes femmes puis femmes. Un lien de dépendance ( mais je pense qu’il existe aussi dans l’autre sens) qui déclenche beaucoup de haine et aussi pas mal d’amour.
      J’ai hâte de voir comment ça va évoluer !

  7. Marie

    Et bien moi aussi, j’ai craqué et j’achète le tome 3 cette semaine… Pourtant je n’aime pas les sagas. Je pense que tu expliques très bien l’attrait de cette histoire. Bonne journèe et aussi
    Ne pas renoncer au blog!!!!

    1. Hé hé, on va tous le lire en coeur alors ! Je suis à la moitié du tome 2 et me régale. Les 2 personnages principaux sont vraiment bien campés et cette histoire a l’air tellement vraie, vivante, humaine, forte et violente, que l’auteur a vraiment réussi son coup !
      Je ne renonce pas au blog…je ressens le besoin qu’il change que certaines choses.
      Bonne journée Marie, merci de ta fidélité !

  8. Ce livre est sur tous les blogs que je lis, des affiches sont placardés sur tous les abri bus, le titre est vraiment alléchant et pourtant. ..et pourtant l’envie n’est pas là pour moi malgré vos avis unanimes. Ce ce que tu en dis est vraiment chouette mais je ne suis pas convaincue. En revanche, je pense que je l’offrirai volontiers. ..belle journées ami blogueur prodigieux 😉

    1. Ben moi non plus je ne voulais pas, je n’aime pas ses sagas qui n’en finissent pas et puis des blogueuses m’ont poussé au passage à l’acte et voilà, je dévore le 2 et je vais acheter le 3 alors que je voulais attendre la sortie en poche en 2018…mais bon on peut aussi ne pas faire comme tout le monde et heureusement 😀

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s