Le nouveau nom d’ Eléna FERRANTE ( l’ Amie prodigieuse volume 2 – 2016)

elena-ferrante1

Un grand merci et un gros bisou à Marie qui m’a offert ce livre !

Lénu et Lila ont maintenant 17 ans au début du tome 2.  C’est le passage dans la vie de jeune adulte qui est décrit dans le Nouveau Nom. Lila s’est mariée après avoir dû choisir antre plusieurs prétendants, son mariage est catastrophique, elle prend un amant, puis elle a un enfant. Elle ne  reste pas loin de son quartier d’origine, mais dans un plus beau quartier, et travaille dans les épiceries de son mari, ou le magasin de chaussure des Solara, les associés mafieux de Stéphano.

Lénu, elle, a eu son bac et elle part étudier à l’université à Pise. Elle n’a pas de prétendants et sa première fois sera une douloureuse expérience. Elle a une relation avec un garçon érudit gravitant autour de l’université, elle fera deux voyages à l’étranger et petit à petit se détachera de son quartier misérable et de Lila…mais l’été les vacances à Ischia avec elle seront l’occasion de retrouvailles et de rebondissements douloureux…

A l’heure où vous lisez ces lignes, sachez que j’ai juste  terminé le volume 3 de la saga d’Eléna Ferrante car j’ai tout simplement adoré Le nouveau nom. Cette suite est encore mieux que l’Amie prodigieuse. Ce qui fait la grande force du livre et son côté addictif, est bien la relation entre ces deux jeunes femmes, faite d’amour et de haine, et dans ce volume, cette relation devient  vraiment passionnante  pour le lecteur.

Elle m’expliqua que je n’avais rien gagné, qu’il n’y avait rien à gagner dans le monde, que sa vie était pleine d’aventures diverses et déraisonnables, exactement autant que la mienne, que le temps s’écoulait sans avoir de sens, et que c’était bien de se voir de temps à autre pour entendre le son fou du cerveau de l’une résonner dans le son fou du cerveau de l’autre

Comment Lénu et Lila, nées quasiment le même jour au même endroit, peuvent-elles à ce point  être différentes et à ce point liées comme des  jumelles  de coeur que pourtant tout oppose dans leur recherche d’émancipation.

C’est la passion et l’amour qui vont prendre les commandes de cette suite, alors forcément Le nouveau nom m’a enchanté !

(attention, si vous être en train de lire le 1 ou le 2 , passez l’extrait suivant sinon vous serez au courant de l’un des rebondissements…)

Soudain je compris pourquoi je n’avais pas eu Nino et pourquoi Lila, elle, l’avait eu. Je n’étais pas capable de m’abandonner à de véritables sentiments. Je ne savais pas me laisser entraîner au delà des limites. Je ne possédais pas cette puissance émotionnelle qui avait poussé Lila à tout faire pour profiter de cette journée et de cette nuit. Je demeurais en retrait, en attente. Alors qu’elle, elle s’emparait des choses, elle les voulait vraiment, se passionnait, jouait le tout pour le tout sans criante des railleries, du mépris, des crachats et des coups. Bref, elle avait mérité Nino, parce qu’elle considérait que l’aimer, cela voulait dire essayer de l’avoir et non espérer qu’il la veuille.

Il est difficile d’expliquer ce que j’aime autant dans cette histoire. J’ai du mal à en parler. Peut-être simplement  qu’ Eléna Ferrante s’avère être une merveilleuse conteuse d’histoire et c’est finalement assez rare. Elle parvient parfaitement à inventer ses souvenirs car il est certain pour moi qu’elle a emprunté une partie des chemins qu’elle trace avec bonheur dans Le nouveau nom.

En somme ,  c’est une belle histoire, une histoire d’hier (et d’aujourd’hui) très bien menée et pleine de surprises.  A chaque page ou presque, il y a quelque chose de puissant qu’on n’arrive pas à saisir mais qui nous touche. C’est sur les sentiments qu’ Eléna Ferrante est la plus forte même si l’arrière plan du livre est foisonnant, on peut y voir un portrait social de l’ Italie des années 60, de la condition d’étudiant, de la place de la femme dans la société (c’est un roman féministe qu’on se le dise  et le tome 3 en fonce le clou d’ailleurs ) et j’en passe…

Mais avant tout c’est le destin de Lénu et Lila, ce fil tendu entre elles qui se fissure mais ne rompt  jamais…

Or, c’est Lila qui rend l’écriture difficile. Ma vie me pousse à imaginer ce qu’aurait été la sienne si mon sort lui était revenu, à me demander ce qu’elle aurait fait si elle avait eu ma chance. et sa vie surgit constamment dans la mienne, dans les mots que j’ai prononcés et derrière lesquels il y a souvent un écho des siens, dans mon geste déterminé qui est la transposition d’un de ses gestes, dans mon habitude d’être en deçà qui correspond à sa manière d’être au-delà, dans mes tentatives d’aller au-delà qui exagèrent ses façons d’être en deçà.

logo coup de couer

Publicités

30 réflexions sur “Le nouveau nom d’ Eléna FERRANTE ( l’ Amie prodigieuse volume 2 – 2016)

    1. Mais non, n’attends pas, tu sais que certains prévient la fin du monde ce mois ci ?? Et puis on sait jamais, une attaque de martiens, la troisième guerre mondiale…non non non…faut au moins lire le 1, ça n’engage à rien 😀

      1. Ha bon ??? On ne doit pas lire la même presse ! La fin du monde, rien que ça ! 😆 Alors là ça ne m’impressionne pas du tout ! Et puis j’ai de très bons livres à lire en attendant, c’est pas comme si je regardais le ciel me tomber sur la tête sans rien faire, hein ! 🙄 😆

    1. Il est pas sorti le 3 de Despentes (que je n’ai pas lu et ne lirai pas). Pour Eléna Ferranté, il existe en anglais et italien …pour moi c’est mort jusqu’à l’automne où il pourrait sortir en France. Bisous !

    1. Pour quoi pas en effet, c’est vrai que dans en dire beaucoup, forcément je parle un peu de l’histoire quand même…
      J’espère quu le tome 1 va te plaire autant qu’à moi et presque au monde entier… 😀 mais non je n’exagère pas !

  1. J’ai lu ton billet en diagonale car j’ai l’intention de la lire et évidemment je retiens toujours ce qu’il ne faut pas !😂. Après la saga de Marie Laberge, il va falloir que celle ci soit à la hauteur !😉. Bisous ☺️

      1. Oui on se doute quand on est dedans mais j’aime appréhender un livre en en sachant le moins possible, surtout quand il a été lu par toute la blogo juste avant ! 😆 Pour Marie laberge, j’ai parlé d’elle à une amie (très exigeante en lectures) qui la connaît bien et qui a été très surprise par la « saga » car ce n’est pas du tout son style « habituel », et elle a adoré la saga aussi… tu verras bien ! 😉

          1. Je le lirai aussi, enfin un autre que la saga, j’ai vraiment très envie de découvrir son style dans un autre registre ! Celui que tu as est paraît-il très bien, à suivre, j’attends ton avis ! 😆

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s