Le garçon de Marcus MALTE – 2016

Mais déjà un autre été s’installe et sans doutes tiendra t-il ses promesses. Car l’univers n’a cure de nos maux. Ni nos peines ni nos tourments n’arrêteront le temps. Et si la nature se recueille, plus florissante encore, sur les tombes de nos morts, c’est qu’il n’est pas de plus fertile terreau que celui des larmes versées et des chairs pourrissantes.

Le garçon, c’ est l’histoire…d’un garçon, du garçon, c’est ainsi qu’il sera nommé par le narrateur . Il ne parle pas, n’a pas de nom, on ne sait rien de ses origines si ce n’est que l’action débute en 1908 et que cette année là, le garçon, alors adolescent  perds sa mère, enfin la femme qui semble être sa mère. Il est donc seul, orphelin,  livré à lui même, à la nature sauvage, et il doit assurer sa survie.  Nous allons suivre les traces et la vie du garçon sur les routes de France puis d’ailleurs, jusqu’à sa mort en 1938. C’est l’histoire d’une vie, avec ses années noires et rudes, faites de souffrances et solitudes,  mais aussi avec quelques années de miel et de bonheur , celles passées avec Emma…

Marcus Malte est connu pour ses polars et je ne lis pas de polars, je me consacre au romanesque . C’était l’occasion parfaite pour découvrir ce talent et sur l’insistance persistante  d’ Asphodèle , qui a fini par m’offrir le livre, j’ai découvert un livre prodigieux et un écrivain qui vole haut, mais vraiment haut…quel récit mes ami(e)s, 535 pages donc 515 vraiment fortes. Je commence donc par le bémol, les 20 dernières pages. A un moment donné, le narrateur, enfin l’auteur dit  » Voilà, l’essentiel est dit ». Mais il n’a pas la sagesse de s’arrêter là et il ajoute un périple inutile et peu crédible pour arriver à la mort du garçon. Quand l’essentiel est dit, ben pourquoi en dire plus alors ? Hein Marcus ?

Ceci étant, Le Garçon est une prouesse littéraire ! Déjà, il y a une histoire, qui repose totalement  sur ce  fameux garçon et quelques personnages extrêmement bien définis et humainement crédibles.  Il y a un message , je ne sais pas s’il faut le qualifier de philosophique, de politique, de subversif bien souvent. Une charge contre l’ordre établi, la classe dirigeante et militaire en particulier. Marcus Malte envoie son personnage faire la Grande Guerre et il n’est pas tendre avec les dirigeants et gradés, responsables d’une telle boucherie. Certains passages sont durs mais jamais trop.

La magie de la guerre. Qui tout transforme, hommes et relief. Mets un casque sur le crâne d’un boulanger et ça devient un soldat.Mets un aigle sur son casque et ça devient un ennemi. Sème, plante des graines d’acier dans un champ de betteraves et ça devient un charnier. Le grand cirque, la caravane. La parade monstre.

Et puis, le garçon va connaître l’amour, auprès d’une jeune femme professeur de piano, qu’il rencontre par hasard lors d’un accident de roulotte : Emma. Elle va le soigner, le découvrir, l’approcher, l’initier aux arts, à la musique , à la lecture, sans jamais essayer de charger ce qu’il est, c’est à dire un inconnu qui ne parle pas et n’écrit pas. Elle le prénomme Félix. Jusqu’à ce que l’amour et le sexe s’emparent du couple improbable : Félix devient  alors pour Emma, »mon amour » !  Marcus Malte a pris un plaisir jouissif à insérer des passages érotiques assez torrides, crus, mais si bien troussés qu’ils réussissent à choquer le bourgeois (comme disait Molière) et le bien pensant sans jamais  trop déraper. Il en rajoute parfois des tonnes en énumérant tous les synonymes possibles au vagin et au phallus, mais il doit avoir un côté sale gamin un peu libertaire qui me plaît.

Quand les jeux sont finis ils écartent les branches du saule et se glissent à quatre pattes dans l’ombre. Ils s’étendent l’un à côté de l’autre. C’est une hutte . C’est un cloître. Ce sont les antipodes : le temps et le ciel se sont renversés et pour eux, pour eux deux seulement, dans cette partie du monde une nuit est tombée, piquée de mille étoiles, de gemmes, d’étincelles – une Voie Lactée en plein soleil. Emma soupire, elle est bien.

Ils sont nus sous le saule. Debout. Elle penchée, buste en avant, croupe tendue, offrant la plus belle vue qui soit sur ses hémisphères, et lui derrière, arrimé aux hanches, ces courbes sublimes, apanage de la femme, baie des anges, ces plages, ces anses où l’on s’ancre, pirate comme flibustier, corsaire, contrebandier, pêcheur de perles ou voleur d’amphores, pour accoster et trouver refuge à l’intérieur des terres. Le garçon s’y est profondément enfoncé.

Le style est vraiment particulier, on peut parfois penser un peu à Albert Cohen mais en plus maîtrisé et plus accessible. Il y a des envolées, de la profondeur, de l’érudition, parfois un peu trop de mots compliqués mais ce n’est pas pour s’écouter parler, enfin je trouve,  alors ça passe très bien.

Enfin, et c’est assez rare chez moi pour le souligner, les passages historiques sont hyper intéressants et instructifs pour le lecteur qui n’y connaît pas grand chose ou fuit devant le fait historique.

Au final, c’est un vrai coup de coeur : Le Garçon est un récit brillant dont les fondations sont l’humanisme, la tolérance et quelque part le non conformisme. Avec un univers noir comme je les apprécie.

Les habitudes sont tenaces mais on n’est pas obligé de vivre, on peut se contenter d’être en vie.

Je relirai Marcus Malte, il doit bien avoir écrit d’autres romans qui ne sont ni des polars ni des livres jeunesse . Et je vous conseille d’attaquer ce respectable pavé si ce n’est pas déjà fait !

 

Publicités

30 réflexions sur “Le garçon de Marcus MALTE – 2016

  1. saxaoul

    Mais il y a de très bons romans en littérature de jeunesse. Tout aussi intéressants, voire même plus, que certains romans pour adultes !
    Sinon, ce roman fait partie de mes préférés de la rentrée littéraire 2016. L’aspect mitant m’a plu. L’intrigue, les personnages et l’écriture également.

    1. Ha ça, l’écriture est forte et l’histoire on ne l’oublie pas de sitôt. J’ai tellement de livres et d’auteurs que j’aimerais lire que je me concentre sur le roman, si je pouvais lire non stop, j’irais sûrement vers d’autres genres de lectures.

  2. Tout le monde semble conquis ! J’ai découvert l’auteur avec Toute la nuit devant nous, un recueil de nouvelles et j’ai déjà réussi à saisir une partie de son vaste talent !

  3. Ha oui je suis contente que tu l’aies lu et encore plus que ce soit un coup de coeur ! Mais comment peut-il en être autrement avec une pépite pareille ? Pas facile pour ceux qui arrivent derrière… 😆 Je suis d’accord pour les pages dont tu parles, cela m’a semblé une dérive inutile (on s’en doutait) mais ce n’est vraiment pas grand-chose à côté du reste ! Et il est carrément subversif, je l’avais déjà noté dans les Harmoniques, ça se confirme, c’est un vrai rebelle, pas un militant de salon ! 😆 Bien que Garden of Love soit étiqueté « polar », ce qui m’a étonnée, je te le conseille vivement si tu veux partir à la renverse ! En revanche, je te conseille de ne pas le lâcher une fois commencé, ce livre rend dingue !!! Et puis Fannie et Freddie et l’histoire qui suit (dans le même livre), nous en reparlerons ! 😉 Bisous♥

    1. Oui, il est rebelle et engagé l’air de rien le Marcus !
      On verra quand on sera chez toi mais bon si tu en as un en stock et que c’est pas une histoire de meurtre avec flics et compagnie…
      Bisous !

  4. Coucou Mind,
    Je l’ai eu en mains, la semaine dernière le livre dont tu ne taris pas d’éloges. Je ne connais pas l’auteur. Conclusion pour sortir des polars, je vais le mettre dans ma PAL. 😉
    L’extrait érotique est pour moi, sublimement écrit. C’est du grand art dans la suggestion, j’adore.
    Quant à l’histoire dans l’histoire, j’aime aussi. Le sujet abordé en lisant le quatrième de couverture me semblait noir, et sinistre. Il m’avait tenté et je l’ai déposé. Là tu me tentes 🙂
    Amicalement.
    Brindille – Geneviève

    1. Bah, c’est pas trop une lecture de vacances. D’ailleurs, figure-toi que je ne lis pas en vacances ou très peu…c’est le seul moment de l’année !
      Tu as quand même lu un peu dans ton périple ?
      Bisous.

  5. soene

    Super ! La Dame de Vendée va être aux anges après ce billet, Mindounet 😉
    En effet, c’est certain, quelle belle écriture il a. Ca chante.
    Je n’ai pas lu Le garçon mais je me le mets au programme et j’ai même envie de le proposer au Club de Lecture.
    Marcus M. est délicat (sauf pour les passages de sex’ à pile :roll:) c’est un garçon secret, doux, humain, cultivé, mais n’y a-t-il pas dans chaque homme une part cachée de cochon qui sommeille ?
    Dommage pour les 20 dernières pages inutiles. A la deuxième édition du livre, j’espère qu’il tiendra compte de ta remarque 😉
    Pour ta deuxième lecture de cet auteur, demande conseil à Miss Aspho. Peut-être Garden of Love ? car j’ai plusieurs amies qui n’ont pas trop aimé Les Harmoniques et Dieu sait si la musique y sonne, sonne, sonne !
    Gros bisous

    1. Je ne veux pas lire un polar, mais je relirai le Marcus ! Quel talent !
      Tu as l’air de beaucoup l’aimer également. Le Garçon est assez épais mais il se lit vite car il y a une vraie chronologie, une histoire structurée avec pas mal de digressions mais toujours intéressantes !
      A lire en effet !
      Bises du dimanche !

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s