De l’amour, de l’amour, de la mort

Hier soir, j’ai vu à la télé les images impressionnantes de l’hommage rendu à Johnny Hallyday. En fait, depuis l’annonce de sa mort, je réfléchis autour de cette nouvelle. Je ne suis pas fan, je n’ai même jamais écouté un seul album, mais je suis né avec lui, ma mère était fan, elle l’est encore plus ou moins, mon oncle aussi et d’autres personnes encore. Je l’ai toujours vu, entendu.  Au départ, j’étais juste étonné de la nouvelle, je l’ai appris à 5h du matin, au journal d’ Inter.  Et maintenant , de voir  ce quasi million de personnes rassemblées hier autour de la star, mélange de tristesse absolue mais aussi d’une sorte de liesse, ne me laisse pas indifférent.

Déjà, je me dis qu’aucun autre art que la chanson touche autant le public dans sa globalité. Imaginez que demain meure le plus grand écrivain, l’acteur ou l’actrice la plus populaire du pays, le peintre le plus couru…personne n’aura droit à ce rassemblement et l’impact sera ridicule à côté des funérailles de Johnny.

Alors pourquoi tant de ferveur, tant d’émotion , surtout quand on est pas fan absolu, le fanatisme ôtant toute rationalité?  Il y avait hier la famille et les amis de Johnny, ses amis proches, les ofifciels, les fans ultimes et grands fans, mais aussi simplement des personnes qui ont grandi avec ses chansons les plus célèbres.

Alors je me dis que la disparition de Johnny, c’est d’abord un repère qui s’écroule. Une balise en moins dans l’existence de tout un chacun. On s’est rendu compte que même Johnny Halliday n’était pas immortel. Son oeuvre le sera certainement en partie, mais l’homme ne l’est pas. Et cela c’est triste, on aimerait que les légendes, nos légendes soient immortelles. Mais on n’est pas dans un jeu vidéo, on ne peut pas regagner des vies et recommencer.

Et puis, je crois surtout que sa mort nous renvoie à la nôtre. On se lève le matin en oubliant naturellement qu’on est mortel. C’est la condition nécessaire pour essayer de vivre un minimum, sans cela on finirait cinglé. Or en disparaissant, Halliday nous rappelle que nous sommes mortels et que ce qui vient de lui arriver nous arrivera aussi, espérons le plus tard possible. Et en pleurant la star, au delà de l’immense artiste , au delà de l’homme pour ceux qui l’aimaient ,le connaissaient, je crois que beaucoup pleurent simplement la mort…au fond une histoire où l’amour percute la mort…la vie quoi.

Johnny s’en va reposer dans l’intimité d’un cimetière sur l’ île de Saint Barthélémy, parce qu’il faut bien qu’enfin Jean-Philippe Smet ait la paix, n’appartienne qu’à lui et à ses proches. je me souviens avoir entendu Charlotte Gainsbourg dire que pendant des années elle ne pouvait aller au Père Lachaise, l’allée  du cimetière étant constamment envahie de fans…

J’ai toujours eu l’impression que l’idole des jeunes était quelqu’un de très seul, même si paradoxalement il était très entouré.  Je crois que hier, lors de sa remontée des Champs Elysées, nous en avons eu la preuve…mais sa solitude  nous renvoie aujourd’hui à la nôtre…alors tâchons de parvenir à allumer le feu…

36 réflexions sur “De l’amour, de l’amour, de la mort

  1. Un très beau panégyrique, surtout que tu n’étais pas fan !
    C’est ce qui me surprend le plus en ce moment, tous ces gens  » non fan  » qui éprouvent le besoin de parler de lui … Une façon de mesurer aussi la portée de l’événement.

  2. Voilà un très joli billet même si je l’avoue sa disparition m’a laissée indifférente. Mais je n’ai pas été bercée à ses chansons, alors que quand bashung est mort j’ai eu très fort ce sentiment de fin d’une époque… et j’ai très certainement pleuré la mort à venir à ce moment, la mienne et celle des personnes avec lesquelles j’ai chanté les vertiges de l’amour.

  3. Je suis entièrement d’accord, beaucoup pleurent leur jeunesse perdue et, outre le fait que l’on pleure un proche (ou moins proche…), une mort nous renvoie à notre condition de mortel. Là où je m’interroge cependant, c’est sur tout ce tapage médiatique, les Champs Elysées, etc. Je suis une grande fan de Renaud, ses textes ont nourri mon enfance, mon adolescence et une partie de ma vie d’adulte mais le jour où il ne sera plus là, j’écouterai ses chansons en boucle seule dans ma voiture ou chez moi. Le deuil est quelque chose d’intime, merde ! Et puis cette manie de ne mettre en avant que les bons côtés de la personne, c’est complétement ridicule.

      1. valmleslivres

        Je crois que le deuil est différent pour chacun. Mon oncle, qui est fan au point d’avoir une pièce Johnny, en pleurait encore hier au téléphone en racontant sa journée parisienne à ma mère (il est de Moselle). Je crois que pour lui, la communion avec les autres permettait de rendre la peine supportable en lui donnant une certaine beauté.

  4. valmleslivres

    Ma mère, qui n’est pas fan, me disait hier que ça lui faisait bizarre de penser qu’il n’est plus là vu qu’il a été là pendant une longue partie de sa vie, dans les média, à la radio…
    Je n’avais pas prévu de regarder hier mais j’étais chez ma mère, la télé était allumée et j’avoue que j’ai été happée par les images. C’était impressionnant.On peut trouver ça too much, on peut ressentir du mépris (je n’en ressens aucun) pour les fans tassés là mais il était difficile de ne pas être ému et de remarquer la dignité de cs gens (on a par exemple revu des images au moment de la mort de Clause François et ça, ça manquait totalement de dignité).

  5. soene

    Hello Mindounet
    Belles réflexions. Hier, c’était en effet « énorme ». J’ai regardé la télé sans me sentir vraiment concernée par ce spectacle, Juste émue par quelques textes lus. J’aime beaucoup Adamo, Sardou, j’ai beaucoup écouté Mireille M, Sheila, mais le jour où ils mourront je ne me mettrai pas dans cet état.
    J’ai aussi fait un billet que je publie demain, en faisant un parallèle entre ces deux hommes célèbres, morts presque en même temps.
    Je crois que tout le monde appréhende la mort. Johnny redoutait à la fois la solitude et la mort. Je l’ai écouté bien avant d’avoir lu d’Ormesson et j’aime bien certaines de ces chansons.
    Mais toute cette démesure me rend un peu mal à l’aise…
    Bonne semaine et gros bisous

  6. Alors en ce moment j’en ai un à la maison qui a été fan absolu donc depuis sa mort c’est ha que Johnny toute la journée, j’ai tout suivi !!! Mais c’est vrai, que sans l’aimer particulièrement, beaucoup de ses chansons me parlent et je rejoins Estelle pour le billet de François Morel vendredi quand il dit que c’est la jeunesse de certains qui s’en va avec Johnny, il a dit aussi « On a tous en nous quelque chose de rétréci », jolie formule…pour ceux qui l’ont aimé en grand ! Et bravo pour ce très beau billet Poussin ! ;)♥

    1. Il faudrait que je l’écoute le billet de Morel de temps en temps.
      Cela ne m’étonne pas pour le fan à la maison…c’est toute une génération qui est émue et même plusieurs. Après, il doit y avoir certains jeunes qui ne savent pas qui il estou juste à peine mais vu sa popularité, il doity avoir des fans dans tous les villages de France, c’est cela aussi qui est fort !
      Gros bisous.

  7. C’est un très bel article que tu as écrit là.
    En presque 17 ans de métier, j’ai vu beaucoup d’élèves fan de ce jeune chanteur (non, je ne plaisante pas, c’est ainsi qu’ils en parlaient). Marie avait beaucoup marqué mes élèves à sa sortie.
    Pour ma part, ma chanson préférée reste L’envie.
    Bon dimanche.

    1. C’est pas banal ce que tu dis…jeune chanteur, c’est vrai qu’ils ont pris le train en marche et plus près de sa destination finale mais je n’aurais pas imaginé cela…
      Marie est une belle chanson, je ne sais plus qui l’a écrite…

      1. Moi non plus, aussi j’ai essayé de leur expliquer que Johnny ayant fêté ses 70 ans (c’était il y a quatre ans), ce n’était pas la réponse que j’attendais. Pour ne pas me faire de peine, ils ont ajouté : « Bon ba alors, jeune chanteur… Jean-Louis Aubert ! ‘
        C’est Gérald de Palmas qui l’a écrite.

              1. Vu leur tête quand je le leur ai expliqué que Jean-Louis Aubert était grand-père, non. Puis, leur prof d’histoire-géo a dû leur démontrer par A plus B que la Belgique n’était pas une région française, non, non, non.

  8. Ton billet est beau, MTG…
    En fait, je connais pas mal de ses chansons sans avoir acheté, écouté d’albums…Cela me fait de la peine…
    Pour le reste, je ne sais pas trop quoi en penser…La mort, elle est là et elle est triste… Lorsqu’elle prend quelqu’un que l’on connait, que l’on ne verra plus, en concert ou aux repas, qui ne rira plus, on le pleure… Pour Johnny, il déplaçait déjà les foules de son vivant, alors ça paraît dans la continuité du personnage…
    Mais bon, c’est juste l’avis d’un bisounours à moitié dépressif…
    Bisous

    1. Ton avis est le même que le mien , exprimé à ta manière. C’est certain que mort il continuera à déplacer des foules et produire des disques, des concerts ou je ne sais quoi encore. Bisounours à moitié dépressif, bah , ça empêche pas de vivre finalement…tant que c’est qu’à moitié ça va ! Par contre attention à ne pas être trop bisounourse…ça peut être dangereux…:D 😀

  9. Les gens l’appelaient l’idole des jeunes
    mais ils ne savaient pas dans la vie
    Combien tout seul il était…malgré ses millions de disques vendus,
    c’étaitun homme comme les autres.
    Qui vit, qui aime et qui meurt.
    Et une époque qui s’enfuit, et une page qui se tourne…ça c’est certain.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    1. C’est un repère qui tombe…ça déboussole pas mal de personnes . Et sûrement que c’est la fin d’une époque, celle des yé yé et du roch and Roll de cette nature là, il y en a eu d’autres depuis et heureusement.

  10. estellecalim

    Dans le billet de François Morel vendredi, il cloturait en disant que ce qui avait disparu, c’était la jeunesse de ceux qui l’ont aimé il y a des années. Et je trouve que c’est tellement juste. Les fans pleurent leur idole, mais surtout leurs années envolées, ce que cela symbolisait. Mon papa était fan et il est un peu malheureux, forcément, cela le renvoie effectivement à sa propre fin comme tu le dis.
    Beaucoup râlent (« ça coute cher » mais je ne vois pas ce qui coute si cher, ou « on en a marre d’en entendre parler », mais franchement, ce n’est pas si terrible) mais on peut bien céder quelques jours pour ce chanteur qui était quand même une grande figure culturelle de notre pays, quoiqu’on en dise. J’ai entendu aussi « pauvre d’Ormesson éclipsé » mais combien ont lu d’Ormesson et combien connaissent un couplet au moins d’une chanson de Johnny ?
    Cessons de râler et prenons la vie du bon côté. (et pour les fans, le voyage à St Barth, ce sera une belle destination 😀 )

    1. Oui, on pleure la jeunesse disparue et donc notre mort qui se rapproche…si même lui est capable de mourir alors tu parles, nous…je suis certain que c’est ça qui touche pour les non fans, comme moi.
      Dormesson a eu aussi un bel hommage, avec le Président, dans sa catégorie.
      Pour Saint Barth, c’est que les fans friqués qui iront…quoi que..je suis sûr que certains feront juste l’ AR pour y aller !!

  11. J’aimais à la fois l’artiste et l’homme que j’ai toujours considéré comme plus intelligent et sage qu’on le laissait entrevoir. Johnny est un homme du peuple avec une voix exceptionnelle et un talent immense : l’art de repérer celui des autres pour lui écrire de magnifiques chansons. Laura, J’oublierai ton nom, Je te promets (magnifique de chez magnifique), Quelque chose de Tennessee (avec Nathalie Baye), Sang pour Sang … elles me parlent beaucoup, ces chansons, elles ont traversé ma vie. Johnny est le plus grand artiste français de tous les temps, il dépasse Piaf parce qu’il a su s’adresser à tout le monde tout en restant lui-même. Cet hommage était le bienvenu.

    1. Oui, sans être fan ni même pouvoir dire que j’aimais ces chansons, je crois que c’était le plus grand chanteur depuis la guerre. Difficile de comparer à Piaf, qui était beaucoup plus limitée en public mais qui a réussi à être une légende aussi aux USA. Personnellement, elle m’insuporte totalement Piaf…

  12. Mind, c’est beau ce que tu écris. Je n’étais pas fan, mais je l’aimais. Je ne suis fan de personne. Sauf de Mister B ! Et j’ai eu beaucoup de peine quand j’ai appris sa mort. J’ai regardé les témoignages à la télé avec des kleenex à mes côtés. Il avait un talent rare et ses chansons étaient très belles. Mister B. qui ne parle que de Ferrat, Barbara, Brel, Brassens, Reggiani… tu vois son répertoire !… était très ému lui aussi, avec cette impression de le découvrir.
    Passe une belle journée ! Ici, ma campagne est très agitée ! pluie et vent.

    1. Je ne partage pas du tout le répertoire de Mister B…cela n’ a pas été mon éducation ou ma culture mais celui qui se rapproche le plus c’est Brel je crois.
      C’est difficile de ne rien ressentir. Sur le coup, cela ne m’a rien fait de particulier et puis en y repensant et en voyant toute cette ferveur, ça m’a interpellé moi aussi.
      Bisous.
      Fan de Mister B…il se produit sur scène ?? 😀

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s