L’amie prodigieuse 4, l’enfant perdue d’Eléna FERRANTE – 2018- Gallimard – 0.04€ la page

Alors que Lila est restée à Naples , au quartier, Lénu est partie avec son amant Nino, laissant son mari et délaissant ses filles. Le temps passant, la relation passionnelle avec Nino s’estompe et après avoir revu Lila, Lénu revient à Naples et s’installe dans les beaux quartiers. Elle écrit de plus en plus et se rapproche à nouveau de son « amie prodigieuse », Lila. Les deux femmes vont tomber enceintes au même moment…à Naples.

Voici un petit pitch de l’histoire de départ de ce tome 4 qui clôt ta tétralogie fabuleuse d’ Eléna Ferranté. J’ai attendu longtemps ce livre, un an et j’ai réussi à l’avoir la veille de sa sortie, mais j’ai connu une quasi panne de lecture avec  » L’enfant perdue« , mais pas à cause du roman !

Cette suite et fin est à la hauteur de l’histoire et de la saga d‘Eléna Ferranté et comme tout admirateur du talent de cette auteur italienne, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce dernier volet.

J’ai retrouvé la plume sobre et belle de l’auteur et son talent pour restituer toute la psychologie humaine de ses deux héroïnes. On est encore sur l’amour  haineux qui lie ces deux femmes depuis leur naissance et on retrouve le message et la ligne directrice du récit, à savoir la cause féminine, la tolérance en matière d’identité sexuelle.

Sa réflexion sur la culture, l’intelligence, les idées est aussi l’un des points forts du livre!

Pour produire des idées, il n’est pas nécessaire d’être un saint. De toute façon, les vrais intellectuels, il y en a très peu. La plupart des gens cultivés passent leur vie à commenter paresseusement les idées des autres. Leur énergie est principalement consacrée à exercer leur sadisme pour contrer tout rival potentiel.

Les gens déprimés n’écrivent pas de livres. Ceux qui écrivent ce sont les gens heureux, ceux qui voyagent, sont amoureux et ne font que parler, convaincus que les mots, d’une manière ou d’une autre, arrivent toujours à bonne destination.

Oui mais voilà, je dirais quand même que ce dernier volet de l’amie prodigieuse n’est pas le meilleur de la série, peut-être même le moins bon, mais le moins bon de quelque chose de génial donne quelque chose de beau et de grand.

En fait, il y a globalement un petit souci…alors que les trois premiers tomes vont de la naissance à la fin de la trentaine de Lila et Lénu, il n’y qu’un tome pour arriver à plus de 60 ans. Du coup, Eléna Ferranté se recentre sur les deux femmes au détriment des personnages secondaires et du contexte culturel et social de l’ Italie.

Par contre Naples reste omniprésente…

Etre né dans cette ville – écrivis-je même une fois, ne pensant pas à moi mais au pessimisme de Lila – ne sert qu’à une chose : savoir depuis toujours, presque d’instinct, ce qu’aujourd’hui tout le monde commence à soutenir avec mille nuances : le rêve du progrès sans limites est, en réalité, un cauchemar rempli de férocité et de mort.

Et surtout, elle multiplie les rebondissements à un rythme effréné qui font qu’on ne peut pas s’ennuyer , jusqu’à la toute fin, mais qu’on n’a pas le temps non plus de savourer le moment que déjà on est passé à une autre péripétie. Il aurait fallu un cinquième volet mais je pense qu’après 1800 pages, Eléna Ferranté avait peut-être envie de passer à autre chose.

Voilà, la saga fabuleuse de l’amie prodigieuse est close, moi qui fuit les sagas et les pavés à suite qui n’en finissent pas, j’ai fait une très belle rencontre littéraire avec Eléna Ferranté et je relirai cette auteur, probablement ces ouvrages d’avant l’Amie prodigieuse

Et pour finir, un joli portrait de lila…

Bien qu’elle nous ait toujours tous dominés et nous ait imposé à tous une façon d’être, sous peine de son ressentiment et de sa fureur, elle ressentait en elle-même comme un torrent, et tous ses efforts étaient, tout compte fait, destinés à se maîtriser. Quand, malgré ses calculs et ses plans préventifs sur les personnes et sur les choses, le torrent l’emportait, Lila perdait Lila, le chaos devenait l’unique vérité et elle, si active, si courageuse, s’effaçait terrorisée, elle se réduisait à néant.

Publicités

26 réflexions sur “L’amie prodigieuse 4, l’enfant perdue d’Eléna FERRANTE – 2018- Gallimard – 0.04€ la page

  1. Je viens d’achever ce tome 4, j’ai beaucoup aimé malgré l’accélération du rythme et les personnages secondaires moins présents. Mais quelle mélancolie ! Et cette fin est d’une infinie tristesse, j’avais le coeur serré en refermant ces pages.

    1. Tu as utilisé le mot juste avec mélancolie. En fait c’est aussi cela qui me plait je pense dans ce long récit, comme elle raconté ses souvenirs dès le début du premier roman, il y a forcément une grosse dose de mélancolie.
      La fin est triste, je trouve les 3 dernières phrases vraiment réussies…
      Une auteur à relire !!!

  2. J’ai lu ta chronique en diagonale car j’ai commencé le tome 1 dimanche que tu m’as offert et j’accroche ! Malgré mon manque de temps j’ai déjà lu 111 pages, donc c’est facile à lire (comme toutes les sagas en général) et après celle de Marie Laberge où chaque livre fait presque 1000 pages, c’est du gâteau ! Je sens que je vais aimer mais que je ne m’attacherai pas comme je me suis attachée aux personnages du Goût de bonheur, c’est différent, plus « sec »… Bisous Poussin♥

    1. Déjà c’est super que tu aimes le début. Moi je crois que tu vas t’attacher aux 2 filles au fil du temps, le début c’est la petite enfance, le cadre général, le quartier…mais après !!
      A suivre donc, bisous !

  3. Marie

    J’ai commencé dimanche soir, je pense que je terminerai avant le week-end…
    J’ai entendu des critiques mitigées sur ce dernier tome alors j’avais un peu de reserve mais une fois de plus je suis prise par l’histoire.
    Bonne fin de semaine!

    1. Punaise, tu lis vite !! C’est un pavé quand même 😀
      Je ne suis pas mitigé, mais disons qu’elle va très vite sur la période au delà de 40 ans de ses 2 héroïnes…donc un peu frustré par rapport à ça !! 😀

    1. C’est possible pour Ferrante, je suis fâché depuis toujours avec les accents, à une époque, en écriture, je ne les mettait jamais.
      Sinon, oui, c’est une vraie belle histoire, elles sont tellement vivantes ces 2 amies que c’est difficile de ne pas s’y attacher.

  4. Je ne suis pas fermée à la lecture de cette saga, Mindounet, mais j’avoue que ça me fait peur tant de pages…
    Ca doit être vraiment pas facile à gérer ce genre de suites de roman et un peu comme pour les séries de films, l’auteur s’essouffle un petit peu ? 🙄
    Je dis ça mais c’est très perso !
    Allez, il est temps de passer à autre chose 😆
    Gros bisous

    1. Je suis déjà passé à autre chose !
      Tu as raison, faut rebondir après un tel phénomène d’édition, mais ceci dit, Eléna Ferranté avait déjà écrit plusieurs romans et livres avant donc ça ne devrait pas trop lui poser de soucis!
      Pour le nombre de pages, ben faut tenter le tome 1 et si tu accroches et aimes, tu vas le lire très facilement, c’est une belle écriture mais très simple et accessible, stylisée sans être pompeuse !
      Bonne journée !

  5. saxaoul

    J’espère que je vais devenir mois aussi une fan de cette saga !!! Reste à savoir dans quoi l’auteur va se lancer maintenant. Je ne suis pas bien au courant mais il plane pas mal de mystères autour de son identité. Cela contribue sans doute en partie à son succès.

    1. Oui, tu vas aimer…
      En fait, des journalistes ont violé son souhait de rester dans l’anonymat, il s’agit d’une éditrice (très certainement) , qui écrivait déjà des romans avant, avec un certain succès mais depuis l’ ouragan suscité par l’ Amie prodigieuse, elle intéresse beaucoup de monde…

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s