Une longue impatience de Gaëlle JOSSE- 2018 – Notabila- 0.07€ la page

Et un gros bisou à Emilie qui m’a offert ce livre là aussi 😀

Anne est une veuve de marin, remariée avec le pharmacien d’un village breton, Etienne. Elle a eu  deux enfants avec lui en plus de son premier enfant, Louis, âgé de 16 ans. La cohabitation entre Louis et Etienne est difficile, ce dernier corrige Louis à coups de ceinturon pour ses frasques, nous sommes dans les années 50. Un jour Louis se rebelle contre Etienne, puis part de la maison, sans plus jamais donner signe de vie,  et devient matelot au long cours. Anne va devoir gérer cette absence…

Je vis avec une absence enfouie en moi, une absence qui me vide et me remplit à la fois. Parfois, je me dis que le chemin qui me happe chaque jour est comme une ligne de vie, un fil sinueux sur lequel je marche et tente d’avancer, de toutes les forces qui me restent. Il me faudrait chercher des arrangements pour enjamber chaque jour sans dommage, mais je ne sais rien des arrangements.

C’est la septième fois que je retrouve  Gaëlle Josse, toujours avec grand plaisir et vu les échos sur ce nouveau roman, je pensais qu’ une longue impatience serait un coup de coeur, et décidément , en 2018, je n’arrive pas à en avoir vraiment.

C’est une belle histoire, racontée comme toujours chez l’auteur avec beaucoup de sensibilité. Cette femme qui est dans l’attente impossible de ce fils évaporé en mer par la faute d’Etienne, et donc par la sienne, est vraiment touchante, poignante, enfermée dans son malheur et sa culpabilité. La seconde moitié du livre m’ a vraiment touché. Gaëlle Josse a toujours des idées poétiques et belles, comme celle de la sirène et surtout celle que l’on trouve à la fin du récit dans la maison au bord de l’océan, que je ne révélerai pas. Quant à la fin, justement, elle est juste parfaite…

La solitude de l’héroïne est vraiment bien restituée, elle est oppressante et colle le lecteur dans l’histoire. Qu’il s’agisse de la relation avec Etienne, le mari, ou de toute autre relation, c’est la solitude absolue de cette femme  qui ressort.

Je me demande pourquoi il m’aime tant, et ce qu’il peut bien trouver à une femme comme moi, habitée d’absents, cousue d’attentes, de cauchemars et de désirs impossibles. Peut-être ne trouve-t-il rien en moi, rien qui se réduise à des défauts ou des qualités, mais seulement l’amour, l’inexplicable tremblement pour une inexplicable lueur.

J’ai trouvé le décor très ressemblant à ce que je connais de la Bretagne , la maison se situe probablement autour de la Pointe de Van, dans le Finistère, encore que j’ai retrouvé aussi un coin des Côtes d’Armor dont je ne me souviens plus le nom, mais je revois le même « trou d’eau » que celui présent dans  Une longue Impatience.

Alors vous me direz, mais que demander de plus ?

Ben je vous répondrais qu’un coup de coeur ça ne se décrète pas et que c’est exigeant un coup de coeur et que j’avais envie que cela en soit un !

J’ai trouvé le début du récit  d’ Une longue impatience et la mise en place trop rapides et parfois simplistes, les passages évoquant la guerre peu utiles au récit, et puis, cette mère qui écrit à son fils embarqué sur des océans inconnus pour lui raconter le festin qu’elle lui fera à son retour ne m’a pas convaincu. Certes, il y a eu les pénuries de la guerre, certes on est dans les années 50, mais le côté mère nourricière ne m’a pas vraiment emballé, elle aurait pu écrire tellement d’autres choses à son Louis !

Peut-être aussi que cette soumission absolue chez cette femme m’a gêné…de sa naissance à sa mort, elle n’aura jamais fait autre chose que de  se soumettre…c’était sûrement le lot de  beaucoup de femmes à cette époque dans la France reculée (et d’ailleurs ça l’est encore aujourd’hui et même dans les grandes villes… ), mais j’aurais aimé peut être autre chose de sa part…une autre réaction.

En résumé, un bon moment de lecture comme à chaque fois avec Gaëlle Josse, mais j’ai préféré l’Ombre de nos nuits ou Un été à quatre mains, pour ne parler que des plus récents livres.

Tous les jours je dois m’inventer de nouvelles résolutions, des choses pour tenir debout, pour ne pas me noyer, pour me réchauffer, pour écarter les lianes de chagrin  qui menacent de m’étrangler. J’apprends à me réjouir de ce qui est heureux, de ce qui est doux, de ce qui est tendre, des bras des enfants autour de mes épaules, des mains brûlantes d’Etienne sur mes hanches, de la rosace parfaite d’une fleur de camélia, d’un rayon de lumière qui troue les nuages et vient danser sur le mur, de la fraîcheur des draps en été, du beurre salé qui fond sur le pain tiède, je me fabrique toute une collection de bonheurs dans lesquels puiser pour me consoler, comme un herbier de moments heureux,

34 réflexions sur “Une longue impatience de Gaëlle JOSSE- 2018 – Notabila- 0.07€ la page

  1. ahah j’aime bien le prix à la page ! Le dernier Paul Auster est imbattable à 0,03 la page 🙂 Un grand coup de coeur pour une de mes collègues mais le sujet ne me tente pas trop (l’attente… je ne supporte pas 😉 )

      1. Bah… Tu sais… Quelques jours passent si vite! 😀 Je note que tu parles de croisière et pas de virée en avion (ni dans les bois, remarque 😀 😀 :D)
        J’avoue tout, Monsieur le Juge!
        Lorsqu’il fait beau, ils jouent volontiers dehors, mais là… Ma vie se résume entre une activité de taxi plutôt soutenue et la gestion de deux crises d’adolescence. En effet, je pourrai m’ennuyer à la longue, mais il y a certains jours… Surtout là, le besoin d’écrire sinon frustré au moins reporté commence à se faire sentir… (En plus, avec la dernière qui réclame la tablette dès que je touche au traitement de texte.) Du coup, l’idée d’une plage déserte ou d’un escape game dont je serai l’unique gagnante me titille grave ! 😀 😀 😀
        Mais de ça, il ne faut pas parler et je dois m’arrêter là… Ce n’est pas politiquement correct ! 😉
        #la fableduburnoutmaternel

        1. Ho mais tu ne dis rien qui ne soit pas lisible de tous…toutes les mères passent par là il me semble.
          Et pourquoi pas essayer de te réserver quelques jours rien que pour toi, un jour pendant des vacances scolaires par exemple…suffit de faire garder les plus jeunes !! 😀
          Faut investir dans une autre tablette je crois…chacun la sienne…bon pour le stylo j’ai fait ce que j’ai pu mais pour la tablette 😀 😀
          Sinon, autre solution, tu offres un escape game aux mambos…mais sans possibilité d’escape, faut négocier avec la boite qui organise le truc … 😀

          1. Mouhaha! L’escape game sans possibilité d’escape, c’est pas mal ça!!! Je le note et je t’en félicite! 😀
            Perrault aurait dû y penser!!!
            Merci encore pour le stylo 😉 Mambo 3 ne s’en sépare plus…
            Cela me prend parfois, mais demain ça ira mieux (ben vi, y a école… 😀 😀 :D)

  2. C’est un gros bouquin ? 😉
    Les « gros » romans me font un peu peur 🙄
    J’ai lu quelques livres de GJ que j’ai bien aimés. Je note celui-là !
    Gros bisous d’O.

  3. valmleslivres

    Comme toi, je lui ai préféré Nos vies désaccordées. C’est un beau roman mais j’ai mis du temps à entrer dedans. J’ai par contre beaucoup aimé la deuxième moitié.

  4. Marie

    J’ai beaucoup aimé.. de toute façon je suis fan de Gaëlle Josse. C’est le chien que tu as perdu sur la photo? Il ressemble à notre épagneul breton qui nous a quitté la veille de ses 15 ans.

  5. Cela fait longtemps que je n’ai pas lu Gaëlle Josse, pas lu les derniers titres. J’avais adoré le premier, eu un grand coup de coeur pour  » Nos vies désaccordées  » puis moins accrochée ensuite ( et j’avoue, trop vu sur les blog à parution, alors j’attendais de lire plus tranquille et j’ai laissé le temps filer ). Il me faut choisir un titre pour reprendre.

    1. Moi aussi, gros coup de coeur pour Nos vies désaccordées. C’est vrai qu’elle est très présente sur les blogs ! Dans les récents j’aime beaucoup les 2 précédents, l’ombre de nos nuits etpeut être encore plus le très court  » été à 4 mains ».

  6. estellecalim

    Et alors ? ça fait cher de la page ou pas ? Quand tu auras fait plein de billets avec le prix par page, il faudrait faire un petit comparatif 😂

    Et pour le coup de coeur, je crois que quand on a envie qu’une lecture en soit un, c’est plus difficile, on est plus exigeant et ça marche rarement. Et puis on ne peut pas être très bon à chaque roman, mais j’ai l’impression que tu as quand même aimé, c’est déjà pas mal, non?

    1. Exact, j’ai passé un super moment de lecture, mais voilà, j’ai tellement lu de titres de Gaëlle que je suis devenu exigeant…
      En fait pourle comparatif faudrait que je le fasse au poids non ?? 😀

        1. En fait, je ne fais pas attention aux prix à vrai dire, j’achète d’occasion tout ce que je peux et pour le reste tant pis, quand j’ai envie j’achète ! Mais bon, les courts livres en grand format c’est quand même bien cher au final 😀

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s