Départ…

 

Le départ…vaste sujet de réflexion !

Voici ce que j’écrivais, 2 semaines après avoir créé mon blog en 2011.

Je ne sais pas pour vous mais bizarrement je n’aime pas le dernier jour avant les vacances ou même le jour du départ en vacances.

Et pourtant je suis toujours prêt à lever le camp, à voir du pays et à bouger, c’est indispensable à ma vie, je ferais que cela (ou presque)  si je le pouvais. J’ai des souvenirs impérissables  de la Suisse, du Pays Basque, de la Corse,  de la Bretagne, de Londres ou Venise.

Mais voilà, ce matin en me levant, je regardais le petit massif de fleurs des champs dans le jardin et le me disais qu’il allait me manquer. Tous les jours ce massif est différent et j’ai peur de le retrouver mal en point. Pareil, en promenant le chien au bord du petit lac où je vais tous les jours souvent 2 fois par jour, je me disais que cet endroit propice à la réflexion allait me manquer, un peu comme s’il y avait un risque que je ne le retrouve pas de la même manière en rentrant Et pourtant, certains matins quand il pleut à cordes ou qu’il fait bien froid, ce lac me sort un peu par les yeux.

Et puis faire les valises est quelque chose dont j’ai absolument horreur et pourtant ça veut dire préparation du départ mais au fond je crois que c’est le départ en lui même qui me noue un peu l’estomac….

Et là, il va y en avoir un de départ, et pas pour des vacances ni pour 3 mois !

Je crois que je ne réalise pas encore et cela ne m’étonne pas : en caractérologie, je fais partie des personnes qui ont  « retentissement » secondaire. C’est à dire que je ne réagis pas aux choses à chaud mais toujours en décalé. Pour le moment je ne ressens que cette sorte de noeud à l’estomac liée à tout départ, mais je ne suis ni excité, ni énervé, ni particulièrement stressé.

Pourtant, quand je vais prendre l’ A 66 pour la dernière fois, déjà je serai seul dans la voiture et quand je serai arrivé à destination, je ne serai pas chez moi. Au premier sens du terme, puisqu’en tant que boulet 2.0, je vais devoir squatter chez des âmes charitables pendant 2 semaines, le temps d’avoir notre location. Du coup, encore moins évident de bien réaliser ce qui est en train de se passer !

Quand à la zone géographique, je ne la connais que par des vacances et encore, pas tellement cette partie là de la Haute Savoie et le travail, forcément, ce sera la découverte  !

Un départ en aller simple  en somme , rien de plus.  Le massif de fleurs des champs dont je parle dans mon article du début n’est plus là, le chien non plus d’ailleurs. Comme dirait l’autre, » On peut pas mettre 10 ans sur table, comme on abat ses lettres au Scrabble »

 

Publicités

39 réflexions sur “Départ…

  1. valmleslivres

    On la sent fort la nostalgie dans ce billet. Je ne savais pas qu’il y avait des catégories si clairement identifiées dans lesquels on pouvait mettre les gens qui ressentent ce qui leur arrive à retardement. Mais n’est-ce pas notre cas à tous (ou alors je suis dans la même catégorie que toi). Tu remarqueras que je sors de ma tanière rien que pour toi.

  2. celestine

    Il est des moments-clés dans la vie est tu vis un de ceux-là.
    Et je suis certaine que tu ne le regretteras pas.
    Parce que changer, ça fait grandir.
    Bisous et bonne chance Mindounet
    De tout ♥️

     •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

  3. Allez, courage, tout va bien se passer. Tu as pas mal de choses à découvrir et rien que ça, c’est chouette. Lorsque nous sommes venus en Région Parisienne, mon mari débutait son travail le 1er avril. Moi, je devais finir mon contrat dans le sud qui allait jusqu’à début juillet. Il est « monté à la capitale » avec juste le nécessaire car nous n’avions rien non plus. Il a dormi dans des hôtels pourris le temps de trouver un appart à louer. Voilà, pour te dire que je comprends bien la situation !
    Bises.

    1. Oui, et moi je suis privilégié à côté, il n’y a que 15 jours de battement et je n’ai pas à aller à l’hôtel, et on a trouvé la location !
      C’est ainsi, on passe presque tous par ces moments là dans une vie, il faut le faire et puis voilà !

  4. ANTIBLUES06

    J’aime bien la fine analyse de tes ressentis : pouvoir le faire montre que tu as déjà pris un recul suffisant sur les événements qui s’annoncent …
    Et puis ce déménagement questionne une de nos ressources essentielles qu’on ne se pose pas assez souvent : Quelle est mon aptitude au changement ? Choisi ou subi, quelles sont mes capacités d’adaptation ? Les réponses que l’on apporte peuvent être gratifiantes ou dérangeantes (ne pas être dans le déni en ce cas!)

    1. J’en suis absolument certain, même si tu sais que tu as raison et que c’est ce que tu veux, la tristesse du départ s’oppose à l’excitation ! Et je souhaite d’ailleurs d’arriver à faire ce que tu as envie de faire !!

  5. saxaoul

    Comme je te comprends ! Même si je n’ai jamais regretté un départ, ce n’est jamais simple pour moi non plus. Quand j’ai quitté ma Normandie natale, j’ai eu en plus la culpabilité à gérer.

  6. Il y a toujours un pincement au coeur quand on quitte un endroit et puis…on se réadapte tellement vite ! Je ne prends pas le risque de compter mes départs, il y en a tellement eu, je crois que j’aurais le vertige !😊. Et puis…on devient sédentaire à force !😅
    Respire ça va aller…bisous❤

    1. Hola grande Prêtresse ! C’est certainement ça. Pour le sédentarisme, je crois que ça dépend des gens, de leur enfance , leurs origines, leur caractère. Certains ne se posent jamais, d’autres ne bougent jamais, mais tu as sans doutes raison !
      Gros bisous.

  7. estellecalim

    Ah là là ! Comme je suis d’accord ! Avant on partait en Asie plus d’un mois chaque année. Le départ était une étape difficile pour moi, pleine d’ambivalence, entre deux eaux. Et chaque petit départ pendant le voyage tous les 3 ou 4 jours était un nouvel arrachement. Mais le plus dur a été le dernier retour de Bangkok. Je savais que je rentrais chez moi et ça, j’adore au bout d’un mois, mais je savais aussi que je ne reviendrais pas de sitôt et j’ai pleuré toute la route jusqu’à l’aéroport.

    1. Voilà. Et pourtant, sur le papier, partir un mois ou 2 en Thaïlande , pour le plaisir, le gout du voyage, en sachant qu’au retour tu as un foyer, une vie, un travail…cela ne devrait occasionner que des rires, de la joie, et de l’exaltation non ? Et pourtant non, parce qu’on est des êtres humains faits de sensibilités. Et le départ a tellement été traité dans les livres, quel que soit le genre de départ d’ailleurs…et souvent sous cet angle en plus !

    1. Bah oui…le travail au départ est paradoxalement rassurant sur l’ensemble des changements à venir, je ne suis pas trop préoccupé par ça, je verrai sur le moment , ça sera une vraie expérience de responsable d’un service RH et après je verrai bien aussi si c’est ce qu’il me faut ou pas !
      J’irai me baigner dans les eaux du lac…l’hiver ça doit tuer 😀 😀
      Bisous.

    1. Une autre vie, c’est pas vraiment ça…j’ai heureusement le même foyer, je reste fonctionnaire et dans le même domaine d’activités…on parle toujours de nouvelle vie ou nouveau départ mais à mon avis à tort.
      C’est un départ et c’est déjà pas mal…on n’a plus 20 ans ma pauvre dame… 😀

  8. Seia

    Le changement c est toujours dur car on sait ce que l on quitte mais pas ce que l on trouver, pour autant le changement c est la vie, c est casser les habitudes chroniques c est retravailler sur son adaptabilité… et j en suis sure, cela va bien pour vous deux! Bienvenue dans la yaute! ( et puis tu arrives au commencement de la saison des raclettes et des fondues c est un sacré argument de bien être !

  9. On sent à travers tes mots que ce n’est pas simple et c’est bien normal !! Donc : courage et en même temps je suis sûre que cette période va être riche en découvertes, rencontres, réflexions… bisous !

  10. Hello Mindounet, plus on en avance dans l’âge, plus on a du mal à se remettre en question.
    Il ne faut rien regretter, ça empêche d’avancer 😉
    Il faut juste accepter de vivre autrement. C’est comme lorsqu’on est confronté à la mort.
    Mais là, pour vous deux, rien de grave, au contraire.
    Tu vas trouver tes marques, t’éclater dans ton nouveau boulot, et tu verras comme notre région est belle 😆
    Ta Douce te rejoindra bientôt, deux semaines c’est vite passé.
    Un déménagement ça permet de réorganiser le matériel, à casser les habitudes et à en réinventer d’autres 😆
    Tu vas vite retrouver un (autre) confort de vie au quotidien.
    On vous accompagne par le coeur et la pensée. Bon courage.
    Gros bisous

      1. Je m’en réjouis, Mindounet, une rencontre sera tout à fait possible désormais 😉
        Un changement tous les 10 ans, professionnel en plus, c’est déjà bien 😆
        Allez, rendez-vous au printemps !
        Gros bisous

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s