Le 74 !

Hello ! Alors aujourd’hui, si on parlait du 74 ? La Haute Savoie quoi !!

Connaissez-vous les expressions utilisées ici ?

  •  » C’est tout bon »  : celle là, on l’entend partout et tout le temps, au boulot, dans les magasins, au téléphone…et c’est ok !
  • « Monstre ». Genre il faisait monstre beau…celle-là est plus rare et peut-être plus Suisse, je ne sais pas trop, ou plus montagnarde…elle me plaît bien !
  • « Tu auras meilleur temps ». Il faut traduire par ça ira plus vite…exemple type, pour faire un tableau informatisé par exemple, tu auras meilleur temps avec Excel : Tu devrais utiliser Excel, c’est plus rapide…
  • « la Yaute » : c’est le nom donné à la Haute Savoie.

Savez-vous pourquoi il n’y a que très peu d’activité « gilets jaunes  » en Haute Savoie?

Ben parce que le département est le troisième niveau de vie le plus élevé de France (hors Paris intra-muros) si on regarde les revenus imposables ! On est même bien au delà de la Côte d’Azur, les idées reçues sont parfois trompeuses. Du coup, certains ont bien pensé à monter un mouvement doudounes jaunes parce que quand même 40€ par jour le forfait en station de ski, faut pas déconner. Bon ok, j’exagère, dans les petites stations (celles où vont souvent les gens du coin car ils savent là où trouver les meilleurs domaines skiables pas trop chers) mais ça peut monter à 49€ dans certaines, qui sont devenues le repaire des russes et des anglais.

Oui mais du coup, les pauvres , car il y en a, pourquoi ils ne manifestent pas ? Ben , vu les prix pratiqués, je pense qu’ils ne  peuvent pas se permettre de s’acheter l’équipement du gilet jaune. Pas le gilet, mais bon rajoutez les masques, les casques, les protections , utiles aussi bien pour les pacifiques qui prennent des coups et pour les casseurs et compagnie pour faire mal et casser. Sans compter qu’il faut se déplacer aussi, laisser sa voiture quelque part et quand vous voyez les prix des parkings publics en Haute Savoie….allez rires (jaunes of course).

Et la Dame de Haute Savoie alors ??

Ben elle existe…elle s’appelle Constance, elle est aujourd’hui retraités mais pendant longtemps elle tenait un restaurant avec quelques hébergements sur les alpages du plateau des Glières, connu parce que c’est un haut-lieu de la Résistance au destin tragique pendant la seconde guerre mondiale . Constance n’est plus là, mais le restaurant est toujours là avec les mêmes recettes et notamment des beignets de patates qui paraît-il sont top de chez top. Donc Cabrel ne l’a pas inventée cette Dame de Haute Savoie, il a séjourné là-haut à une époque et visiblement l’endroit et Constance l’ont inspiré !

Sinon il fait monstre beau depuis 15 jours…c’est top et ce qui est pris est pris  !

Voilà vous savez-tout ou presque sur la Yaute ! En bon Monchu qui se respecte, la prochaine fois, je chercherai à savoir pourquoi on dit Avoria et non Avoriazzzzzz et Chamoni et non Chamonixxxxx mais Servozzzzz zt non Servo (sauf s’i l’on est parisien, comme dirait George , bien entendu !! #référenceculturelle warf !)

Publicités

Changer l’eau des fleurs – Valérie PERRIN – 2018

Une fois n’est plus coutume, mais voici un coup de coeur pour le second roman de Valérie PERRIN, Changer l’eau des fleurs, sachant que son premier roman , Les oubliés du dimanche, était déjà un coup de coeur pour moi !

Alors de quoi ça parle ?

C’est l’histoire d’une femme, Violette Toussaint, qui autrefois garde-barrière est devenue gardienne de cimetière dans une petite ville de Bourgogne près de Macon. Sa vie est rythmée par les enterrements et les rencontres avec les familles mais aussi par la vie avec les 3 fossoyeurs de la commune, le curé et les propriétaires du magasin de pompes funèbres local.

Et dès le début du livre, c’est beau…

Ma grand-mère m’a appris très tôt comment cueillir les étoiles : la nuit il suffit de poser une bassine d’eau au milieu de la cour pour les avoir à ses pieds.

Le début de l’histoire s’attache à décrire cette vie particulière  à l’intérieur d’un cimetière de province, et c’est un bonheur absolu qui alterne entre humour, tendresse et pensées qui font mouche.

Et vous ? Vous ne buvez pas ?
Je me sers une larme et trinque avec lui.
– C’est tout ce que vous buvez ?
– Je suis gardienne de cimetière, je ne bois que des larmes.

Et puis, Valérie Perrin, commence à raconter l’histoire car elle sait faire ce que beaucoup d’écrivains français actuels ne savent pas faire : raconter une histoire, une vraie, construite, dense, qui va tenir le lecteur en haleine jusqu’aux toutes dernières pages. Et elle sait y faire  !  L’histoire est double : celle de Violette qui peu à peu se découvre comme une femme meurtrie par son passé (on s’en doutait un peu vu sa philosophie de vie, son travail et son humour) mais aussi celle d’un homme, Julien Seul, qui débarque un jour au cimetière et dans l’existence de Violette…

Changer l’eau des fleurs est dans le prolongement exact des Oubliés du dimanche, un mélange de noirceur sur le fond, de tendresse, de sentiments, de choses tristes et dures et de moments de bonheur. Parfois on aurait envie de Kleenex et souvent on sourit. On oscille entre vie et mort, c’est le métier de Violette qui veut ça…

J’adore rire de la mort, me moquer d’elle. C’est ma façon de l’écraser. Comme ça, elle fait moins son importante. En me jouant d’elle, je laisse la vie prendre le dessus, prendre le pouvoir.

Le style est fluide et la façon de raconter est très cinématographique, ce qui est logique car Valérie Perrin est aussi scénariste. On devine bien parfois ce qui va se passer mais sur le passé de Violette et ce qui l’a meurtrie, le suspens est là jusqu’à la fin.

Et quel beau portrait de femme !

Je parle toute seule. Je parle aux morts, aux chats, aux lézards, aux fleurs, à Dieu ( pas toujours gentiment). Je me parle. Je m’interroge. Je m’interpelle. Je me donne du courage. (…)
A Brancion-en-Chalon, il y a des gens qui ne m’aiment pas, se méfient ou qui ont peur de moi. Peut-être parce que je semble porter le deuil en permanence. S’ils savaient qu’en dessous il y a l’été, ils me feraient peut-être brûler sur un bûcher. Tous les métiers qui touchent à la mort ont l’air suspects

Bref, après Joël Dicker, dans un registre totalement différent, Changer l’eau des fleurs est exactement ce que j’ai envie de lire au quotidien ! Vivement le troisième !

 

75-74

Je vais pas vous raconter ma vie au boulot, mais hier, on se posait la question avec mon chef de ce qui pouvait motiver un gars de 55 ans qui jusqu’ici est sur Paris et qu’on va recevoir en entretien de recrutement la semaine prochaine. Et mon chef s’est souvenu d’une histoire drôle…que j’ai lue et qui m’a fait vraiment rire.

C’est une parabole caustique, tellement vraie…j’adore.  Je pense qu’elle est connue dans le coin, peut-être moins ailleurs…la voici !

12 août
On a emménagé aujourd’hui dans notre nouvelle maison dans une Haute Savoie ensoleillée. Cet endroit est vraiment magnifique. Les montagnes sont si majestueuses, je suis impatient de les voir couvertes de neiges. J’adore cet endroit.

14 octobre
La Haute Savoie est l’endroit le plus beau de la planète. Les feuillages passent par toutes les nuances du rouge et de l’orange. Je suis allé en promenade dans ces belles montagnes et j’ai aperçu des cerfs. Ils sont tellement gracieux. Ce sont sans doute les animaux les plus merveilleux sur terre. J’ai l’impression d’être au paradis, j’adore cet endroit.

11 novembre
Bientôt l’ouverture de la chasse aux cerfs. J’ai du mal à imaginer qu’on puisse tuer des créatures aussi adorable. J’espère qu’il va bientôt neiger.
J’adore cet endroit.

2 décembre
Il a neigé cette nuit. Au réveil, j’ai vu que tout était recouvert de blanc. On dirait une carte postale. Nous sommes partis pour déblayer la neige sur les marches et nous avons dégagé le chemin d’accès à la pelle.
Nous avons fait une bataille de boule de neige (j’ai gagné), mais le chasse neige est passé, nous avons dû reprendre les pelles. Quel endroit merveilleux, j’adore la Haute Savoie.

12 décembre
Encore de la neige, cette nuit. J’adore. Le chasse neige nous a refait une farce en encombrant le chemin. J’adore cet endroit.

19 décembre
Encore de la neige cette nuit. Je n’ai pas pu aller travailler. Le chemin était obstrué par la neige. Je suis exténué à force de pelleter. Enfoiré de chasse neige.

22 décembre
Cette merde blanche est encore tombée toute la nuit. J’ai des ampoules pleins les mains à cause de la pelle. Je suis sûr que le chasse neige est planqué dans le virage et attend que j’ai dégagé le chemin. Le connard !!

25 décembre
Joyeux Noël de merde ! Encore cette saloperie de neige. Si seulement je pouvais mettre la main sur le fils de pute qui conduit le chasse neige. Ma parole je lui fais la peau à ce con. Je me demande pourquoi ils n’ont pas rajouté de sel sur la route pour faire fondre cette putain de glace.

27 décembre
Encore cette merde blanche, la nuit dernière. Je suis resté enfermé trois jours, sauf pour dégager le chemin à chaque passage du chasse neige. Je ne peut plus aller nulle part. La voiture est restée enfouie sous un tas de neige. Le gars de la météo dit qu’on doit s’attendre à 25 cm de merde cette nuit. Vous avez une idée de combien de pelletées ça représente , 25 cm de neige ! !

28 décembre
Le météorologue  » de mes deux  » s’est fichu dedans. Cette fois c’est plus de 80 cm qu’il est tombé. A ce train là ça ne fondra pas avant l’été. Le chasse neige est resté coincé sur la route, et l’autre burne est venu à la porte pour m’emprunter une pelle ! Après lui avoir raconté que j’ai déjà bousillé 6 pelles en dégageant la neige qu’il balançait dans mon allée, je lui ai cassé la dernière sur la gueule !

4 janvier
J’ai quand même pu sortir aujourd’hui. Je suis allé au magasin acheter de la nourriture, et sur le chemin du retour, un con de cerf est venu emplafonner l’avant de ma voiture. Il a fait 700 EUR de dégâts ! On devrait massacrer ces putains de bestioles. Je croyais que les chasseurs les avaient toutes tuées en novembre.

3 mai
J’ai conduit la voiture au garage en ville. Vous me croirez si vous voulez,la caisse est toute rouillée à cause de cette saloperie de sel qu’ils ont mis partout sur la route.

10 mai
Les déménageurs sont là. On retourne à Paris. Je n’arrive pas à imaginer que quelqu’un de sain d’esprit puisse avoir envie de vivre dans ce pays de merde ! ! !

Voilà…toute ressemblance avec…etc !!  Je pars faire des recherches pour voir si je trouve la même avec le manque de soleil en hiver ! Warf !!

 

Miossec live

J’ai vu la semaine dernière Miossec en concert à Annemasse. C’est la troisième fois que je le vois en concert et à chaque fois c’est un bonheur. Je ne suis pas fan, je ne connais pas les chansons mais , j’aime son style, ses paroles désenchantées et noires et musicalement c’est toujours bien  !

Ce concert était assez rock musicalement parlant.

Ce n’est pas un grand chanteur mais un vrai breton poète et buriné si je puis dire.

Il fait plein d’albums et de tournées, dans des salles petites, peu de public mais des fidèles qui le suivent au fil des années

La seconde chanson de son concert m’a interpellée…je trouve le texte très bon. Le titre du morceau c’est  » Je suis devenu ».

Voici quelques extraits du texte :

Je suis devenu ce que j’ai récolté
Ce qui m’est tombé dessus, ce que j’ai bien pu ramasser
Je suis devenu ce que je redoutais
Mais j’m’en suis aperçu qu’une fois le mal déjà fait

Je me suis fait tout seul et je me suis raté (j’adore cette phrase toute simple…)
J’ai du trop souvent être seul
Où je n’ai pas été assez bien conseillé

Je sais qui j’étais, je sais qui je suis plus
Je sais ce que je faisais, je sais ce que je n’ferai plus
Je sais qui j’aimais, je sais qui je n’déteste plus

Je suis devenu ce que font les années
C’est très bien écrit dessus , c’est même soigneusement souligné
Je suis devenu tout ce qui a pu se passer
Des souvenirs perdus ou complètement déformés

Je me suis fait tout seul et je me suis raté…

 

Si vous ne connaissez pas Christophe  Miossec, un petit live de l’une de ses chansons phare  » je m’en vais ».

Alors, vous aimez ou pas ?

Attention, si vous n’aimez pas, la prochaine fois c’est Taqui Taqui Rumba 😀