Dicker, les romans et moi !

Je viens de finir de lire La disparition de Stéphanie Mailer, le quatrième roman de Joël Dicker. Je ne lis habituellement pas de polar, mais là j’ai fait exception et j’ai dévoré ce roman totalement addictif dès la troisième page : 850 pages lues en 10 jours, ce qui pour moi est rapide ! Un livre qui tient toutes ses promesses, avec un feu d’artifice final, même si je trouve que le bouquet comporte un peu trop de fusées justement !

Mais si  je parle de Dicker, c’est parce que dans le cours de l’histoire, il est question d’un livre, d’un critique littéraire, d’une pièce de théâtre et disons, un peu du milieu artistique !  Et là, avec pas mal de dérision, l’auteur suisse dit en gros, qu’il y a 6 sortes de romans, dont le degré d’intérêt et de valeur , aux yeux des critiques dépend justement de sa catégorie .

En bas de la pyramide, on trouve le roman à l’eau de rose (un peu la lie du roman finalement…) : j’en ai lu pas mal et j’aime bien, enfin disons que  j’aime bien les histoires sentimentales et d’amour.

Ensuite, on va trouver la sous catégorie du roman policier. Je n’en ai jamais lu beaucoup (enfin si à une époque quand même…) j’ai du mal avec, mais qui sait, depuis Dicker…et donc il qualifie son propre roman de sous catégorie quelque part !

Ensuite, il cite le roman « tout court » : on peut y mettre des tas de livres dans cette catégorie fourre-tout.

En quatrième catégorie, et là, le livre commence à gagner en dignité, on trouve le roman historique. Et là, j’avoue que j’aime bien ces romans là, enfin pas le pur roman historique mais une histoire romancée qui se base sur des faits réels , des personnages réels, comme par exemple La salle de bal de Anna Hope ou encore justement, le premier livre publié de Dicker,  » Les derniers jours de nos pères « qui raconte une histoire autour d’une brigade de soldats français engagés auprès d’une armée spéciale anglaise. Ou encore récemment,  j’ai lu  » Bleu de Delft » qui raconte le parcours d’une femme (fictive) qui essaye de faire sa place dans l’univers de la peinture sur  faïence , et qui gravite autour de personnages réels,notamment Rembrandt et Vermeer. Bref j’aime beaucoup mais à la condition que l’Histoire ne soit que la toile de fond de l’histoire…du coup c’est pas trop ce genre de roman que le milieu littéraire porte au firmament.

En cinquième catégorie et là on approche du Graal, Dicker cite le « roman intellectuel« . Haaa oui, j’en ai lu beaucoup et j’ai bien aimé cette période, mais maintenant c’est fini pour moi…je suis passé à autre chose. Par contre, un jour je lirai Proust c’est certain, ça changera des auteurs qui se prennent pour lui.

Et enfin, le roman qui attire le plus les critiques et l’élite littéraire….est le roman incompréhensible. Là , je dois dire que je n’en ai jamais lu, car si je commence un livre et que je ne comprends rien (c’est arrivé) j’arrête tout de suite. Dans cette catégorie, je pense au fameux Ulysse de Joyce…qui passe pour être LE roman…mais que finalement peu de personnes ont lu où sont arrivé au bout et même si, elles n’ont pas pigé grand chose .

Bref, cette classification m’a bien fait sourire . Elle est forcément réductrice te caricaturale, comme à chaque fois qu’on met des gens, des choses ou des oeuvres dans des cases…mais je trouve que c’est bien vu.

Par contre, personnellement, je rajouterais une dernière catégorie et finalement, c’est souvent là qu’on trouve aussi de très belles surprises : le roman inclassable !

34 réflexions sur “Dicker, les romans et moi !

  1. Les raisons du succès du roman incompréhensible sont simples : si la personne ne comprend pas ce qu’elle lit, elle va se dire : puisque c’est c’est publié, c’est que c’est bien, donc c’est moi qui n’ai pas compris, ouh là, ça craint, alors que tout le monde n’en dit que du positif… bon ben on va faire genre et jouer l’enthousiaste.
    Voilà. 🙂

  2. Hello Mindounet
    850 pages !!! je fuis illico !!!
    Je ne connais pas cet auteur et tant pis…
    Par contre, j’aime bien son classement des romans 😆
    J’adore les romans historiques qui mêlent fiction et Histoire. Ainsi, on ne sait jamais vraiment si c’est vrai ou pas 🙄
    Une fois que j’aurai fini de lire Le mystère Henri Pick, j’attaque Bleu de Delft. Je vais sûrement aimer.
    Le roman à l’eau de rose, ça fait du bien, ça ne prend pas la tête.
    Les romans policiers bien sanglants, je déteste mais ceux de Michel Bussi, classés dans cette catégorie, me plaisent beaucoup et je les lis toujours avec plaisir, surtout quand ils sont dédicacés 😉
    Et tous les autres ! Son jugement minimaliste est très proche de la réalité.
    Quant aux romans intellos, c’est non aussi. Je refuse de relire trois fois une phrase pour arriver à la conclusion que je n’ai rien compris 😆
    Gros bisous

    1. Le premier livre de Dicker te plairait, il est justement basé sur l’Histoire et l’histoire qu’il propose est vraiment bien aussi. C’est  » Les derniers jours de nos pères ». Il se lit très vite car le style est hyper simple et efficace.
      C’est pas mal de varier les genres finalement. Je crois qu’on a un Bussi à la maison, récupéré par la Douce, peut-être que je le lirai…pour découvrir l’auteur !
      Bisous !

      1. Coucou Mindounet
        Encore une petite journée et le weekend est là !
        J’espère que tu as la clim dans ton bureau ?…
        Je note alors le premier Dicker, si je le trouve à 2 € je l’achète 😉
        Depuis que je suis assidûment le Club de Lecture, ça m’a ouvert l’horizon de lecture.
        Un Bussi n’est pas une lecture difficile, son style est simple, c’est l’histoire qu’il écrit qui est subtile. Bussi a le chic de nous perdre dans des dédales improbables et ses intrigues sont toujours inattendues.
        Je ne me souviens pas si tu as lu Les nymphéas noirs. J’ai tellement aimé ce roman.
        Bonne fin de semaine et gros bisous d’O. en canicule 😥 😥

        1. Non, je n’ai lu aucun Bussi jusqu’ici et il y en a bien un sur la table de nuit, mais je ne me souviens pas du titre. Je le lirai certainement avant la fin de l’année. Je parie que tu vas aimer Les derniers jours de nos pères si tu le lis…
          Sinon youpi, il pleut !! On respire !
          Bon dimanche et bisous !

  3. Personnellement, j’aime bien quand les romans mélangent les genres justement 😉 De mon côté, mon amour pour les livres de Dicker est allé en s’amenuisant : j’ai passé un bon moment avec Joël Dicker, les Baltimore on encire su m’amuser mais Stéphanie Mailer m’a franchement agacée 😉 Mais finalement, ce qui compte poru un roman, à l’eau de rose, intello ou nébuleux, c’est de trouver ses lecteurs !!!A bientôt !

    1. Complètement, le but est de se plaire et de profiter des lectures, quel que soit le genre ! Moi j’ai aimé Stéphanie Mailer mais sur la fin, il y a trop de tout…mais j’imagine que c’est la loi de ce genre de romans que je lis peu !

      1. Beaucoup ne sont pas vraiment convaincus par Dicker mais au moins ils l’ont lu !
        Mince, moi qui cherche un moyen pour survivre financièrement en haute savoie, déjà je ne pourrais pas me recycler dans le papier peint. J’ai regardé un peu, ils sont moches de toute manière…non mais ho 😀 😀
        Bises !

  4. estellecalim

    Alors il se trouve justement qu’une partie de ma thèse était sur le sujet 🤪
    Quand il parle de romans sentimentaux, il parle vraiment des romans Harlequin normalement et je ne sais pas si tu en as lu, mais c’est quand même stylistiquement très pauvre et écrit à la commande selon un modèle pré établi 😉
    Pour le roman historique, je pense qu’il s’agit de romans comme ceux de Walter Scott qui sont considérés comme des modèles du genre par de grands auteurs mais comme des romans alimentaires par d’autres. Il se fait sans doute un peu mousser en référence à son propre roman 🙈
    Pour le reste, il manque des catégories, comme les romans de science-fiction ou les romans d’aventure.
    Mais bon, il y a aussi des sociologues de la littérature qui décrivent un brouillage des frontières actuel et une revendication au contraire d’auteurs marqués dans une catégorie. C’est le bazar quoi 😂

    1. Impossible de tout catégoriser ! Il n’a pas vraiment écrit de roman historique pour moi Dicker, son premier livre s’inspire de faits réels et d’ailleurs se démarque de la suite de son oeuvre !
      Ce que je crois savoir, an Angleterre , avant l’essor des écrits des femmes, on considérait (enfin ceux qui étaient ouverts) que les femmes pouvaient écrire des romans mais pas des livres historiques…
      Non je n’ai jamais lu de romans Harlequin, même pas un seul par curiosité. J’aime les livres sur la passion ou les grandes histoires d’amour, mais ce genre ne m’attire pas.
      Du coup, quel est le titre de ta thèse et la question posée ??

Exprimez-vous ici, MTG vous remercie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s