Une année de lecture…

 

Nous sommes le 8 décembre, il est donc possible de faire le bilan de mon année de lectures 2019, puisque bilan il y a. Fin 2018 et début 2019, au moment du changement de région et de travail, j’ai eu une panne de lecture mais heureusement, elle n’ a pas duré, et à l’heure où j’écris cet article (08:34), je vais attaquer mon 32 ième livre, c’est déjà pas mal !

Alors que retenir de mon année littéraire 2019 ?

L’auteur de l’année : incontestablement c’est Joël Dicker puisque j’ai lu ses quatre romans cette année et à chaque fois je me suis régalé. Son tout premier roman, Les derniers jours de nos pères est une merveille. Pour les autres, il sait raconter des histoires et mettre du suspens comme aucun autre .

Le(s) livre(s) de l’année : La servante écarlate et sa « non suite » Les testaments. Là on est dans le lourd, moi qui ait du mal avec tout ce qui vient d’Amérique, je dois dire que j’ai été comblé par Margaret Atwood. J’ai moins adhéré sur  » C’est le coeur qui lâche en dernier » même si c’est un top livre et une critique féroce et drôle des dérives de nos sociétés.

La nullité de l’année : Deux soeurs de David Foenkinos. David, arrête de faire des livres de commande en deux coups de cuillère à pot…bosse un peu, n’oublie pas que tu as écris Les souvenirs, La délicatesse et Charlotte…

Les bonnes pioches de l’année: Maritima , le nouveau roman de Sigolène Vinson, vraiment abouti et beau.  Bleu de Deft de Simone Van der Blugh, une vraie découverte, L’amour est une île de Claudie Gallay, La sentinelle de la pluie de Tatiana de Rosnay, Une sirène à Paris de Mathias Malzieu. La grande escapade de Jean-Philippe Blondel, même si c’est loin d’être son meilleur.

Le classique de l’année : Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy: toujours égal à lui-même, un super moment!

Les déceptions de l’année : La vie éternelle de Frédéric Beigbeder qui ferait mieux de bosser ses livres au lieu d’aller casser ceux des autres au Flasque et l’Enclume, où décidément se retrouvent là  les écrivains ratés et ceux en perte de vitesse. Egalement, le second roman de Catherine Poulain, Le coeur blanc, alors que j’avais adoré Le grand marin. Enfin, Le dimanche des mères de Graham Swift…tout ça pour ça…

Les coups de coeur de l’année: J’en retiens trois : Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin qui après Les oubliés du dimanche a réussi à faire encore mieux, vivement le suivant ! Le dernier des nôtres d’Adélaïde de Clermont Tonnerre où il y a tout ce que je cherche dans un roman, histoire et style. La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan...la Cornouailles, la guerre, les secrets de famille…

Voilà! Et maintenant , bientôt 2020 et j’ai mis je crois 12 livres sur ma liste de Noël…y aura plus qu’à  !

Le black friday blacklisté !

Sauf si vous habitez sur une autre planète, vous avez forcément été confronté au black friday, qui est devenu chez nous aussi un évènement commercial et du coup l’occasion de dénoncer la surconsommation et la destruction en cours de notre planète.

Vendredi dernier, en traversant la rue principale d’Annemasse et les rues autour, j’ai remarqué que sur chaque magasin vide, il y avait des affiches anti Amazon, dont l’une mentionnait  » Amazon m’a tuer ». Et c’est vrai qu’à Annemasse, les magasins de centre ville sont en train de fermer à une vitesse incroyable, et pas seulement les magasins traditionnels ou indépendants : dans les prochains mois, c’est C et A, Célio, Monoprix et peut-être même H et M qui vont laisser tomber…des magasins de chaîne, rompus au commerce et au marketing. Et à priori, une fois les stocks liquidés, ils n’ont pas prévu de pot de départ…c’est bye bye tout court !

Et ce serait la faute d’Amazon ?

En partie oui, d’Amazon en tant que plus gros vendeur mondial sur le net et donc la faute au cyber commerce, tout à distance, sans avoir à se déplacer. On ne peut pas le nier, il faudrait être stupide ou de mauvaise foi.

Mais pour moi il n’y a pas que ça. Comme par hasard, les magasins plient boutique lorsqu’on arrive au renouvellement des baux de lacation, car quand ils ne sont pas propriétaires, on les matraque avec des augmentations de loyer faramineuses. Et ce n’est pas que dans les villes moyennes ou petites, quand j’étais encore à Toulouse , c’était déjà le cas !

Et puis, il y a le problème de l’accessibilité au centre ville. Les français ne jurent que par leur voiture, donc s’ils ne peuvent pas accéder ou se garer, ils ne vont pas en centre-ville. Or , à Annemasse, il n’y a quasiment plus de parkings gratuits, les parkings près du centre ville sont hors de prix (si vous allez  manger à midi à Annemasse, puis faire vos courses, le parking vous aura coûté plus cher que le repas !), et les amendes pleuvent comme un épisode cévenol dans le Var !

Enfin, vu la faune qui fréquente le centre-ville d’Annemasse, on n’a pas forcément envie d’aller y flâner pour agrémenter ses week-end. Les villes frontalières, voire frontière, c’est comme les villes portuaires…

Du coup, oui Amazon tue des commerces et des emplois mais il n’est pas le responsable de tout les maux ! L’année dernière, au salon du livre de Paris, le PDG de Gallimard s’était offusqué en voyant que le stand de sa maison d’édition était à côté du stand d’Amazon…OMG ! Sauf que c’est par Amazon qu’il vend une bonne partie de ses livres…alors qu’il boycotte Amazon s’il n’est pas content non  ? Mais voilà,  si demain le groupe d’édition qui possède Gallimard retirait ses livres de chez Amazon, ce dernier rigolerait…ça doit représenter 0.0008% de son chiffre d’affaires. Par contre, si c’était l’inverse, pas sûr que Monsieur Gallimard n’ait pas de gros soucis…

C’est ainsi, c’est la loi du plus fort qui l’emporte toujours. Même entre plus forts !

Bientôt Noël, la méga fête commerciale de l’année…qui pourra dire parmi nous qu’il n’a reçu aucun cadeau acheté chez Amazon ? Et peut-être même qui pourra dire qu’il n’a rien acheté chez Amazon pour Noël ?

Je voulais chroniquer Eric Reinhardt…

J’avais dit dans mon dernier article que je parlerai de ma dernière lecture, à savoir La chambre des époux d’Eric Reinhardt.  C’est l’histoire d’un compositeur de musique classique dont la femme a un cancer et alors qu’elle se bat pour en réchapper, il se bat pour finir une symphonie, le plus vite possible , au cas où…et la femme s’en sort.  C’est de l’autofiction puisque l’auteur a vécu cela avec sa propre épouse, lui devant écrire son dernier livre sans relâche, lui lisant tous les soirs sa production du jour. Après, ça part en vrille car la fiction se mélange à la réalité, et que le compositeur quitte temporairement sa femme guérie pour une autre femme également atteinte d’un cancer, dans l’espoir de la guérir aussi cette fois  en lui faisant l’amour tous les jours.

Comment dire, c’est assez perplexe que j’ai terminé ce livre, à la fois très interpellant , original, mais aussi assez complexe et parfois risible, voire trash, avec un Eric Reinhardt qui fait des phrases tellement longues que même lui semble ne pas s’y retrouver. Bref, c’est un auteur intéressant, mais son écriture est avant tout un exercice de style donc pas indispensable .

Il y a une phrase (que je raccourcis ici sinon j’y suis encore dans une heure ) qui m’a frappé. La voici.

l’âge, le sens de l’âge , pour chacun, c’est l’intuition de la distance qui nous sépare du temps probable de sa propre mort…et parfois ce rapport à l’âge n’est plus indexé que sur sa propre vitalité…est-ce qu’on est en état de vie ou pas…ne plus avoir d’âge ne veut pas forcément  dire qu’on est vieux, cela veut dire qu’on est jeune tant qu’on entretien sa vitalité.

Brillant le gars et optimiste en plus, du coup, comme je vais passer le cap des 50 ans dans quelques jours et que ça me donne envie de me pendre, je me suis dis qu’il avait raison l’artiste, je n’avais qu’à entretenir ma vitalité et tout irait bien…vivre d’art et d’amour et zou, en route pour être centenaire !

Il se trouve que hier j’avais deux rendez-vous médicaux dans la matinée.

Et donc hier, j’ai été faire un bilan radiologique pour tester la qualité de mes os (car j’ai eu l’occasion de prendre de la Cortisone pendant en gros 2 ans à un moment donné de ma vie, quand j’étais jeune…) parce qu’il faut bien contrôler de temps en temps, même quand ça  ne va pas mal !  Résultat des courses, ostéoporose ! Et je n’ai même pas de ménopause vu que je suis un homme, avouez que c’est pas de bol !  Mais voilà, c’est scientifique…et la machine me donne même un taux de risque de fracture à 10 ans…histoire d’être bien précise avec un % à virgules !  Et comme ici, dans le bas Chablais on a trois mois de brouillard , gris, pluvieux chaque année, ça va pas arranger les choses !

Non mais What The Fuck ?

Et dans la foulée, comme avec l’âge ma vue baisse un peu, et que j’ai toujours eu un peu  de mal à converger, je suis allé voir une spécialiste orthoptiste. Et là verdict, j’ai un strabisme que j’ai toujours eu, sauf que jusqu’ici j’étais jeune, donc j’arrivais à le compenser, mais maintenant la compensation ne marche plus, donc pour le corriger et gagner en confort de vision, il faut un geste chirurgical…sur un muscle à gauche de l’oeil !

Non mais Double What The Fuck ??

En conclusion, je vous conseille de brûler tous les livres d’Eric Reinhardt , c’est un auteur qui porte la poisse avec ses théories à la con sur la vitalité, sur l’amour et l’art plus forts que la mort et j’en passe…ou alors offrez-les à ceux que vous n’aimez pas, c’est bientôt Noël…

Tag dans queue ni tête !

Je voulais vous parler de mes lectures , mais j’ai la flemme…du coup, je reprends un tag qui a déjà pas mal tourné…je reviendrai plus tard aux livres !

Prenez le livre le plus proche de vous, allez page 24 et notez la première phrase :

Impossible, je lis La chambre des époux de Eric Reinhardt et chaque phrase fait 3 pages…le gars se prend un peu pour Proust donc joker mais je crois que je parlerai de cette lecture ici prochainement !

Sans vérifier, devinez quelle heure est-il ?

15h23

Vérifiez :

15h32

Que portez-vous ?

Des cernes sous les yeux…et sinon un jean noir et une polaire bleue. C’est mieux que la poisse…

Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez-vous ?

Je lisais des articles des blogs que je fréquente

Quel bruit entendez-vous à part celui de l’ordinateur ?

Celui de la radio, qui n’est pas du bruit mais de la musique J’écoute LFM, une radio publique de Lausanne qui passe pas mal de trucs des années 80 à2000 et aussi des nouveautés, pas mal…un peu ringard par moment mais j’aime comme le morceau qui passe là maintenant : Brian Ferry : Dont stop The Dance.

Quand êtes-vous sorti la dernière fois, qu’avez-vous fait ?

Au sens sortie, je dirais la semaine dernière au cinéma pour voir le concert 2019 de Mylène Farmer. Vraiment bien comme toujours, mais rien de neuf…du déjà vu mais autrement !

Avez-vous rêvé cette nuit ?

Oui mais je ne me souviens pas de quoi !

Quand avez-vous ri la dernière fois ?

Je ne sais pas, je suis sinistre en permanence de toute manière.

Qu’y a t’il sur les murs de la pièce où vous êtes ?

De la peinture blanche…et en face de moi un poster encadré du Tramway du Mont-Blanc avec un grand ciel bleu en arrière plan des montagnes éternelles.

Si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit, quelle est la première chose que vous achèteriez ?

Une conscience  ! Et après une propriété dans la Cornouailles avec un traducteur anglais à demeure !

Avez-vous vu quelque chose d’étrange aujourd’hui ?

Pas vraiment, mis à part cette question à la con !

Que pensez-vous de ce questionnaire ?

Il est très bien et très con en même temps !

Dites-nous quelque chose de vous que ne savons pas encore :

Je suis super intelligent !

Quel serait le prénom de votre enfant si c’était une fille ?

Lizzie

Et si c’était un garçon ?

Il n’aurait pas de prénom (je l’aurais noyé à la naissance…)

Avez-vous déjà pensé à vivre à l’étranger ?

Oui…en Suisse francophone…une fois que je serai devenu multi millionnaire, sauf quand je serai dans ma propriété de Cornouailles.

Que voudriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du paradis ?

Enfin quelqu’un capable de me remplacer, il était temps, faut que parte à la retraite avant que Macron ait fini  sa réforme…;

Si vous pouviez changer quelque chose dans le monde en dehors de la culpabilité et la politique, que changeriez-vous ?

Je préserverai la nature, las plantes, les fleurs et les animaux.

Aimez-vous danser ?

Je ne sais pas danser donc non, je n’aime pas , mais j’adore la Dance-music

Quelle est la dernière chose que vous ayez regardée à la télévision ? :

Deux épisodes de la saison 2 de la Servante écarlate.

Quelles sont les  personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ?

Celles qui veulent , peu importe !

La bonne nouvelle du jour !

Savez-vous quelle est la bonne nouvelle du jour ?

« Il va neiger sur le Chablais, le jour où on doit le quitter »… (oui demain week-end prolongé ! ) ? Non.

Ce soir je vais voir le dernier live de Mylène FARMER diffusé dans les cinémas de France ? Non. Enfin si, c’est quand même une bonne nouvelle, même si je n’aime pas son dernier album et que son show risque fort d’être le même que le précédent.

Vous et moi pouvons abonder la cagnotte pour payer la caution de BALKANY, afin qu’il passe Noël avec ses proches? Non (pour ceux qui sont intéressés, on me dit dans l’oreillette que vos dons ne seront pas déductibles des impôts…contrairement à ceux faits à la SPA).

Non , non et non !!

La voilà la bonne nouvelle du jour : Agnès OBEL sort un nouvel album en février prochain, qui va s’appeler Myopia. Et elle fait une tournée. Pour le moment, je ne peux pas aller la voir, les dates en France sont trop loin d’ici et si elle passe bien à Lausanne,  là-bas les places sont presque deux fois plus chères qu’en France et même bien plus chères qu’en Angleterre. Mais l’été, il y a plein de festivals et elle passera sûrement , c’est son habitude….à suivre donc !

Et pour vous prouver que c’est LA bonne nouvelle du jour, voici le premier extrait de l’album, bien dans la continuité de ce que propose la pianiste, chanteuse, auteure et compositrice danoise…

Le voici ce morceau qui s’intitule Island Of Doom…et j’adore !!

Les testaments de Margaret ATWOOD – 2019

Nous sommes quinze  ans après la fin de la Servante Ecarlate. La République de Galaad, dirigée par les Fils de Jacob, des fanatiques religieux américains existe toujours, mais elle a bien du plomb dans l’aile.  La résistance est là et le régime pourrait bien vaciller.

Les Testaments raconte le parcours et l’histoire de 3 femmes. Le première est la terrible Tante Lydia, le personnage clé de la Servante Ecarlate, ancienne juge aux affaires familiales, avant Galaad. La seconde est une jeune fille canadienne, vivant à la lisière de Galaad et luttant contre cette république théocratique. La troisième est une jeune fille née à Galaad d’une servante et qui  a été enlevée pour être donnée à un commandant et son épouse.

Ces trois femmes livrent leur témoignage …d’où le nom des Testaments, et Margaret ATWOOD va petit  à petit les mettre en relation car leur destin est bien entendu lié, au premier comme au second sens du terme…

Verdict : j’ai adoré ce livre, dévoré en une semaine malgré ses 550 pages et je l’ai préféré à La Servante Ecarlate, ce qui est rare lorsqu’il s’agit d’une suite ! C’est parce que Margaret ATWOOD, en écrivain chevronnée et multi récompensée, a eu l’intelligence de donner une suite à son histoire originelle, mais qui n’est pas La suite du premier roman. Du coup, j’ai lu ici ou là que certains étaient déçus car il reste encore des questions en suspens, même si à la fin du livre , on retombe en grande partie sur nos pattes.

Ce livre est totalement addictif, et l’auteur n’ayant plus à mettre en place ni à expliquer Galaad, peut s’attacher à raconter une histoire avec du suspens jusqu’au terme du livre.

On retrouve les thèmes chers à Margaret ATWOOD, la place de la femme, le totalitarisme, l’extrémisme et la destruction de la planète par l’homme, même si ce thème n’est que l’arrière-plan des Testaments.

Je dirais que ce tome 2 est plus grand public que le premier, je pense que l’auteur a tenu compte du méga succès de La servante Ecarlate et de la série qui a suivi le livre et touché des millions de personnes dans le monde.

D’ailleurs , les cinq premiers jours de sa sortie, il se vendait un exemplaire toutes les 5 secondes…en Angleterre !

Et puis, je ne peux m’empêcher de penser que comme dans le premier livre, tout ce que raconte Margaret ATWOOD en terme d’organisation sociale et de totalitarisme existe ou a existé réellement !  D’ailleurs un épisode du livre m’a rappelé fortement la rafle du Vel d’hiv…

Alors voilà, à lire très vite, quel talent !  Et peut-être pour moi , lire autre chose de l’auteur canadienne , qui aura finalement écrit la Les Testaments trente ans après sa servante…

Et un extrait pour finir.

Souscrivez-vous à la théorie selon laquelle l’inné l’emporte sur l’acquis ? Auquel cas, la faute originelle d’Adam s’imposera en chacun de nous quels qu’en soient les efforts rigoureux que nous pourrons déployer pour l’éradiquer et notre projet Galaad sera alors voué à l’échec, hélas !

Tag d’il y a 4 ans!

Il y a 4 ans, j’avais proposé le « stop ou encore » comme en témoigne cette photo, un jeu musical. Je ne relance pas ce jeu, plus le temps de m’en occuper, mais il y a 4 ans, j’ai fait ce tag sur FB et je viens de retomber dessus. Nostalgie…

Alors en attendant de vous parler d’un vrai coup de coeur littéraire, voici ce tag. J’ai repris les questions mais j’y réponds à nouveau 4 ans plus tard en 15 minutes chrono.

A :âge mental : avant c’était 15 ans, mais je crois que j’aivieilli !
B: plus grosse peur: le temps qui passe. Et de tomber sans le vouloir sur un extrait du nouvel album de Céline DION.
C : heure ? 19h05
D : dernière chose bue ? un café hyper light avec une bonne part de gâteau
E: personne la plus facile à discuter avec? hooo, plein de monde et aucune en particulier.
F : chanson préférée ? Visage : Fade to grey
G : les fantômes existent ils ? Oui sans doutes, mais je n’en jamais vu !
H : ville d’origine ? La capitale de la Lozère, le département de France le moins peuplé…un trou quoi !
I : en amour avec ? Les macarons!
J : jaloux de ? Plein de choses mais pas de personnes en particulier
K : envie de tuer quel.qu’un ? Oui, si je pouvais le faire en toute impunité, je déglingerais sec…
L : dernière fois où j’ai pleuré ? Je ne sais plus, vraiment, c’était il y a très longtemps.
M : pas de M dans la liste des questions alors je dis Merde !
N : nombre de frères et sœurs : aucun
O : vœux ? Ha non, ça sert à rien !
P : dernière personne appelée ? Ma mère…on appelle toujours sa mère non ?
Q : question que tu te poses toujours ? Pourquoi moi ??
R : raison de sourire ? Absolument tout ou presque parce que tout part en sucette, note planète, notre monde, notre société….
S : dernière chanson chantée ? Aliel : Encore. Entedue sur La radio plus. Très chouette, vous devriez aller l’écouter !
T : heure du réveil ? 6h
U : couleur de sous vêtement ? Violet, évidemment!
V :destination de vacances ? Les prochaines je ne sais pas.
W : mauvaises habitudes ? Manger trop de petits gâteaux ou sucreries
X : censuré…
Y : plat préféré ? galettes et crêpes avec du cidre fermier breton
z : signe ? il suffire d’un signe, un matin….

Allez 17 minutes TTC ! Qui s’y colle ???

Je vis dans une impasse…

Je vis dans une impasse. C’est vrai, c’est ce qui est écrit sur mon adresse postale.  Qui dit impasse dit manque de place…mais en l’espèce, je ne manque pas d’espace.

Pas besoin d’être sur une avenue pour habiter le monde. Le preuve, j’ai longtemps habité sur une avenue, et croyez-moi sur parole,  j’étais à cette époque, totalement à la rue : avec domicile fixe mais sans abri.

Ensuite, j’ai habité sur un chemin, mais je suis  totalement resté au bord au point de me perdre…

Et  chemin faisant,  j’ai été attiré par un boulevard, un grand. Je me disais  alors  :  » la vie est une comédie,  seul le boulevard est digne de l’héberger ». En vain.

Ne pouvant habiter  la Cours (hormis peut-être la basse), j’ai fait l’impasse sur cette adresse. je sais que je n’aurais pas été à ma place.

Moralité : la vie est la seule impasse qui a une issue, et j’en reste sans voie…

En vrac !

Bon soyons clair, ce blog part dans tous les sens depuis que je n’ai plus le temps de m’en occuper vraiment…c’est du vrac total. Alors en vrac quelques nouvelles mais façon vrac  quoi !

Le blog décline tranquillement, je viens de voir les statistiques que je n’avais pas vues depuis le printemps dernier, tout diminue . Faudra bien que ça s’arrête un jour…mais dans 28 articles , ce sera le millième article  ! Incroyable d’arriver à ce seuil. Et dans un an et demi, 10 ans…mais pas sûr d’y arriver !  J’ai des idées d’articles mais souvent quand je rédige, je pars sur autre chose, de spontané et pas prémédité.

Coté littérature, je viens de finir le nouveau Blondel qui s’appelle » La Grande Escapade ». J’ai eu du mal à rentrer dedans pendant la première partie, ce qui est une première je crois avec cet auteur  . Par contre, dès la seconde partie, j’ai retrouvé ce qui me plaît chez lui, la capacité à toucher avec des destins ordinaires.

J’ai attaqué le dernier roman de Beigbeder,  » Une vie sans fin  » et là, je suis rentré dedans tout de suite…le garçon il tourne en rond globalement, mais le retrouver une fois de temps en temps, c’est comme manger une capsule de Coco Boer, enfin son contenu, pas la capsul  (oui fait être vieux pour savoir ce qu’est une capsule de Coco Boer).

J’ai aussi feuilleté en librairie le dernier Modiano  » Encre Sympathique » et lui aussi il tourne en rond, sauf que lui c’est voulu depuis le début, il dit lui même qu’il écrit toujours le même livre (certains disent que c’est le propre d’un écrivain) et du coup, ben faut être fan .

Et enfin, je crois que jeudi je vais investir dans une nouveauté en grand format…oui oui…car jeudi sort la suite de la Servante Ecarlate, presque 35 ans après la publication du roman. Le roman s’intitule  » Les Testaments » et c’est un raz de marée en Angleterre et aux USA où il est sorti il y a 10 jours environ.

Sinon en Haute Savoie ça va, je me sens très bien dans ce département avec ce nouveau cadre de vie qui me correspond. Cela va faire un an déjà et au boulot, j’ai plein de boulot (et les collègues de mon service aussi !) mais je m’y sens de mieux en mieux…est-ce que ça va durer , je ne sais pas !

Reste la question du niveau de vie qui est vraiment très élevé ici…faudrait qu’on soit limitrophe de la Roumanie, ça serait mieux que la Suisse ! Bon ok, on n’aurait pas le massif du Mont Blanc, ni les alpages et les chalets, ni le Lac et ni la Suisse…heu finalement, je vais aller voir exactement où se situe la Roumanie parce que finalement ça me tente pas !

Et puis pour terminer,  cette année,on a pu manger des framboises des Alpes mais pas de myrtilles et là je dis WTF ??

Au revoir Président !

Sauf si vous vivez dans une grotte éclairée à la lumière de bougies, vous avez pu voir que le Président CHIRAC n’était plus de ce monde. Et c’est incroyable comme on en a parlé, la foule compacte pour lui rendre hommage, qu’il s’agisse du grand public, des officiels, des politiques. C’est normal un Président incarne la République, c’est la voix de la France.

Mais quand même, en voyant toutes ces personnes qui semblent réellement émues et tristes et sans aller jusque là, en me voyant également touché par ce décès alors que je ne m’intéresse pas du tout à tout ce qui est politique, je me suis interrogé.

En ce qui me concerne, Mitterrand et Chirac ont été les deux Présidents de ma jeunesse en quelque sorte. Mitterrand j’étais ado puis jeune adulte, je me souviens bien du jour de sa disparition, je passais un concours pour essayer de rentrer chez France Télécom…oui je sais, j’avais déjà plus ou moins raté ma vie professionnelle à l’époque. Et cela faisait tout bizarre de savoir Mitterrand décédé

Et Chirac? Ben j’ai vu à la télé les images d’archives, celles qu’on connaît tous plus ou moins et en les voyant, j’ai revu par flash cette époque là…celle d’avant mes 40 ans…et là j’ai tout compris.

Quand un Président meurt, quelles que soient nos opinions sur l’homme ou le chef d’Etat, c’est un peu de nous-même qui meurt et c’est la nostalgie de la jeunesse perdue et du temps qui passe qui fait qu’on est touchés. La marionnette des Guignols de l’Info  de Chirac n’existe plus…et l’original non plus et pour reprendre Nicola Sirkis, avec cette mort, « le temps s’est arrêté mais tout à continué », et tout va continuer, pour le meilleur et pour le pire.

Et des images que j’ai pu voir à la télé, je retiendrai celle là : Valéry Giscard d’Estaing, 93 ans, debout dans son manteau noir, qui regardait partir pour toujours son ennemi de toujours. A quoi pouvait bien penser cet homme, qui a enterré ses deux prédécesseurs ET ses deux successeurs…seul survivant de la cinquième République « première génération » ? Au temps qu’il lui restait, au temps anciens ou Chirac était son premier ministre, au temps qu’il faisait…on ne sait pas, et au temps en emporte le vent…